Après l’explosion d’une station de distribution d’hydrogène début juin à Kjørbo en Norvège, son fabricant NEL ASA avait chargé les experts de Gexcon AS d’enquêter sur les causes de l’accident. Les premiers résultats de leurs examens ont été révélés hier.

Selon les experts, la fuite d’hydrogène serait due à une erreur de montage d’un bouchon sur le réservoir haute pression. L’hydrogène y est comprimé à une pression d’environ 700 bars. De l’hydrogène s’est donc répandu dans l’atmosphère de la station et, en se mélangeant avec l’oxygène de l’air, il s’est enflammé en engendrant une onde de choc. Des automobilistes passant à proximité ont été légèrement blessés par le déclanchement de leur airbag.

Les experts n’ont pas encore identifié la source de l’inflammation du nuage d‘hydrogène. Ils poursuivent donc leurs investigations. Dans un article précédent, nous avions signalé que l’hydrogène aurait pu s’enflammer spontanément car l’effet Joule-Thompson inverse peut provoquer son échauffement lorsqu’il se détend. Au stade actuel il s’agit toutefois d’une simple hypothèse.

La cause première de l’explosion étant maintenant connue, la société NEL indique qu’elle mènera un programme d’inspection sur les autres stations dotées de bouchons similaires. Il y en aurait une dizaine, situées principalement en Norvège, au Danemark et en Allemagne. Pour l’instant, ces installations restent fermées. Toujours selon NEL, le réservoir haute pression des stations d’une génération précédente ainsi que de celles qui sont construites aux  Etats-Unis et en Corée on été conçus différemment. « Dans ces stations, une fuite du type de celle qui s’est produite à Kjørbo n’est pas possible » affirme le communiqué publié par le fabriquant sur son site. En outre, la société compte réviser ses procédures de montage, de contrôle et de documentation. « Nous nous excusons profondément auprès des personnes directement et indirectement touchées par cet incident. Nous prenons cela extrêmement au sérieux et nous avons déployé toutes nos ressources pour remédier aux problèmes » a-t-elle encore déclaré.

Publicité


Publicité