Heure d’hiver, pneus hiver : alors que nous laissons définitivement la saison estivale derrière nous, le changement d’heure est le parfait repère pour délaisser les pneus été au profit des gommes hiver. Nous faisons le point sur la technologie et nous vous livrons nos meilleurs choix pour les voitures électriques.

L’été, le soleil, les températures caniculaires et le bitume chaud sont désormais derrière nous. Alors que le thermomètre dégringole lentement et commence à passer sous la barre des 10°C selon les régions, l’horloge fait l’un de ses derniers passages à l’heure d’hiver. Appelée à disparaître, cette transition est non seulement synonyme d’une heure de sommeil en plus, mais aussi un point de repère pour le changement de ses pneus, comme aiment le rappeler certains manufacturiers ou centres automobiles.



C’est quoi un pneu hiver ?

Communément connu sous le nom de pneu neige, le pneu hiver n’est pas seulement adapté à la poudreuse, comme son appellation populaire le laisse supposer : leur recette, leur structure et leurs sculptures sont conçues pour faire face aux routes froides de l’hiver, dès que la température descend sous les 7°C. Là où les gommes été se durciront pour ne plus être efficaces, les gommes des pneus hivers conserveront leur élasticité et leur souplesse pour faire face aux conditions de la saison.

Ainsi, ils se montreront plus efficaces en matière de tenue de route mais aussi plus performants au chapitre freinage sur route mouillée, enneigée ou verglacée. Avec près de six fois plus de lamelles que sur un profil été, ces pneus présentent aussi de bien meilleures capacités d’adhérences pouvant, selon les cas, se passer de chaînes ou autres chaussettes pour les véhicules non chaînables de plus en plus nombreux.

Le pneu toutes saisons, vraiment utile ?

Si les pneus hivers sont les plus adaptés aux conditions hivernales, leur changement ainsi que leur coût (bien que les manufacturiers et revendeurs mettent en avant l’avantage économique de cette opération) constituent les principaux freins. C’est ainsi que le marché s’est rapidement tourné vers l’offre des pneus toutes saisons, qui affichent le meilleur compromis : présentant sensiblement le même dessin qu’un pneu hiver avec ses nombreuses rainures pour évacuer l’eau ou agripper la neige, il adopte une gomme moins tendre pour se montrer efficace par temps sec ou en été.

De mieux en mieux étudiés, les pneus toutes saisons ont rapidement changé d’appellation marketing pour mieux mettre en lumière leur champ de compétences : c’est ainsi que la plupart des références sont devenues avec le temps des pneus été homologués pour l’hiver, avec le marquage spécifique 3PMSF légal (à ne pas confondre avec le marque M+S Mud and Snow non certifié par un laboratoire).

Les avantages de ces pneus sont multiples, mais ils présentent toutefois les défauts de leurs qualités, comme tous les produits grand public privilégiant l’ultra polyvalence. Plus efficaces qu’un pneu été sur la neige ou qu’un pneu hiver sur sol chaud, ils ne peuvent égaler les performances d’un pneu hiver dans les situations pour lesquelles ce dernier a été développé.

Pneus hiver ou toutes saisons ?

Les pneus toutes saisons ont l’avantage de s’affranchir d’un passage en centre à l’approche de l’hiver, souvent surchargés lors des chutes de neige. Ils permettent aussi de se débarrasser de l’épineuse (et quelque fois couteuse) question du stockage, puisque les pneus sont montés sur les roues de la voiture tout au long de l’année. A peine plus onéreux que les gommes été, ils se montrent plus abordables que les pneus hiver. Permettant une économie à l’achat, ainsi que sur le stockage et sur les opérations de monte démonte, ils affichent un rapport prix/prestation imbattable pour rouler en hiver.

Les pneus hiver traditionnels se montrent bien moins avantageux au chapitre économique sur tous les points évoqués précédemment : bien plus chers à l’achat qu’un pneu toutes saisons, ils réclament forcément une rallonge supplémentaire lors du premier achat pour des jantes supplémentaires et, selon les cas, un budget pour le stockage et pour les opérations de monte/démonte entre les deux saisons. Mais ils permettent aussi de rouler tout au long de l’année avec des pneus d’une efficacité optimale et d’allonger la durée de vie des deux gommes, à condition de bien respecter les périodes de rotation (rouler avec un pneu hiver en été dégradera le comportement du véhicule et fera fondre la gomme…comme neige au soleil).



Autre avantage non négligeable : avec des roues dédiées pour une partie de l’année, il est possible de monter ces pneus sur des jantes plus petites et ainsi, tout en respectant les équivalences légales, d’augmenter la hauteur du flanc. En raison des technologies moins complexes que les pneus à taille basse, ceux-ci sont plus abordables. Ils ont aussi l’avantage de se montrer bien plus résistants aux chocs, notamment avec les bordures des trottoirs, les nids de poule ou autres pierres, cachés sous les manteaux de neige.

Pneus hiver : les Michelin Alpin 6 et Pilot Alpin 5 en tête

Contrairement à l’offre en matière de pneus été, le catalogue de gomme hiver est bien plus mince. Ce qui réduit logiquement les alternatives disponibles, notamment en ce qui concerne les gammes de pneus à faible consommation adaptés aux véhicules électriques. Aussi, la grande majorité des pneus disponibles affichent les mêmes spécificités en raison de leur conception : leur dessin et leur gomme tendre engendrent plus de bruit et plus de résistance au roulement. Selon les estimations, la chute d’autonomie serait comprise entre 10 km et 15 km selon les modèles et les pneus utilisés. Mais ce n’est pas tant l’infime surconsommation du pneu hiver ou toutes saisons qui fait débat, que la chute, rappelons-le, des capacités des batteries par temps froid, où l’autonomie peut dégringoler de 18,5 % en moyenne d’après la Fédération Automobile de Norvège.

Comme de coutume donc, il sera notamment question de budget et d’usage pour choisir l’une des références du marché. En revanche, le très sérieux organisme suisse TCS vient de livrer son classement 2020 des meilleurs pneus hiver. En dimensions 205/55 R16, c’est le Bridgestone Blizzak LM005 qui prend la tête, suivi par le Michelin Alpin 6 et le Dunlop Winter Sport 5. Un cran au dessus en matière de dimension (235/55 R17) et avec des prétentions plus sportives, Michelin reprend la première position avec le Pilot Alpin 5. Le Goodyear UltraGrip Performance + et le Dunlop Winter Sport 5 sont également des alternatives à ne pas oublier au moment de l’achat.

Moins connus en France mais particulièrement réputés en Scandinavie, les Vredestein Wintrac Pro et Nokian WR A4 ou Hakkapeliitta s’en tirent avec les honneurs lors de la plupart des essais comparatifs réalisés par des organismes indépendants ou par nos confrères européens (résultats compilés sur le site Tire Vote). A noter que le manufacturier finlandais propose une large gamme de dimensions pour s’adapter à la plupart des voitures électriques et notamment les Tesla.

Pneus toutes saison : Continental et Goodyear au coude à coude

Comme expliqué précédemment, les pneus toutes saisons présentent des arguments de poids. Ils sont même parfaitement suffisants dans certaines régions de France et peuvent convenir à la plupart des automobilistes tout au long de l’année. D’après les résultats du TCS suisse et de l’ADAC allemand, le Continental AllSeasonContact sort vainqueur des comparatifs en dimension 17 pouces. Il est suivi par le Goodyear Vector 4Season Gen-2 et le célèbre Michelin CrossClimate+. Ces trois références sont saluées pour leur efficience, mais aussi pour leurs performances sur sol sec et mouillé. Avantage toutefois au Contiental qui se montre le plus à l’aise sur le verglas et sur la neige. Notons que Goodyear reprend la première place dans la catégorie 16 pouces avec les 4Season Gen-3, alors que le Continental continue de rester sur le podium (3ème place).

Rappelons que la marque Hankook est le premier manufacturier à présenter un pneu toutes saisons adapté aux véhicules électriques avec le Kinergy AS EV. Mais malgré les promesses, le pneu n’a toujours pas vu le jour sur le marché européen.

Un pneu hiver performant, un pneu toutes saisons plus abordable

Axés sur les performances en condition hivernales, les références neige ou toutes saisons ne s’adaptent pas spécifiquement aux voitures électriques. De plus, les différences entre les deux en matière de résistance au roulement ou de bruit sont très minces et ne permettent pas de les distinguer sur ces critères. Au final, seules la météo de votre région de résidence et l’utilisation que vous faites de votre véhicule électrique conditionneront le choix. En dehors des départements de montagne, l’usage des pneus toutes saisons peut être envisageable pour faire face aux routes froides et humides, ou partiellement enneigées. Sur les hauteurs ou dans les régions régulièrement enneigées, nous conseillons toutefois d’opter pour un jeu complet de pneus hiver afin de profiter des meilleures performances sur la neige, sur le verglas ou sur les routes froides.

Mais le coût d’un tel choix sera bien plus élevé que l’option toutes saisons, dont la part de marché n’a pas fini d’exploser :  le récent décret n°2020-1264 prévoit ainsi l’obligation de s’équiper de pneus hiver (repérés par les marquage M+S ou 3PMSF) du 1er novembre au 31 mars de l’année suivante, dans 48 départements de montagnes dont la liste des communes concernées sera communiquée par les préfectures. Attendue depuis quelques années, cette loi montagne a donc un cadre légal et entrera en vigueur dès le 1er novembre 2021. Ajoutons aussi qu’à partir du 1er novembre 2024, les pneus arborant seulement le marquage M+S ne seront plus autorisés.

Evitez le sur-gonflage exagéré et pensez aux chaînes

Dans les deux cas, notez qu’il est vivement recommandé d’équiper les quatre roues du même type de pneu : monter des pneus hiver à l’avant tout en laissant les pneus été à l’arrière (ou inversement selon le type de transmission) dégradera fortement (et dangereusement) le comportement de la voiture. Aussi, il est inutile de sur gonfler exagérément vos pneus pour espérer fendre la neige en réduisant virtuellement la bande de roulement. En revanche, la pression des pneus suivant la chute des températures extérieures, il est conseillé d’augmenter la pression de 0,2 bars par rapport à la pression recommandée. Rappelons aussi qu’il est possible d’opter pour des références affichant un indice de vitesse inférieur, en raison des vitesses moins élevées enregistrées en hiver.

Si vous envisagez d’effectuer une virée en montagne pour les sports d’hiver, pensez à mettre dans le coffre des chaînes à neige ou des systèmes similaires adaptés aux véhicules non chaînables : dès la présence du panneau B26 sur le bord de la route, les chaînes seront obligatoires pour pouvoir rouler. Quant aux pneus cloutés, s’ils ne sont pas interdits en France, leur utilisation est strictement encadrée par l’arrêté du 18 juillet 1985.