Installé dans les Côtes-d’Armor, Thierry Andrieux est aussi pompier volontaire. Mécanicien de formation, il a vite compris tout l’intérêt de passer à la voiture électrique. Séduit par l’essai d’une  Nissan LEAF 1ere génération, il a commandé le modèle suivant sans l’avoir vu ni essayé.

Il s’y connaît en voitures

« Je suis mécanicien à l’origine. J’ai même monté des systèmes GPL sans toutefois posséder une voiture roulant au gaz. Puis j’ai formé de jeunes apprentis aux métiers de l’entretien et de la réparation automobile. C’était encore le cas au début des années 2000 », se rappelle Thierry Andrieux. « A l’époque il fallait déjà parler de voitures électriques. Cette nouvelle expérience m’a permis de constater que ces véhicules se révèlent très économiques à l’entretien et à l’usage », complète-t-il. Son passage à l’acte n’a fait que confirmer son intuition. « Même les tarifs pour assurer une voiture électrique sont souvent plus avantageux, avec une franchise moindre », souligne-t-il.

Volet environnemental

Se déplaçant beaucoup, notre interlocuteur avait aussi envie de faire un geste pour l’environnement. « En 2017, ma femme et moi avions chacun une Citroën C5, dont un break qui consommait beaucoup. La remplacer par une voiture électrique nous a permis de rouler plus propre et de bénéficier de la prime à la conversion », témoigne-t-il. « J’ai d’abord essayé une Renault Zoé qui ne m’a pas convaincu par son autonomie. Je parcours entre 80 et 200 kilomètres par jour », justifie-t-il. « L’essai de l’ancienne LEAF m’a emballé. La suivante était déjà annoncée avec une autonomie compatible avec mes besoins. Nous étions en octobre 2017, j’ai passé commande sans l’avoir vue ni essayée », s’enthousiasme-t-il encore.

Série limitée LEAF 2.Zero

Lorsque nous demandons à Thierry Andrieux quelle finition il a choisi pour sa LEAF, il répond : « En fait, je n’ai pas eu le choix, car j’ai pu bénéficier des tout premiers modèles commercialisés en France, au sein d’une série limitée ». Il s’agissait de la LEAF 2.Zero, s’appuyant sur le haut de gamme Tekna, et équipée des nouvelles fonctionnalités ProPILOT et e-Pedal.

« Pour la couleur, nous avions le choix entre un gris foudre et un noir métallisé. Nous avons choisi cette dernière teinte », précise-t-il.

43.000 km en 18 mois

Thierry Andrieux ne regrette absolument pas d’avoir dû attendre 6 mois pour recevoir sa Nissan LEAF 2 début avril 2018. « Elle a déjà 43.000 km au compteur, et je n’ai rien fait dessus. Si, juste la défaillance d’un boîtier électronique qui a été très vite résolu grâce à un SAV de qualité », se réjouit-il.

L’autonomie de cette voiture montée avec une batterie de 40 kWh de capacité énergétique lui convient parfaitement. « Sauf pour les vacances, je peux effectuer tous mes déplacements quotidiens sans avoir à recharger sur une borne. Je branche juste ma voiture chez moi sur une prise domestique quand je rentre le soir et le lendemain matin le plein de la batterie est fait avant que je reparte », confirme notre interlocuteur.

Jusqu’à 450 km sur une journée

« Sans trop faire attention à ma conduite, je peux parcourir entre 200 et 250 km sans passer par une borne. Mon record de distance sur une journée, avec recharge intermédiaire, est de 450 kilomètres », chiffre Thierry Andrieux.

« Nous sommes allés en vacances en Vendée avec notre LEAF. En descendant par Nantes, nous avons branché la voiture à Bain-de-Bretagne sur une borne rapide. Pour le retour, nous sommes passés par Saint-Nazaire et remontés par le Morbihan. A Ploërmel nous avons fait une recharge. A chaque fois les bornes fonctionnaient bien », rapporte-t-il.

Bienvenue chez les pompiers

Notre interlocuteur est sapeur pompier volontaire. « Ce qui est appréciable avec une voiture électrique et en particulier avec notre LEAF, c’est qu’elle démarre au quart de tour à chaque départ en intervention. Je peux solliciter dans ces situations d’urgence la mécanique à froid à 100%, ce que m’interdisais de faire avec un véhicule thermique qui a besoin de temps pour monter en température », insiste-t-il. « A quand des véhicules d’urgence électrique ? », s’inquiète-t-il. Il compte d’ailleurs aborder ce sujet avec le directeur départemental des secours des Côtes-d’Armor.

Reposante

Le premier mot qui vient à l’esprit de Thierry Andrieux quand on lui demande de qualifier sa Nissan LEAF 2 est « Reposante ». Il explique : « Je roule beaucoup pour mes diverses activités très denses. J’apprécie tout particulièrement le dispositif ProPILOT dont le recours permet un grand confort de conduite, la voiture se calant sur celle de devant ». Notre interlocuteur a noué quelques contacts avec d’autres propriétaires de LEAF dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres autour de chez lui.

Satisfait du concessionnaire

Il est fréquent que les électromobiliens que nous interviewons remontent des compétences très limitées de la part des commerciaux en concessions au sujet des voitures particulières électriques. Ce n’est pas le cas de Thierry Andrieux qui entretient d’excellentes relations avec Bodemer Auto à Saint-Brieuc, où il a essayé, commandé et reçu sa Nissan LEAF 2.Zero. Une appréciation qui ne m’étonne guère, personnellement, puisqu’ayant eu moi-même à passer en 2015 par ce concessionnaire pour effectuer l’essai d’un e-NV200 sur un week-end. La qualité de l’accueil m’avait d’ailleurs motivé à interviewer le commercial rattaché au site : un vrai puits de sciences dans le domaine !

Article réalisé en partenariat avec Nissan. En savoir plus

Envie d'essayer Nissan Leaf ?

Configurez votre véhicule Nissan Leaf ou demandez un essai gratuitement.