Comme d’autres constructeurs, BMW cultive le mystère et les informations communiquées au compte-gouttes pour créer le désir d’en savoir toujours plus sur un modèle à venir. Avec la iNEXT, il s’agit de susciter l’intérêt autour de sa vision d’un SUV électrique à haut niveau de conduite autonome.

Routes glissantes d’Arjeplog

Finalement, quoi de mieux que des routes glissantes pour tester l’adhérence et les capacités de conduite autonome d’un SUV, un type de véhicules à la base pas vraiment des mieux placés pour réussir l’examen ! Batteries dans le plancher : le iNEXT gagne en stabilité avec un centre de gravité plus bas qu’un équivalent thermique. A la transmission et aux dispositifs d’assistance qui la pilotent de faire le reste du travail, en distribuant l’énergie aux 4 roues selon les informations qui remontent du terrain.

Située en Suède, à quelques dizaines de kilomètres au sud du cercle polaire, les pistes et les paysages autour d’Arjeplog fournissent les décors aux essais du iNEXT, toujours mystérieux sous son camouflage. Là, l’engin va devoir faire ses preuves sur le gravier, l’asphalte sec et les surfaces glacées extrêmement glissantes. « Les systèmes de régulation de la transmission et de la suspension sont testés bien au-delà de ce qui est standard dans les conditions de circulation quotidiennes », souligne BMW.

GMP électrique

Dès les basses vitesses, les ingénieurs maison vont pouvoir observer le comportement du iNEXT à différents niveaux. Comme pour un véhicule thermique, les systèmes de freinage et de la direction vont être soumis à rudes épreuves. Son groupe motopropulseur électrique impose néanmoins d’autres contrôles, spécifiques. La récupération d’énergie à la décélération, par exemple, doit se montrer adaptée avec précision à chaque situation qui se présentera à l’engin. Les tests de roulage sur les lacs recouverts de glace, où l’adhérence sera particulièrement faible, seront parmi les plus éprouvants pour tous les dispositifs embarqués par le iNEXT.

Mais le froid est aussi une contrainte majeure pour le bon fonctionnement des moteurs électriques, de la batterie haute tension, et du système de régulation thermique. « Les ingénieurs attachent une importance particulière au système de gestion de l’énergie eDrive. Ils analysent la manière dont les températures extrêmes, inférieures à zéro, affectent la recharge du système de stockage d’énergie, la manière dont l’électricité est transférée au moteur, l’alimentation en énergie du système électrique, et le comportement des systèmes de climatisation et de chauffage », détaille BMW.

Harmonisation des composants

Construit à partir de 2021 dans l’usine BMW de Dingolfing, en Bavière, le iNEXT va essuyer encore pendant quelques mois les essais les plus scrupuleux et complets qui visent à optimiser et harmoniser tous les composants dynamiques qu’il embarque, châssis compris. L’engin est à voir comme un véritable laboratoire technologique qui dispose des derniers développements dans les domaines de la conduite automatisée et de la connectivité intelligente. Pour le constructeur allemand, la série de tests intensifs que subit le iNEXT, équivalents à ceux imposés aux modèles thermiques, « illustre le haut degré de maturité de la technologie de motorisation purement électrique développée par le groupe BMW ».

BMW soumet son iNEXT aux conditions polaires
4.4 (87.5%) 8 votes