Sur un marché automobile en recul de 3 %, la voiture électrique maintient son cap et franchit la barre des 10.000 immatriculations en septembre. En y ajoutant les quelque 8000 hybrides rechargeables, la part de véhicules branchés passe le cap des 10 % sur le marché du neuf.

Après la frénésie de la période post-confinement et l’accalmie du mois d’août, les immatriculations de voitures électriques reprennent des couleurs en septembre. Avec un total de 10.009 immatriculations, la voiture électrique a représenté près de 6 % des ventes de véhicules neufs sur le mois écoulé selon les données communiquées par le CCFA. S’il faudra attendre quelques jours et la publication du baromètre de l’Avere France pour connaitre les résultats détaillés pour chaque modèle, on connait déjà ceux de la Renault ZOE et la Tesla Model 3. Totalisant respectivement 2.878 et 1.083 immatriculations sur la période, les deux modèles ont représenté à eux seuls 39,5 % du marché.



Sur l’année, la voiture électrique passe désormais le cap des 70.000 immatriculations, soit deux fois plus qu’en 2019 (30.378).

Nouveau record pour l’hybride rechargeable

Avec 7839 unités écoulées, les voitures hybrides rechargeables réalisent un nouveau record en volume en septembre. Elles représentent 4,65 % du marché.

Au cumul, la progression du segment est impressionnante. Entre janvier et septembre, plus de 40.000 véhicules hybrides rechargeables ont été immatriculés. C’est quatre fois plus que sur la même période en 2019 (11.866).

A l’inverse les autres segments reculent. Avec 362.142 immatriculations réalisées sur les 9 premiers mois de l’année, le diesel recule de 35 %. Pour l’essence, la chute est encore plus rude avec une baisse de 40 % par rapport à l’an dernier. Dynamisé par l’arrivée massive de nouveaux modèles, l’hybride s’en sort mieux. Avec 109.737 immatriculations enregistrées depuis le début de l’année, il progresse de 45 % par rapport à l’an dernier.