Avec plus de 6.000 nouveaux véhicules électriques et hybrides rechargeables immatriculés sur le seul mois de septembre, la France vient de franchir la barre des 250.000 véhicules branchés en circulation. Retour détaillé du mois écoulé grâce aux chiffres communiqués par l’AVERE France.

La ZOE et la Model 3 portent le segment VP

Avec 4201 immatriculations réalisées en septembre, la voiture électrique réalise son troisième plus gros mois de l’année. Représentant 2,42 % des ventes de voitures particulières neuves, le segment est porté par deux principaux modèles. Leader du secteur, la Renault ZOE totalise 1568 immatriculations et représente 37 % de parts de marché tandis que la Tesla Model 3 prend 25 % avec 1061 exemplaires écoulés.

Complétant le trio de tête, la Nissan Leaf arrive bien plus loin. Avec 298 unités écoulées, elle représente 7 % des ventes de voitures électriques. Elle est suivie de près par la BMW i3 (241) et le Hyundai Kona électrique (216).

Publicité


Au cumul, ce sont plus de 30.000 voitures électriques qui ont été immatriculées dans l’Hexagone depuis le début de l’année. Par rapport aux quelque 20.000 immatriculations réalisées à la même période l’an dernier, le segment affiche une progression de 50 %. Représentant plus de 40 % des immatriculations, la ZOE s’est écoulée à près de 13.000 exemplaires au cours des neuf derniers mois. Elle est suivie par la Tesla Model 3 et la Nissan Leaf, respectivement immatriculées à 4802 et 2912 exemplaires.

Aller plus loin : toutes les immatriculations de voitures électriques en 2019

Volvo en tête des hybrides rechargeables

Avec un total de 1343 immatriculations enregistrées, l’hybride rechargeable a représenté 0,77 % des ventes de voitures particulières dans l’Hexagone en septembre.

Au classement, le Volvo XC60 arrive en première place avec 230 immatriculations. Le SUV suédois est suivi par la Mini Countryman hybride rechargeable et le Range Rover PHEV dont les immatriculations respectives s’élèvent à 156 et 126 unités.  

A noter que le mois de septembre marque également les premières immatriculations de la nouvelle Peugeot 508 hybride rechargeable après celles des Audi Q5 TFSIe et Peugeot 3008 hybrides rechargeables réalisées en août.

Au cumul, ce sont plus de 11.700 véhicules hybrides rechargeables qui ont été immatriculés depuis le début de l’année. Dans le trio de tête, on retrouve le Mitsubishi Outlander PHEV (2425), le SUV Range Rover (1465) et le Volvo XC60 (1392).

Aller plus loin : toutes les immatriculations de voitures hybrides rechargeables en 2019

Un petit mois pour les utilitaires

En chute de 40 % par rapport au mois de septembre 2018, le segment des utilitaires électriques réalise l’un de ses plus mauvais mois de l’année avec 508 immatriculations enregistrées. En cause : le recul du Kangoo ZE. Ecoulé à seulement 234 exemplaires le mois dernier, l’utilitaire électrique de Renault recule de plus de 50 % par rapport aux près de 492 immatriculations réalisées en septembre 2018.

Classés en seconde et troisième position, le Nissan e-NV200 et la Renault ZOE VU totalisent respectivement 99 et 42 immatriculations.

Publicité


Aller plus loin : toutes les immatriculations d’utilitaires électriques en 2019

Plus de 250.000 véhicules électriques en circulation

Avec l’ajout des chiffres du mois de septembre, la France vient de franchir la barre symbolique des 250.000 immatriculations. Une dynamique qui devrait encore se poursuivre avec l’arrivée massive de nouveaux modèles attendues en 2020 mais qui impose une simplification de certaines réglementations.

« Avec 50 000 nouvelles immatriculations enregistrées au cours des 12 derniers mois, la France vient de passer la barre des 250 000 véhicules électriques dont 200 000 100% électriques ! Si les chiffres sont bons, il est impératif d’accélérer la dynamique pour atteindre l’objectif du million de véhicules électriques en 2022. Nous ne pourrons y arriver qu’en simplifiant la recharge en copropriété. Si la loi d’orientation des mobilités va partiellement faciliter le déploiement des bornes de recharge, elle ne règle pas la question du résidentiel collectif » avertit Cécile Goubet, Déléguée générale de l’Avere-France.

Publicité