Alors que la version de série du Toyota C-HR sera présentée début mars à Genève, le constructeur confirme la production en Europe de son futur crossover hybride.

Assemblage en Turquie

C’est en Turquie, où Toyota assure déjà la production de la Corolla et de la Verso, que le Toyota C-HR sera assemblé. Pour Toyota, il s’agira du troisième site de production d’un modèle hybride en Europe après Brunaston (Angleterre – Auris hybride) et Valenciennes (France – Yaris hybride).

Quant aux moteurs, ils seront directement fabriqués sur le site de Deeside, en Angleterre, qui assure déjà la production des moteurs de la Toyota Auris hybride. Au total, le constructeur compte investir plus de 9 millions d’euros pour adapter son site de production.

Plateforme TNGA

Côté technique, le véhicule sera le second modèle de la marque à accueillir la nouvelle plateforme TNGA (Toyota New Global Architecture), inaugurée sur la nouvelle Toyota Prius. Il devrait ainsi bénéficier du nouveau groupe motopropulseur hybride développé par le constructeur.

Publicité


Présenté dans sa version définitive début mars lors du salon de l’automobile de Genève, le Toyota C-HR hybride sera mis en production vers la fin de l’année 2016. Le petit crossover devrait notamment chasser sur les terres du Nissan Juke et du Renault Captur.

Publicité