Désormais intégrée au groupe Stellantis, la marque américaine Dodge envisage de passer à l’électrique. Mais elle continuera de jouer les gros bras avec une sportive surpuissante.

Née en 1914, la marque Dodge a rapidement rencontré le succès aux États-Unis, réputée pour la robustesse de ses voitures. De nos jours, la marque, qui fait partie du groupe Stellantis (fusion de PSA et FCA), joue la carte des gros bras. Notamment depuis ses multiples apparitions dans la franchise Fast and Furious, avec des V8 compressés hurlants comme un Vin Diesel énervé. Mais le silence sera rapidement au rendez-vous (et on ne parle pas du retrait de l’acteur de la saga).

La nouvelle stratégie du groupe est orientée vers l’électrification en masse des marques. Malgré son histoire et son image, Dodge n’y fera pas exception. D’après le Détroit Bureau, renseigné par des sources internes, six voitures électriques seraient en préparation dans les locaux d’Auburn Hills pour les marques de Stellantis North America. Parmi elles se trouverait un modèle Dodge à très hautes performances.



Une Demon pour plier la Plaid ?

D’après les premières confidences, ce modèle serait le plus rapide de l’histoire de la marque. Et par rapide, les indics évoquent notamment les accélérations depuis l’arrêt. Elle devrait donc faire mieux que la Challenger Demon, dont les 851 ch pour 1 044 Nm lui permettaient de viser le 0-100 m/h en 2,3 s et un 400 m D.A en 9,65 s. Un record du monde à sa sortie en 2017.

L’art de la dragrace étant particulièrement maîtrisé par Dodge, cette Demon à batterie pourrait tutoyer la nouvelle Tesla Model S Plaid, qui bat tous les records d’accélération avec un 0-100 km/h en 2,1 s et un 400 m D.A en 9,25 s. À noter que des versions réservées à la piste pourraient voir le jour à l’image de la Chevrolet e-Copo ou la Mustang Cobra Jet 1400.