Après la C4, ce sera au tour de la C5 de connaître une descendance, avec une berline hybride surélevée fabriquée en Chine.

L’heure est au renouvellement de la gamme chez Citroën. Après la C4, également déclinée en version 100 % électrique grâce à sa plateforme e-CMP, ce sera au tour de la C5 de se présenter sous un nouveau jour. Mais alors que les premières informations ne sont pas confirmées, la marque aux chevrons indique qu’elle sera fabriquée en Chine.

La prochaine Citroën C5 sortira donc exclusivement des chaînes de production de la marque situées à Chengdu, dans l’Empire du Milieu, comme le révèle Challenges. Elle suivra alors la stratégie adoptée par la récente DS 9, qui résulte d’une logique commerciale et financière : face aux prévisions de ventes trop faibles pour maintenir la production de part et d’autre du globe, Citroën a fait le choix d’une production où la berline pourrait rencontrer le plus de succès.



Des moteurs issus de la banque d’organes Peugeot

Pour éviter d’essuyer un nouvel échec commercial comme avec la Citroën C6, le constructeur français a toutefois revu sa copie pour la prochaine C5, fleuron de la marque. Elle adoptera ainsi un positionnement à cheval sur deux segments, avec une taille de berline routière, mais avec une hauteur de caisse surélevée. Une recette déjà connue avec la nouvelle Citroën C4 et confirmée par les premières images des prototypes en cours de développement.

Elle ne proposera pas en revanche de motorisation 100 % électrique comme la compacte. Sa plateforme EMP2 (partagée avec les DS 9 et Peugeot 508) lui permettra seulement d’embarquer des mécaniques hybrides rechargeables. L’entrée de gamme serait représentée par la version 225 ch, alors qu’une déclinaison à transmission intégrale de 300 ch pourrait être au programme. En revanche, la version de 360 ch de la DS 9 ou de la Peugeot 508 PSE est très incertaine sous le capot de la C5.