ZOE, e-208, Corsa-e : en LLD, des citadines électriques à prix cassés


Publicité

Ce sont toutes les trois des citadines électriques sachant se faire berlines compactes pour avaler les kilomètres de route et d’autoroutes au besoin. Très attendues, elles affichent des prix aux environs de 26.000 euros, bonus environnemental déduit. De quoi faire préférer les formules de location longue durée qui débutent sous les 200 euros. Que comprennent-elles pour des loyers si alléchants ?

80% des contrats signés avec les particuliers

La ZOE ayant déjà une vie bien remplie, la répartition de ses ventes est des plus instructive. Selon Renault, les clients particuliers sont « plus de 80% » à choisir une offre de location tout compris, véhicule + batterie. « Ils peuvent [ainsi] maîtriser le budget complet de leur véhicule », justifie le constructeur.

Jusqu’à la fin du présent mois de septembre, l’actuelle citadine en finition Life (batterie 41 kWh) est proposée en LLD avec un prix d’appel de 149 euros sur une durée de 37 mois, avec un premier loyer à 2.000 euros (8.000 euros – 6.000 euros de bonus gouvernemental) et un crédit kilométrique annuel de 7.500 km (c’est peu : environ la moitié de ce que parcourt un automobiliste moyen, et pas loin du tiers, seulement, de l’usage de nombre d’électromobiliens).

Achat à crédit

Le même modèle acheté avec sa batterie coûte 26.000 euros (aide de l’Etat déduite). Avec 2.000 euros d’apport, les mensualités pèsent beaucoup plus lourdement sur le budget des ménages : environ 800 euros pour 36 mois.

C’est environ 5 fois plus pesant que la LLD ! De quoi faire préférer la location, même si, dans ce cas, au bout du contrat, il faudra rendre le véhicule sans rien percevoir. Au contraire, ce sont les kilomètres supplémentaires (s’il y en a) et une éventuelle remise en état qui seront à payer.

Avec un achat ferme (batterie comprise), il devrait être possible de revendre une Zoé jusqu’à 16.000 euros au bout de 3 ans selon nos estimations comprenant la batterie en pleine propriété. Avec une variation qui pourra cependant être importante, notamment en faisant reprendre son véhicule par un concessionnaire.

Comparaison des sommes perdues

A condition de pouvoir se contenter des 7.500 kilomètres annuels et de rendre une voiture en parfait état, la LLD à 149 euros par mois coûte au terme du contrat 7.364 euros au client. Ceci, sans tenir compte de quelques dépenses diverses, dont les différents frais de dossier.

En revanche, acheter sa Zoé Life et la vendre au mieux, fait perdre bien plus : 10.900 euros au bout de 3 ans. De quoi définitivement donner l’avantage à la LLD ? Quasiment !

Mais la comparaison peut connaître un écart bien plus réduit entre la location et l’achat, notamment si l’utilisateur parcourt bien plus de 7.500 km par an. A chacun d’affiner la comparaison, selon sa propre situation et ses véritables besoins.

A savoir également que le prix de vente d’un modèle d’occasion varie aussi suivant la région. Avec la LLD : pas de surprise à ce niveau !

Dès 169 euros pour la Zoé 2020 52 kWh

Avec une batterie qui grimpe en capacité énergétique de 41 à 52 kWh, l’autonomie WLTP s’allonge à près de 400 kilomètres pour la Zoé 2020. D’où des tarifs qui vont grimper.

Nous savons déjà que Renault a prévu le passage à 169 euros du loyer mensuel. Pour des conditions identiques : durée du contrat de 37 mois, premier loyer de 2.000 euros après absorption du bonus écologique, et crédit kilométrique annuel de 7.500 km.

A noter, pour comparaison, que ce dernier sera facturé 74 euros à ceux qui achèteront le véhicule tout en louant la batterie. Le constructeur informe, que pour arriver à des loyers serrés avec sa formule LLD d’appel, il a descendu ce prix à 44 euros.

Ce qui permet de déduire que le loyer passerait à 179 euros pour un crédit kilométrique annuel de 10.000 km, 189 euros pour 12.500 km, mais, à défaut de réduction, à 229 euros pour 15.000 km, 239 euros pour 17.500 km, et 249 euros au-delà de 20.000 km.

A noter que l’entretien du véhicule n’est pas inclus dans la location. Avec des loyers si bas, est-ce étonnant ?

Pas de recharge rapide

Puisqu’il s’agit d’un prix d’appel calculé pour une finition d’entrée de gamme (Life), l’équipement est forcément réduit. Le moteur est ainsi le moins puissant (80 kW) bien que très largement dynamique et suffisant, et la recharge rapide n’est pas comprise.

Au mieux, il sera donc possible de régénérer les batteries à une puissance proche de 22 kW sur les bornes accélérées AC. D’où un temps de connexion d’au moins 2h15 pour passer de 20 à 100% d’énergie, selon le simulateur de recharge développé par Automobile Propre.

Ce qui n’est pas forcément un problème, notamment si le véhicule est ravitaillé en électricité la plupart du temps chez soi, sur son lieu de travail, et/ou en faisant des courses. Bref, en évitant de voyager plus loin que la généreuse autonomie du nouveau modèle.

Finition Life

La Zoé Life 52 kWh est proposée avec des projeteurs et feux diurnes à leds, des enjoliveurs 15 pouces, une sellerie en tissu noir, une instrumentation TFT 10 pouces personnalisable, un régulateur/limitateur de vitesse, le système multimédia Easylink avec écran tactile 7’’ compatible Android Auto et Apple Car Play, la carte de démarrage mains-libres, une climatisation manuelle, et la mise en route automatique des feux et des essuie-glace.

Toute demande de dérogation à cette configuration de base aura forcément un coût sur les loyers… à condition qu’elle soit possible et/ou acceptée.

La Peugeot e-208 à partir de 199 euros par mois

Un loyer de 199 euros, ça commence à faire beaucoup ! Par rapport à la LLD de la Renault Zoé 52 kWh, ce n’est pourtant que 30 euros de plus. Et pour cette différence, l’entretien de la citadine du Lion est compris, quand il faut régler la facture ou souscrire un contrat (Pack entretien) contre une vingtaine d’euros mensuels pour la citadine du Losange.

Mais attention, la formule de Peugeot est bien plus contraignante et pas accessible à tous. S’il y a bien un premier loyer de 1.990 euros, quasi identique à celui à verser pour la nouvelle ZOE, il est calculé en déduisant, non seulement le bonus gouvernemental, mais aussi la prime à la conversion de 2.500 euros.

Or, celle-ci impose de posséder et de vouloir sacrifier un véhicule diesel immatriculé avant le 1er janvier 2006 ou un modèle essence mis en circulation avant 1997. De façon brute, sans cette aide, soit la première échéance serait de 4.490 euros, soit les 48 loyers passeraient à 250 euros !

En outre le client doit s’engager sur 49 mois, soit 1 an de plus qu’avec la Zoé. Des exigences qui ne sont pas forcément compréhensibles quand on compare les prix de vente des 2 voitures : 26.100 euros en finition Active pour la e-208, contre 26.900 euros (version Life) pour la citadine du Losange (bonus gouvernemental déduit dans les 2 cas, et batterie propriétaire).

A noter que l’offre du Lion se termine à la fin du présent mois de septembre 2019. Sera-t-elle reconduite ?

Les + de la e-208

Un premier point positif, directement lié à la formule de location : un crédit kilométrique plus élevé. Les 10.000 km annuels compris sont encore un peu chiches, mais plus proches des besoins des ménages. Cette LLD à 199 euros par mois s’entend pour une Peugeot e-208 en finition Active.

Contre une cinquantaine de kilomètres en moins par rapport à la Zoé 52 kWh, l’autonomie WLTP de la citadine du Lion s’élève à 340 km (pack 50 kWh). L’engin est doté de la recharge rapide 100 kW pour retrouver en 30 minutes 80% de la capacité énergétique de la batterie.

En revanche, pas de ravitaillement accélérée 22 kW, mais le chargeur 7 kW embarqué dans un premier temps n’est pas à ignorer. Il demande tout de même au moins 7 heures pour effectuer le plein des accumulateurs. Puissance du moteur de la e-208 : 100 kW.

Finition Active

De série, et en finition Active, la Peugeot e-208 possèdera des équipements qui vont au-delà de ce que propose la Zoé 52 kWh.

Ainsi, en plus du régulateur/limitateur de vitesse, de la climatisation, de la banquette arrière fractionnable, d’un écran tactile 7 pouces multimédia avec radio exploitable avec les habituels smartphones, et de l’allumage automatique des feux, communs à ces 2 voitures électriques, la citadine du Lion compte en plus : un système de freinage d’urgence automatique, un dispositif d’alerte de franchissement de ligne, des rétroviseurs chauffants rabattables avec la condamnation des portes, des vitres avant électriques, un volant en croute de cuir.

L’Opel Corsa-e dès 189 euros par mois

Dépendant du groupe PSA, Opel propose une offre de location à longue durée, pour sa Corsa-e Edition, très proche de celle applicable à la Peugeot e-208 Active. Si ce n’est qu’elle démarre avec un prix plancher à 10 euros de moins.

On retrouve l’entretien inclus dans le loyer, et le crédit kilométrique annuel de 10.000 km, les 2 points forts de la formule Peugeot par rapport à la LLD sur la Zoé 52 kWh.

Mais aussi les mêmes contraintes supplémentaires : engagement sur 4 ans, et premier loyer à majoration réduit à 1.950 euros en étant bénéficiaire de la prime à la conversion, fin de l’opération au 30 septembre 2019.

Le niveau de finition est similaire pour les 2 citadines électriques du groupe PSA. De même que les éléments du groupe motopropulseur (même plateforme) et que les possibilités de recharge.

L’autonomie est cependant en retrait de 10 kilomètres (330 km selon le cycle mixte WLTP) par rapport à sa cousine rugissante.

En conclusion

S’il s’agit de privilégier le budget, la ZOE 52 kWh sort gagnante de ce match à 3. D’autant plus si l’on ne possède pas un vieux véhicule éligible à la prime à la conversion.

On ne peut que féliciter Renault de produire des offres pérennes de LLD, accessibles à tous les automobilistes, alors que la version mise en avant est la plus chère des 3 constructeurs ! C’est bien la preuve que le Losange a acquis une expérience qu’il sait exploiter au mieux pour privilégier ses modèles électriques. Chapeau !

A l’inverse, difficile de comprendre que Peugeot et Opel répliquent avec des formules qui ne parleront pas à tous, et même qui en agaceront beaucoup. Il y aura forcément des déçus !

L’attrait de la nouveauté et quelques équipements de plus n’expliquent pas tout. A la rigueur pourra-t-on donner la préférence à l’une des deux voitures électriques de PSA si le besoin en charge rapide est incontournable.

Reste le coup de cœur ou l’attrait de la nouveauté pour faire pencher la balance vers elles ! Et vous ? Laquelle vous fait le plus craquer ?


En savoir plus sur le véhicule Opel Corsa électrique

Publicité

Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2021 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre