mia-usine

Les investisseurs coréens de MIA vont apporter 5,3 millions d’euros, passant ainsi à 10% au capital du constructeur.

78% du capital de MIA restent aux mains de la famille de l’actuelle dirigeante, Mme BOOS, tandis que la Région Poitou-Charentes en détient 12%.

Mme BOOS explique au journal Le Monde : « Mia a un bon produit, mais deux problèmes : l’achat et la vente ». Elle travaille en effet pour réduire les coûts auprès de ses fournisseurs tout en développant l’export.

Elle déclare que les ventes viendront de plus en plus de pays hors Europe. Des projets sont en cours pour la distribution de la MIA en Asie et au Mexique.



MIA annonce d’ailleurs aujourd’hui avoir signé un contrat de commercialisation exclusive avec son partenaire MIA electric Asia pour les marchés de la zone Asie-Pacifique. MIA electric Asia disposera ainsi de l’exclusivité de la commercialisation des MIA sur la zone Asie-Pacifique contre le versement d’un montant de 1 million d’euros.

M. Mark RHO, Président de MIA electric Asia a déclaré : « Ce contrat de commercialisation ouvre la voie à de formidables développements pour MIA electric en Asie. Nous avons d’ores et déjà obtenu près de 700 commandes fermes de MIA et avons pour objectif de vendre 2500 MIA en 2014 sur la zone Asie-Pacifique. Le marché asiatique est très porteur pour le véhicule électrique et je suis certain que le design, la fiabilité et le prix de la MIA sont des atouts pour faire de l’Asie le marché leader de MIA electric. ».

Néanmoins, l’entreprise perd encore de l’argent sur chaque voiture vendue et va devoir faire grimper les volumes de vente. Mme Boos explique qu’il lui faudra encore 36 millions d’euros sur 3 ans.