Inaugurée par un imposant SUV, la gamme e-Tron se pare d’un nouveau modèle : un coupé aux lignes allégées et aux performances musclées. Nous avons pu découvrir l’Audi e-Tron Sportback au cours d’un événement organisé par la marque avant la présentation officielle. La sportive sera commercialisée fin novembre pour des livraisons au printemps 2020.



Le catalogue de véhicules électriques haut-de-gamme s’étoffe d’un nouveau coupé sportif. Il s’agit de l’Audi e-Tron Sportback, déclinée en deux versions. La première, nommée « 55 quattro », est dotée d’une batterie de 95 kWh et de moteurs développant jusqu’à 408 ch (300 kW). La plus modeste « 50 quattro » embarque une batterie de 71 kWh pour une puissance de 313 ch (230 kW). Basé sur l’architecture de l’e-Tron SUV, le Sportback adopte un look nettement plus effilé. Il récupère la ligne de toit de l’Audi A7 pour afficher un coefficient de pénétration dans l’air (CX) de 0,25. En conséquence, il gagne en autonomie : jusqu’à 448 km contre 417 km WLTP pour la version SUV.

Le bolide reste cependant énergivore en embarquant les mêmes moteurs et en affichant les mêmes performances, gabarit et masse de l’e-Tron SUV. Les deux moteurs asynchrones, un par essieu, développent un total de 260 ch (265 kW) et 561 Nm de couple. Via un mode « boost », la puissance peut même être portée à 408 ch (300 kW) pendant huit secondes. Dans ces conditions, l’e-Tron Sportback peut abattre le 0 à 100 km/h en 5,7 secondes. L’énergie est fournie par une batterie lithium-ion de 95 kWh nominaux (86,5 kWh utiles) sous 396 volts. Composée de 36 modules abritant un total de 492 cellules-poches, elle représente 700 kg des 2,49 tonnes à vide du véhicule. L’ensemble est refroidi par quatre circuits liquide.

Recharge ultra-rapide jusqu’à 150 kW

Elle se recharge en courant continu (DC) jusqu’à une puissance de 150 kW soit un 0 à 80% annoncé en « moins d’une demi-heure » sur une bornes ultra-rapide. A domicile ou sur les petites bornes publiques en courant alternatif (AC), l’e-Tron Sportback peut charger de série jusqu’à 11 kW et 22 kW en option (disponible à l’été 2020).

Alors que les deux modes de recharge s’effectuent via le connecteur Combo CCS sur l’immense majorité des voitures électriques, Audi a préféré placé deux prises de part et d’autre du véhicule. Sur l’aile avant gauche la trappe est réservée la recharge DC en Combo CCS alors que sur l’aile avant droite une seconde trappe abrite un connecteur AC Type 2. Il faut compter sur environ 35 heures pour une charge complète sur une prise domestique et 8 heures sur une wallbox 11 kW. Audi annonce qu’une fonction « plug & charge » autorisant la recharge sans badge à l’image de ce que fait Tesla sera disponible en 2020.

Bonne habitabilité

Long de 4,9 m pour 1,93 m de large et 1,61 m de haut, l’e-Tron Sportback conserve une bonne habitabilité. Sur le siège conducteur, la tête ne touche pas le plafond malgré nos 1,90 m. L’assise est confortable, réglable électriquement tout comme le volant qui bénéficie d’un belle amplitude d’ajustement et de palettes pour régler la puissance du freinage régénératif. L’ambiance est épurée, sobre, à-priori favorable à des trajets reposants. Trois écrans garnissent l’avant : un large tableau de bord, un écran d’infodivertissement et un écran de gestion de la climatisation au pied de la console. A l’inverse de la tendance, Audi a choisi un écran horizontal compact et placé trop bas à nos yeux, sous les aérateurs.

Un faux levier de vitesse sous forme de repose-poignets permet de sélectionner les positions et modes de conduite. En option, les rétro-caméras ajoutent deux écrans tactiles incrustés sur les deux portières avant. Ils affichent une image claire et large, permettant d’anticiper plus facilement d’éventuels dangers. A bord, l’air froid ou chaud est fourni par une pompe à chaleur de série. Selon Audi, elle est capable de récupérer jusqu’à 3 kW de chaleur émise par la batterie. Cet équipement économie permet de limiter à maximum 10% la variation d’autonomie liée à la température extérieure.

Des projecteurs Matrix LED surprenants

Nous n’avons pas pu utiliser le véhicule et tester les performances et fonctionnalités annoncées. Au cours d’un prochain essai nous aurons certainement l’occasion d’essayer, entre autres, les feux Matrix LED intégrés de série. Composés d’un million de micro-miroirs orientables, ils évitent l’éblouissement des véhicules en sens inverse et fonctionnent sur le même principe que certains projecteurs d’image. Ils peuvent ainsi assister le conducteur au maintien dans la voie et afficher la trajectoire du véhicule dans les virages. Plus « gadget », une fonction permet de projeter le logo de la marque parmi plusieurs images. Reste à constater la tenue dans le temps de ces feux, qui embarquent un technologie particulièrement complexe.

Outre le design, le volume du coffre est une des rares différences entre l’e-Tron Sportback et le SUV. Il perd 45 litres pour afficher un total de 615 litres comprenant le « frunk » de 60 litres sous le capot. En abaissant la banquette arrière, la capacité passe à 1655 litres.

Une version 50 Quattro moins chère

L’Audi e-Tron Sportback est aussi disponible dans une déclinaison moins chère « 50 quattro ». Elle modère la puissance des moteurs à 313 ch (230 kW) pour un couple de 540 Nm capables d’accomplir le 0 à 100 km/h en 6,8 secondes. Dépouillée d’une partie de ses modules, la batterie passe à 71 kWh nominaux (64,7 kWh utiles) pour une autonomie de 347 km WLTP. La charge rapide en courant continu est par ailleurs bridée à 120 kW. Malgré un amaigrissement de 120 kg, le véhicule est toujours aussi gourmand. A titre de comparaison, le Kona, petit SUV électrique d’Hyundai, affiche 449 km d’autonome WLTP avec une batterie de même capacité et un moteur de 204 ch.



Commercialisée aujourd’hui, l’Audi e-Tron Sportback entamera les premières livraisons au printemps 2020. Le véhicule sortira de l’usine de Bruxelles, un site annoncée comme « neutre en émissions de CO2 ». Il est d’abord lancé dans une édition limitée « edition one » vendue au prix de départ de 71.350 euros hors bonus en Allemagne (50 quattro). Un tarif qui atteindra certainement 80.000 à 100.000 selon les équipements pour la version « 55 quattro ».

Galerie photo