Pour assurer la croissance de sa gamme électrique et de sa future berline EQS, le constructeur allemand Daimler vient d'annoncer un nouveau contrat d'approvisionnement avec le spécialiste chinois CATL.

Le nombre de modèles électrique grossit à vue d’œil, et Mercedes-Benz participera à cet élan. Mais le nerf de la guerre, ce sont les batteries, produites très souvent par des sociétés externes. Si la maison-mère possède déjà une entité interne, Deutsche Accumotive, le recours à des acteurs tiers se révèle indispensable pour supporter la montée en puissance de la gamme électrique du constructeur. Daimler vient ainsi de conclure une extension du partenariat avec le géant chinois CATL pour s’approvisionner en batteries. Fournissant d’autres groupes automobiles, Contemporary Amperex Technology Co Limited produira « des cellules et modules à production neutre en CO2 » selon le communiqué.

A ce stade, les deux entreprises ne détaillent pas la chimie des cellules, ni leur teneur en cobalt. Un responsable de Daimler, Markus Schäfer, assure que ces batteries posséderont « une autonomie, une vitesse de recharge, une sécurité et durabilité incroyables ». Ces batteries devraient être produites en Allemagne, dans l’usine d’Arnstadt en construction. Elles iront, selon CATL, fournir entre autres BMW, PSA et Volkswagen.

La Mercedes EQS d’abord

Mercedes-Benz ne nomme pas tous les modèles concernés par ces batteries qui intégreront autant les voitures particulières que les utilitaires du groupe. Seule l’EQS, pendant électrique de la Classe S promettant 700 km d’autonomie, est certaine de les accueillir. Le futur SUV électrique EQE, surpris récemment en prototype devrait également en profiter

La vitesse de charge serait également « le double des modèles concurrents ». Reste à savoir si l’on parle des 200 kW d’une Tesla Model S ou des 350 kW d’une Porsche Taycan. .