Avec 10.952 immatriculations enregistrées, la voiture électrique a représenté plus de 8 % des ventes de véhicules neufs au cours du mois de janvier. Un score historique qui s’explique en grande partie par les excellents résultats de la Renault ZOE.

L’année 2020 commence fort ! Alors que les constructeurs sont désormais contraints par la réglementation « CAFE » qui impose des moyennes strictes en matière d’émissions de CO2, la voiture électrique établit en janvier un record.



Représentant 8.2 % de l’ensemble des voitures neuves immatriculées dans l’Hexagone, le segment a franchi pour la première fois le cap des 10.000 unités écoulées, soit deux fois plus qu’au moins de décembre où sa part de marché se limitait à 2,27 %.

La Renault ZOE casse la baraque

S’il faudra encore attendre quelques jours avant d’avoir le détail des résultats pour chaque modèle, le « Top 100 » publié par le CCFA place la Renault ZOE sur la troisième marche du podium des immatriculations françaises, tous modèles confondus. Classées juste derrière la nouvelle Peugeot 208 et la Clio V, respectivement écoulées à 9463 et 5524 exemplaires, la citadine électrique de Renault totalise 5331 immatriculations sur le mois écoulé. C’est deux fois plus que les 2097 exemplaires enregistrés en décembre.

Pour le reste, le classement du CCFA laisse apparaître quelques modèles tels que la C-Zero ou la Nissan Leaf 40 kWh, immatriculées à 414 et 242 exemplaires. On notera également l’absence de la Tesla Model 3 de ce top 100, signe que la berline californienne n’a pas vraiment performé en ce début d’année.

Nouveau record pour l’hybride rechargeable

Avec plus de 3700 immatriculations enregistrées, l’hybride rechargeable enregistre également une performance historique, s’accaparant 2,8 % des ventes de véhicules neufs. Au cumul,  ce sont 14.746 véhicules électriques et hybrides rechargeables qui ont été immatriculés dans l’Hexagone en janvier, soit 12 % du marché.

A l’inverse, les motorisations conventionnelles reculent, tant en volumes qu’en parts de marché. S’ils continuent à représenter 80 % des ventes, les modèles essence et diesel chutent de 12 points par rapport à janvier 2019.

Un début d’année tronqué ?

Le mois de janvier marque-t-il le ton de cette année 2020 ? Pas si sûr ! Avec l’arrivée des nouvelles normes européennes en matière de CO2, bon nombre de marques ont freiné leurs livraisons en fin d’année dernière pour faire entrer les électriques dans les quotas 2020.



Si l’on peut au moins s’attendre à un doublement des ventes cette année grâce à la diversification de l’offre, le marché pourrait ainsi revenir à des chiffres beaucoup moins spectaculaires au cours des prochains mois. Affaire à suivre !