Véritable 4x4 à l’ancienne à motorisation 100 % électrique, le Bollinger revêt ses habits de série, confirmant son allure de Land Rover Defender.

Dans le monde des voitures électriques, on ne compte plus les SUV, mais les vrais tout-terrains se font rares. Alors que le Mercedes EQC 4×4 reste un prototype et que VW a annulé son ID Ruggdzz, Bollinger avance avec son tout premier modèle.

Suite au prototype de 2017, l’entreprise américaine basée dans le Michigan dévoile la version de série de son 4×4. Nommé très sobrement B1, il reçoit quelques évolutions, très discrètes avec une ceinture de caisse rehaussée et de nouveaux feux. La grille de calandre disparaît dans le boulier avant, grâce à l’intégration d’un radiateur réduit, changeant légèrement le faciès. Cela permet en outre d’augmenter la taille du coffre avant « frunk » à 243 litres ajoute la marque.

Bollinger préserve cependant l’aspect très rustique à une longueur de 4,36 m, proche du Land Rover Defender de première génération. Les aptitudes hors routes sont impressionnantes, avec un angle d’attaque de 50° et 43° en angle de fuite. Pour le moment, seule la carrosserie 5 portes apparaît, alors qu’une plus courte 3 portes était envisagée. Sa variante pick-up B2 reçoit les mêmes modifications, avec une benne de 1,83 m. La version châssis suivra.

Publicité


Des performances à préciser

Rien ne change techniquement, puisque la motorisation reste bien électrique. On trouve ainsi un bloc démentiel de 614 chevaux de puissance et 906 Nm de couple. La batterie est aussi gigantesque, avec 142 kWh de capacité pour 320 kilomètres d’autonomie en cycle américain EPA. La recharge est pour l’instant promise à 100 kW, mais Bollinger espère grimper à 150 kW d’ici l’an prochain. Les performances seront de haut rang, via un 0-100 km/h en 4,5 secondes malgré les 2,27 tonnes, la vitesse maximale se tenant à 160 km/h.

En priorité destiné à l’Amérique du Nord, le Bollinger B1 est toujours en phase de préréservation à 1 000 dollars (820 euros). Le prix serait d’environ 125 000 $, soit 103 000 €, en raison d’un volume de production faible.

Publicité