| Sur
7 juillet 2019 11:56

Voiture électrique : dans quels départements se vend-elle le mieux ?

Par Florian Eyraud

En volume et en taux de pénétration… Automobile-Propre présente un état des lieux des ventes de voitures électriques par département sur l’année 2018.

Plus de 31.000 immatriculations sur l’année

En 2018, le marché des véhicules 100 % électriques a représenté 1,45 % des parts de marché totalisant 31479 immatriculations (DOM inclus).

Pour la dixième année consécutive, le nombre d’immatriculations de véhicules 100% électriques est en augmentation : + 26,4 % d’immatriculations en 2018 par rapport à l’année précédente. Nous notons également que le total de véhicules 100 % électriques a dépassé les 100 000 immatriculations au cours de l’année 2018. Ce document s’intéresse à la répartition en nombre et en pourcentage des immatriculations de cette catégorie de véhicules par département.

Les ventes de véhicules électriques en France ont commencé à décoller à partir de l’année 2011. Depuis lors, les chiffres augmentent chaque année. En volume, le passage de 2017 à 2018 représente la seconde plus importante augmentation (6569 immatriculations en plus en un an) après celle ayant eu lieu entre 2014 et 2015 (6702 immatriculations en plus). En pourcentage, l’augmentation entre 2017 et 2018 est de 26,4 %.

Quatre départements au dessus des 1.000 immatriculations

La barre des 1000 immatriculations de VE a été dépassée cette année dans quatre départements (contre trois l’an passé). On retrouve en première position les Hauts-de-Seine (2179 immatriculations), Paris (1599 immatriculations), les Yvelines (1261 immatriculations) et les Bouches-du-Rhône avec 1082 immatriculations. Les trois départements ayant eu le moins d’immatriculations sont : Mayotte (0 véhicule immatriculé), la Guyane française (22 immatriculations) et la Lozère (25 immatriculations).

La moyenne nationale de véhicules électriques immatriculés par département au cours de l’année 2018 est de 311 (contre 250 en 2017).

À l’exception de la Creuse, la Lozère, l’Indre, la Saône-et-Loire, les Hautes-Alpes, le Morbihan et la Seine-Saint-Denis, l’augmentation des immatriculations de véhicules 100 % électriques concerne la totalité des départements français.

Concernant les régions, 25 % des immatriculations ont été effectuées en Île-de-France (ce qui représente une augmentation de 1757 immatriculations en plus par rapport à l’année précédente). Les immatriculations de véhicules 100 % électriques ont augmenté d’environ 28,9 % en Île-de-France entre 2017 et 2018.

Plus de 3 % de parts de marché à Paris

En France métropolitaine en 2018, les véhicules 100 % électriques représentent 1,45 % des parts de marché (1,20 % en 2017).

Cet indicateur permet de connaître les départements où le véhicule électrique pénètre le mieux dans le marché automobile. Les trois départements où les véhicules électriques représentent la part de marché la plus importante sont : Paris (3,12 %) ; les Hauts-de-Seine (2,74 %) et la Haute-Garonne (2,32 %).

On note que les pourcentages sont plus élevés que la moyenne nationale dans les départements situés autour des agglomérations de Toulouse, de Lyon et de Paris. Certains départements majoritairement ruraux comme le Gers, l’Ardèche et le Lot-et-Garonne dépassent eux aussi les 2 % de part de marché. Cet exemple permet de confirmer que les usages du véhicule électrique correspondent à la fois aux besoins urbains et ruraux.

On note aussi que dans la majorité des départements du Centre de la France, à l’Est ainsi qu’un Nord, la moyenne départementale est plus faible que la moyenne nationale. En Corse, la pénétration du véhicule 100 % électrique est beaucoup plus faible que la moyenne nationale (0,35 % contre 1,45 % au niveau national).

Contrairement à la quantité de véhicules immatriculés par département, la carte présentant le pourcentage est beaucoup plus harmonisé et les écarts plus faibles. Cet indicateur est beaucoup plus fiable et précis si l’on veut suivre l’évolution du marché des véhicules électriques au cours du temps.

Ainsi, l’année 2018 aura vu le cap des 100.000 immatriculations dépassé et aura été une année de croissance importante.

L’année 2019 sera également une année de croissance pour le secteur de l’automobile 100 % électrique. De nouveaux modèles sont attendus dans différentes catégories (citadines, compactes, tout-terrains légers et moyens ou SUV pour les accros aux anglicismes qui ne veulent rien dire), les restrictions pour les véhicules thermiques se poursuivent. De plus, la concurrence des modèles fonctionnant à l’hydrogène, au gaz, au GPL ou au « bio-éthanol » n’est que très faible. La seule réelle concurrence des voitures 100 % électriques sont les hybrides (ainsi que les hybrides rechargeables malgré le prix très élevé).

Nous remercions le Bureau des Statistiques de la Route et des Véhicules pour les données brutes.

Pour aller plus loin :

Florian Eyraud

Lire les commentaires

  • L'axe le long de la Garonne semble particulièrement dynamique en taux de pénétration du Ve avec trois départements consécutifs au-dessus de 2% mais semble s'essouffler à l'approche bordelaise. Les girondins n'aimerait pas les électrons ?

  • Je constate que ça monte un peu en Haute-Savoie malgré les montagnes et le froid.
    Cela dit, j'imagine que ce sont surtout les frontaliers Français (dont je fais parti) et Suisse qui en achètent vu le prix.
    Et puis il y a quand même moins de population en Haute-Savoie qu'à Paris hein :-)

    A coté de ça, je n'opte pas pour du 100% électrique pour le moment car:
    - Pas assez de bornes rapide et qui fonctionnent.
    - Multitude de moyen de paiement mais pas de CB.
    - Peu pas tracter.
    - Voiture électrique familiale hors de prix. (les poussettes, landeau & co, ça prend beaucoup de place)
    - Pas de prise de recharge au travail ni dans les parking publique.

    Donc je reste en PHEV comme pas mal de monde dans mon entourage.
    C'est notre deuxième voiture qui sera 100% électrique à l'avenir vu qu'elle ne sert qu'aux trajets domicile/travail de madame.

    Le PHEV avec 40-60km d'autonomie, je fais mes allez-retour quotidiens à Genève en 100% électrique sans soucis, donc ça me va bien (il faut juste faire attention avec le chauffage électrique l'hiver)
    Quand au thermique, il me 'sauve' quand je part en week-end ou en vacances.
    Pour l'instant il n'a brulé que 75 litres pour 5500 km.

    Dans quelques semaines je vais me faire un trajet de 400km avec une caravane pliante, en passant par l'italie.
    Sur mon trajet d'autoroute, pas une seule borne de recharge rapide sans sortir, et sur place en Corse, c'est pire..

    Je trouve bien dommage que les stations service autoroutières tardent à ajouter des bornes rapide alors que c'est justement là qu'il y en aurai le plus besoin.
    Cela dit, je ne perd pas espoir, une air de service au départ de mon trajet vient de s'agrandir avec l'installation d'une dizaine de bornes rapide (Ionity je crois), un parc pour enfant, un resto etc.. Ça c'est le top, il faudrait la même chose tous les 200 ou 300km :-) et je n'aurais plus la crainte de tomber en panne d’électricité avec un VE.

    Bref pour la voiture 100% électrique, ça attendra même si nous en avons les moyens et que nous avons la chance de pouvoir recharger à domicile.

  • 1,45%, un marché de niche donc, et certains s'étonnent que les constructeurs trainent les pieds avec une demande aussi faible.

    • Quand vous repeignez une pièce, vous avez d'abord 10 cm2 de peinture de large sur la longueur de la trainée du pinceau, soit 1 cent millième de la surface de la nouvelle couleur et 99999 cent millième de l'ancienne couleur, puis un peu après, au deuxième coup de pinceau vous avez 2 cent millièmes de la nouvelle couleur et ….. Au bout de 10 minutes vous vous retournez pour voir ce que vous avez fait et vous dites, Boff, c'est une couleur de niche ?

  • Attention entre nombre d'immatriculation et pourcentage. Par exemple, en Creuse : 29 véhicules immatriculé en 2018, et pourtant part en pourcentage des immatriculations 2018 : 1,03%; alors qu'en Haute-Vienne c'est l'inverse. (relatif aux nombres d'habitants et donc de véhicules dans chaque département)

      • Le plus intéressant et le plus réaliste est le taux de remplissage par rapport au nombre d’habitants du département

  • 26% de progression ne représente que TRÈS PEU quand l'assiette de calcul est TRÈS FAIBLE. Ce qui est le cas. La moyenne nationale est tirée vers le haut par la statistique régionale Ile-de-France. Le marché en fait ne décolle pas du tout, ce qui a amené le Président de BMW a le dire de façon claire et nette. Quand il vous faut des heures pour recharger, quand les infrastructures n'existent pas en assez grande quantité et quand l'autonomie reste aussi faible (prévoyez -30% par rapport aux anno'ces ded constructeurs) et bien ça ne peut pas décoller... Et pendant ce temps, à cause de l'incompétence des écolos et de nos dirigeants, la filière diesel "propre"(avec Adblue) a été massacrée à coups de contre-vérités. Les chômeurs à venir dans le secteur du diesel s'en prendront à ces responsables le moment venu et il ne devront pas faire les victimes ces responsables incompétents. Dernière info: les chinois renoncent à l'électrique car ils ont compris que les matières premières pour faire les batteries manqueraient rapidement donc le coût de ces matières explose à la hausse. D'où leur orientation sur la pile à combustible. Comme on aurait du le faire depuis 30 ans en France mais rien ou du peu a été fait.

    • Et pour compléter ce que disent Philouze et Lelclar, les chinois ne renoncent aucunement à l'électrique. Soit c'est une incompréhension soit c'est de la fake news, les chinois assainissent leur marché du VE et excluent des aides les véhicules les moins performants, c'est tout sauf un renoncement !

    • Diesel moderne = particules ultra-fines, (plus petites que celles prises en considération par les normes Euro) et composées de substances très dangereuses comme les HAP, métaux lourds, nitrate d'ammonium, etc... Sans compter les NOx, toujours trop présents, le protoxyde d'azote, 300 fois plus nocif en matière de réchauffement que le CO2, etc... Ce sont justement la plupart des médias, orientés ou pas assez consciencieux dans leurs recherches qui racontent n'importe quoi en prétendant que le diesel est devenu propre. Rien n'est plus faux !

    • le patron de BM vient juste d'être viré pour cette simple phrase. Si on avait viré les sceptiques de Nokia quand les Iphones sont sortis on aurait peut être aussi sauvé cette boite, idem pour les visionnaires D'AGFA, les presseurs de vinyl et les négationnistes du E-commerce en 1995.

      Quoi qu'il en soit OUI le marché décolle, et ça se passe MALGRE les concessions, les méventes, les stocks bloqués et vidés dès les premiers mois de l'année, malgré la contre pub affligeante sur les réseaux sociaux, et oui, malgré un réseau de bornes insuffisante.
      ça se fait aussi malgré l'attentisme de la génération d'après, bien compréhensible quand les batteries prennent 30% d'autonomie en plus tous les deux ans.

      Et bien malgré tout on est à 2% des ventes mais avec 50% de croissance. ça s'appelle une disruption. si vous poursuivez 2% de 50, dans 4 ans on passe les 10%, dans 7ans on a la majorité des ventes. Ensuite ce sera sauve qui peu pour les autres, car quand on a goutté au roulage ultra souple, nerveux, silencieux et au plein à la maison pour 2€ on ne revient pas aux pétromobiles, c'est un aller sans retour.
      Quand tous vos voisins y sont, vous restez le dernier ringard à polluer le quartier et à faire le plein pour 70 balles ? je ne crois pas non, Adblue ou pas Adblue...

      • Reportez la vitesse de pénétration des VE dans le monde du VT sur celle du VT dans le monde de la calèche à cheval et vous verrez que la flèche est beaucoup plus acérée que celle de la pénétration du VT dans le monde de la calèche à cheval. Il lui a fallu plus de 50 ans d'existence avant que l'on ouvre les boucheries chevalines pour trouver quoi faire des chevaux qui nous restaient sur les bras.
        Il faut un certain recule pour prendre la mesure de cette fulgurante progression des VE. Ici la plupart d'entre vous n'ont certainement pas connu cette époque. Quand j'avais 12 ans, on se rendait au marché avec notre tombereau pour vendre nos légumes, et nous étions nombreux à accrocher la bride de nos chevaux à la barre du bac de la fontaine. Quand mon oncle Gustave a acheté sa voiture à cul de poule ça a été un évènement régional…. et finalement ce n'est pas si vieux.

  • Revenons au coeur du sujet…
    On présente ici les immatriculations de VE neufs.
    Or ces chiffres devraient être pondérés par l'impact des immatriculations de flottes (Poste ENEDIS autres entreprises) réparties sur certains départements, souvent en chef lieu de Région ou IDF.
    Autre facteur l'incidence des aides locales à l'achat.
    Le marché de l'occasion est significatif, j'en veux pour preuve mon département, la Vendée, longtemps en tête en part de marché neuf et qui a reculé les concessionnaires ayant des volumes importants à écouler d'occasion suite au retour de LOA. Qui circule ici constate que les VE y sont toujours plus visibles avec des immatriculations "anciennes"…Quant au facteur IRVE il faut aussi le pondérer il est parfois significatif sur les ventes (est) et parfois pas (comparer 85 et 17)
    Comme quoi tout est relatif...

  • M Eyraud ,plug in plus cher??
    La Prius est quasiment au même prix que la Zoé intense a 36000€,Prius garantie 3 ans ou 100000 km,batterie garantie huit ans,confort qualité ......y’a pas photo.....AMHA

    • j'ai eu les deux (en P3), pas photo en faveur.... de la Zoé !
      coffre (c'est simple, dans le PPlugin 4, y'a à peine de quoi poser un attaché case) , sièges, plastiques, espace arrière.
      j'aime son design extrême en version plugin, très "badass SF" je trouve.
      Mais sa batterie de la P4 est trop limitée, son coffre est vraiment problématique, elle est immense pour son volume interne.

      Le NIRO PHEV enterre la Prius en rapport qualité prix, les LLD sont en plus largement en faveur de KIA ( 285 pour Kia en janvier 2019, 560 pour la Toyota)

      • A catégorie de véhicule égale, le phev n'est pas nécessairement plus cher: une Ioniq phev est moins chère que sa version électrique 28 kWh.
        Mais pourquoi avoir acheté la P4 phev, alors ? Le Niro est très bien, mais ne peut soutenir la comparaison avec la Prius en termes d'efficience, de consommation et de rejets polluants. Quant à la Zoé, malgré ses qualités, elle n'est pas très sobre en électrons et ne peut prétendre à la polyvalence de la Prius.

        • Il y a les gouts et les couleurs mais y a t il beaucoup de gens a aimer voir supporter le design d'une prius ? Quand a dire qu'une Zoe n'est pas sobre en electron je me questionne encore sur l'interet de l'évoquer. On est quand meme dans une moyenne des voitures de sa categorie.

    • J'entendais avec les aides de l'État. De plus, malgré la qualité de la Prius rechargeable, le ventes sont faibles et concernent des modèles plus chers.

  • L'information manquante c'est le pourcentage d'acheteurs n'ayant ni parking, ni garage.
    Cette information est essentielle car elle représente une part importante, voir majoritaire, des possesseurs de voiture en France.

    • C'est une des premières raison de la limitation de la pénétration du VE, bien plus que le réseau de charge intervilles.

    • Et ceux là ont une pompe à essence chez eux?
      Car pour ne citer que mon exemple, bien qu'ayant de quoi recharger à la maison, je le fait très peu, puisque j'ai mon supermarché équipé de bornes de recharge. Ne pas pouvoir recharger chez soi est un handicap, c'est vrai, mais il y a plein de solutions alternatives. Pour mes 1000 kms/mois, je fait une recharge par semaine. Les courses, un ciné ou un restau en ville suffit donc. Ou aussi, on peut demander à recharger au boulot (en payant sa consommation).

  • Merci pour ces chiffres où les DOM sont ENFIN représentés. Nous existons bel et bien, et nos contraintes et avantages de climat, de relief, de distance et de coût sont autant d’expériences que nous sommes ravis de partager pourvu que nous soyons pas oublier comme cela arrive très généralement.

    • C’est la dure vie éloignée des préoccupations de Paris. Quand tu vois qu’en métropole quand tu habites en « province » tu es considéré comme un arriéré et/où une destination de vacances pour parigot, t’attend pas à ce que l’expérience des DOM soit considérée

      • C'est marrant tu fais le même cliché en négatif, du coup vu de province le parisien est juste un c*n qui se croit supérieur aux autres et qui vient faire chier avec son arrogance deux mois en été ?

        Tu m'étonnes que la France est fracturée.....

  • Pour les VE, il faudrait que les centres de recyclage de batteries soient indiqués dans les carnets de bord et d'entretien ! Et, ou que tout garagiste soit tenu de les collecter et les diriger vers ces centres via un moyen de transport électrique gratuit !

    • il parait tellement évident que les concessions seront contraint par la li de reprendre les batteries usagées comme c'est le cas aujourd'hui pour tous les commerces qui vendent des produits utilisant des piles et batteries que ce n'est pas la peine d'imaginer que ce sera un problème le moment venu puisque la loi est déjà écrite.

    • Aucun intérêt, dans 10 ans ou 15 ans a la fin de vie du vehicule l'info sera obsolète

Ce site utilise les cookies.