Installée à Douai, la future méga-usine de batteries de Renault sera réalisée en partenariat avec le groupe chinois Envision AESC. Attendue en 2024, elle équipera notamment la Renault 5 électrique.

Renault a choisi le groupe chinois Envision AESC pour établir à Douai sa future usine de production de batteries pour véhicules électriques. Relayée par plusieurs médias et confirmée par Xavier Bertrand, Président de la région Hauts-de-France, l’information devrait être officialisée ce lundi 28 juin à l’occasion d’une visite d’Emmanuel Macron au nouveau pôle industriel ElectriCity.

Destinée à alimenter en batteries les petits véhicules de Renault et de ses partenaires, l’usine sera mise en route en 2024. Un lancement qui devrait coïncider avec celui de la future Renault 5 électrique. À horizon 2030, la capacité de production devrait atteindre 24 GWh/an.

Selon Xavier Bertrand, le site mobilisera 1 000 emplois à son démarrage et 2 500 à horizon 2030. Associée au projet, la région devrait financer l’opération à hauteur de 35 millions d’euros. L’État participerait également avec une enveloppe de 60 millions d’euros.



Renault n’est pas le seul constructeur à vouloir industrialiser ses batteries dans les Hauts-de-France. À Douvrin, à 30 kilomètres de Douai, Stellantis et TotalEnergies portent un projet aux ambitions similaires dont le démarrage est prévu pour 2023.