Alors que le marché automobile global recule de 89 % par rapport à l’an dernier, la Peugeot e-208 arrive en tête des immatriculations de voitures électriques dans l’Hexagone.

Sur un secteur quasi à l’arrêt suite aux mesures de confinement, l’électrique n’est pas vraiment à la fête. Selon le baromètre de l’Avere France, 1.218 voitures électriques ont été immatriculées au cours du mois écoulé, soit 62 % de moins qu’à la même période en 2019.



Dans ce contexte très particulier, c’est la Peugeot e-208 qui arrive pour la première fois en tête du marché français. Avec 360 immatriculations, la voiture électrique du lion devance sa principale rivale, la Renault ZOE, qui boucle le mois avec 322 unités écoulées. Le podium est complété par la Tesla Model 3 qui totalise 189 immatriculations.

Le DS 7 Crossback e-Tense en tête des hybrides rechargeables

Avec 428 immatriculations, le segment des hybrides rechargeables affiche un recul de 67 % par rapport à l’an dernier.

Représentant à elles seules plus de la moitié des unités écoulées sur le mois, la DS 7 et la Peugeot 3008 hybrides rechargeables arrivent en tête du classement. Elles sont suivies par la version branchée de la Peugeot 508, immatriculée à 29 exemplaires.

Les utilitaires en chute libre

Avec 99 unités écoulées, les utilitaires électriques accusent la plus forte baisse (-86 %). Au classement par modèle, le Renault Kangoo ZE conserve sa première place. Avec 35 immatriculations, il termine quasi ex-aequo avec le Citroën Berlingo électrique, écoulé à 33 exemplaires.

Une reprise incertaine

Si la réouverture des concessions, prévue le 11 mai, devrait permettre de débloquer plusieurs milliers de véhicules restés en attente de livraison, la reprise du secteur automobile demeure incertaine. Principale source d’inquiétude : le retour des commandes. Alors que les déplacements resteront limités, l’achat automobile ne sera sans doute pas la priorité des français ces prochaines semaines…