Volkswagen ne compte pas manquer ses objectifs d’émissions de CO2 cette année. Il accueille donc trois nouvelles marques chinoises spécialistes de l’électrique dans son regroupement : Nio, Xpeng et Lynk&Co.

L’année dernière, Volkswagen a manqué de peu son objectif CAFE (Corporate Average Fuel Emissions) portant sur les émissions moyennes de CO2 de l’ensemble de ses véhicules vendus en Europe. Comme l’autorise la réglementation, le groupe allemand avait pourtant regroupé ses émissions avec celles d’autres constructeurs plus vertueux. Ont ainsi été intégrés MG, Aiways et LEVC (ex-London Taxi), trois marques chinoises ou aux affiliations chinoises, MG appartenant à SAIC et LEVC à Geely. Mais les volumes écoulés ont été trop faibles pour compenser les émissions élevées de certains modèles Audi, Bentley, Porsche, Lamborghini ou Bugatti. Sachant que dans le même temps le lancement de l’ID.3 a été retardé.

S’il s’annonce confiant dans l’atteinte de ses objectifs pour 2021, Volkswagen préfère assurer ses arrières, surtout en ces temps de pénuries qui retardent des livraisons, y compris de véhicules électriques… Ce sont ainsi trois nouvelles marques chinoises qui rejoignent le « pool » du géant allemand pour 2021 et 2022 : Nio, Xpeng et Lynk&Co (à nouveau groupe Geely). Si les volumes attendus sont relativement faibles cette année, ils devraient être plus conséquents en 2022.

Naturellement, ces constructeurs chinois ont été payés par Volkswagen pour joindre ce pool. Le montant des négociations n’a pas été précisé…