Creative Commons Zero (CC0) license

Fin 2017, la France comptait officiellement un peu plus de 32 millions de voitures particulières et 6 millions de véhicules utilitaires légers. Soit un total de plus 38 millions de véhicules dits légers pour un peu plus de 66 millions d’habitants. Un chiffre qui continue de croître année après année malgré le développement de solutions alternatives à la voiture dans les villes et agglomérations.

Un parc roulant vieillissant

Malgré les multiples incitations fiscales mise en place ces 25 dernières pour tenter de rajeunir coûte que coûte le parc roulant, son âge moyen  a plutôt eu tendance à augmenter qu’à diminuer. Alors que certains y voient le signe d’une qualité de fabrication et d’une longévité accrue, d’autres y voient une conséquence directe de l’augmentation du taux de motorisation des ménages qui conduit bien souvent à conserver la 2ème voiture comme 3ème véhicule du foyer pour des besoins ponctuels ou pour les enfants en âge de conduire.

Ce qui est certain, c’est que les statistiques officielles minimisent grandement le nombre réel de véhicules en circulation puisqu’ils excluent les véhicules de plus de 15 ans. Une réalité qui interpelle lorsque l’on observe en connaissance de cause l’âge effectif des véhicules qui encombrent nos villes mais aussi, nos campagnes…

Publicité


Les voitures qui roulent peu coûtent chères !

Cette affirmation, un brin provocatrice, est à l’exact opposé de ce que beaucoup de propriétaires concernés vous diront. Pourtant, dans bien des cas et notamment lorsque le véhicule a encore une valeur résiduelle non négligeable, le prix de revient kilométrique de ces véhicules qui roulent peu atteint des valeurs très supérieures à ce que beaucoup d’automobilistes seraient près à payer unitairement pour réaliser leurs déplacements.

Si en valeur absolue la dépense reste évidemment plus faible que celle d’un véhicule qui roule beaucoup, le fait est que la part fixe représente une part importante du coût global. Or, cette part fixe que beaucoup de consommateurs ont pris pour habitude de considérer comme incompressible est pourtant celle sur laquelle il est indispensable d’agir pour faire en sorte que l’automobile soit à l’avenir un mode de déplacement beaucoup plus efficient que ce qu’elle est encore aujourd’hui dans de nombreux cas de figure.

Des ressources naturelles très mal utilisées

Qu’on le veuille ou non, une voiture qui roule peu est une voiture qui immobilise une quantité importante de ressources naturelles (acier, verre, plastique, etc…) au détriment de beaucoup d’autres usages bien plus indispensables et/ou efficaces. D’une manière générale, la voiture individuelle fait parti des biens de consommation courant qui engloutissent des quantités importantes de ressources naturelles pour une utilisation qui se limite à quelques centaines d’heures par an seulement dont une partie ne devrait même pas être compte tenu de la nature des déplacements effectués. Le tout avec une seul personne à bord plus de 8 fois sur 10. Un point sur lequel les transports collectifs sont globalement beaucoup plus vertueux du fait d’un usage beaucoup plus intensif que celui d’une voiture individuelle.

A l’heure où certains spécialistes pointent du doigt les besoins importants en minerais et en métaux nécessaires à la fabrication des voitures électriques, l’indifférence semble être une nouvelle fois de mise dans le camp des voitures à pétrole, lorsqu’il s’agit de dénoncer les quantités gigantesques de ressources immobilisées par les millions de voitures qui roulent peu et encombrent inutilement les villes françaises. Ne parlons même pas de celles abandonnées au fond d’une cours, d’une prairie ou d’un terrain privé. Une pratique qui reste hélas assez répandue en milieu rural. Un incroyable gâchis qui pourrait être facilement évité en mettant en place des dispositifs fiscaux et/ou réglementaires pour enrayer ce phénomène.

Un bilan environnemental global très lourd

Pris dans sa globalité, le problème du « trop de voiture » constitue un défi à part entière pour les prochaines décennies tant les nuisances cumulées par les millions de vieilles voitures encore en circulation atteignent des niveaux préoccupants à de multiples égards.

En France en particulier, la part importante des véhicules diesel encore en circulation – plus de 25 millions en cumulant les catégories VP et VUL (!) – alourdi encore un peu plus le bilan en matière d’émissions locales au fur et à mesure que ces véhicules vieillissent.

Outre la problématique pétrolière et les émissions polluantes associés, c’est bien la question des ressources globales monopolisées par toutes ces voitures, en particulier celles qui roulent peu et qui pourraient être remplacées par des alternatives plus vertueuses au regard des usages et des besoins réels des utilisateurs.

L’urgence à changer de logiciel

Inutile de continuer à miser sur les primes à la casse et autres incitations fiscales mises en place par les gouvernements successifs pour tenter en vain de rajeunir l’âge du parc roulant, ces solutions ne marchent pas. Et pour cause : la première raison de ces subventions déguisées est d’aider indirectement l’industrie automobile à vendre des voitures neuves ou occasions récentes qui s’entassent sur les parkings des concessions. Alors que tout devrait être mis en œuvre au niveau local comme au niveau national pour commencer à gérer le « moins d’automobile », dans la pratique, beaucoup d’acteurs en sont encore à devoir gérer le « toujours plus d’automobile ».

Or, dans les villes françaises en particulier, et plus encore dans les métropoles, le premier problème posé par l’automobile n’est pas le fait des véhicules anciens qui polluent plus que les véhicules récents. Le véritable problème c’est le fait que l’automobile individuelle occupe trop d’espace eu égard au service qu’elle rend. En complément des initiatives menées dans les grandes villes et les métropole en faveur d’un partage plus équitable de l’espace public au bénéfice des modes plus vertueux que l’automobile, il y a une réelle urgence à mettre en place des politiques cohérentes au niveau national pour inciter les ménages qui le peuvent à se passer de voiture plutôt qu’à les inciter à renouveler leur véhicule de façon anticipée.

Publicité


Renchérir le coût de possession

N’en déplaise aux partisans du toujours plus et de la consommation de masse, pour faire en sorte que l’industrie automobile accélère sa mutation et que les usages aberrants reculent au bénéfice d’autres modes bien plus vertueux, ce ne sont pas des aides financières pour changer de voitures dont les automobilistes ont besoin mais plutôt des incitations à opter pour un autre mode de transport que la voiture individuelle là où des alternatives éco-performantes existent.

Vignette automobile (à minima à l’intérieure des grandes agglomérations), péages urbains, zones de circulation restreinte : des sujets sur lesquels les pouvoirs publics français peinent à aller de l’avant comparativement à ce qui vaut déjà dans beaucoup d’autres grandes villes européennes et qui ont pourtant montré une efficacité bien supérieure aux mesurettes prises jusqu’ici en France. Comme si en 2018, l’auto à pétrole faisait encore parti de ces biens de consommation auxquels les français sont tellement attachés et dépendants, qu’il serait inenvisageable de restreindre son usage même lorsque tout plaide dans ce sens ?

Objectif : une voiture par ménage à l’intérieur des grandes agglomérations

C’est un objectif dont on entend encore peu parler et qui pourtant fait sens dans tous les territoires en prise avec des problèmes de congestion récurrents ou qui n’arrivent plus à répondre aux besoins croissants en matière de stationnement automobile. Au lieu d’attendre passivement l’arrivée de nouveaux services en mobilité annoncés comme révolutionnaires, les grandes villes françaises, richement dotées en alternatives de transport comparativement à la moyenne nationale, auraient beaucoup à gagner en affirmant haut et fort que le moment est venu de préparer le moins de voitures plutôt que le toujours plus.

En encourageant l’autopartage sous toutes ses formes et au-delà tous les nouveaux usages de la voiture qui participent à en améliorer son efficience globale, les collectivités territoriales ont aussi un rôle à jouer pour accélérer les changements en cours. L’objectif est invariablement le même : faire en sorte que l’automobile de demain rime avec mieux et moins. Il y a urgence…

 

 

 

Publicité