À Caen-la-Mer et Cœur-de-Nacre, Derichebourg Environnement expose ses 4 principales pistes pour la mobilité durable. À la tête de l’établissement, Thomas Derichebourg les détaille pour nos lecteurs.

2 nouveaux marchés

« Depuis une soixantaine d’années, Derichebourg Environnement assure la collecte et le recyclage des déchets de façon très orientée sur la protection de l’environnement. Nous tenons à poursuivre ces activités de façon toujours plus vertueuse et plus propre », lance Thomas Derichebourg.

Publicité


« Nous venons de remporter pour 9 ans les marchés des communautés de communes Cœur-de-Nacre et Caen-la-Mer. Rien que pour cette dernière, nous démarrerons notre service le 1er avril dans 39 communes rassemblant 207 000 habitants. Nous souhaitons que l’agence que nous ouvrirons à cette occasion devienne une vitrine de nos actions de protection de l’environnement », explique-t-il.

« Nous tourner vers la mobilité durable, c’est plus agréable pour nos salariés qui connaissent ainsi de meilleures conditions de travail. Pour Caen-la-Mer, nous allons recevoir 27 bennes à ordures ménagères avec un groupe motopropulseur hybride GNV inédit pour la France, ainsi qu’un utilitaire au gaz naturel pour les dépannages », se réjouit-il.

BioGNV et hybridation légère

Une station d’avitaillement en bioGNV, installée par Engie, sera ouverte dans la commune de Colombelles, juste en face de l’incinérateur où les BOM (bennes à ordures ménagères) déposeront chaque année quelque 73 000 tonnes de déchets.

« Engagés dans le recyclage vertueux, nous souhaitions pouvoir alimenter nos bennes avec un produit obtenu par notre activité. Ce que nous faisons déjà avec 100 de nos véhicules au Québec et 80 autres à Paris », commente le président de Derichebourg Environnement.

« Nous avons équipé nos camions de la technologie Active Stop-Start développée par l’entreprise canadienne Effenco. Par rapport à un modèle au gaz naturel classique, nos émissions de GES sont réduites de 30 %, et la consommation de 15 à 30 %. Les frais d’entretien sont également diminués car le moteur thermique tourne 40 à 50 % moins longtemps », chiffre-t-il.

Adapté aux BOM

« Effenco a adapté aux poids lourds le fameux système qui stoppe le moteur des voitures arrêtées, par exemple, à un feu rouge. C’est une amélioration considérable pour le bien vivre en ville. Nous y tenons beaucoup et l’avons fait installer sur nos 27 camions à châssis Renault et bennes Faun, entre la caisse et la cabine », précise Thomas Derichebourg.

« Ce dispositif facilement adaptable sur les poids lourds directement en usine est une solution exceptionnelle pour les véhicules qui effectuent souvent des arrêts », prévient-il.

« Les supercondensateurs qui forment l’unité de stockage se rechargent lors des décélérations et des phases de freinage. L’énergie emmagasinée ainsi est utilisée pour le levage électrique des bacs et la compaction dans la benne. C’est moins de nuisances sonores lors de nos passages, le moteur thermique du camion étant en sommeil lors de ces opérations », illustre-t-il.

Publicité


Moteur-démarreur et supercondensateurs

La technologie Active Stop-Start d’Effenco repose sur trois systèmes principaux. Tout d’abord un moteur-démarreur d’une puissance de 18 kW monté sur la transmission. Le boîtier est capable de ramener le bloc thermique à sa vitesse de ralenti en moins d’une demi-seconde.

Une pompe couplée à un moteur électrique alimente le système hydraulique du véhicule lorsque le bloc thermique est arrêté. L’unité de stockage électrique compte 3 modules de supercondensateurs 48 V au catalogue de Maxwell Technologies, adaptés aux variations de température et aux usages répétés. Garanti 10 ans, le kit complet pèse 290 kg.

« Nous apprécions de travailler avec des startups innovantes. Nous avons été les premiers à faire confiance à cette solution d’Effenco. Son coût s’amortit dans la durée. Au Québec, nous avons passé une commande massive de ce système pour plusieurs millions de dollars », témoigne Thomas Derichebourg.

Oleo100

« Pour les 24 000 habitants de la communauté de communes Cœur-de-Nacre, nous avons choisi une autre solution. Le carburant d’Oleo100 alimentera nos 12 camions », révèle notre interlocuteur.

Sur son site, Oleo100 crédite son B100 100 % biodégradable, composé d’esters méthyliques de colza cultivé en France, et exploitable dans la plupart des moteurs diesel, d’une réduction de 60 % des émissions carbonées et de 80 % des particules. Le plus gros investissement consiste à faire installer une cuve spécifique et une pompe.

« Nous allons installer notre première station Oleo100 pour Cœur-de-Nacre. Nous découvrirons ainsi comment les moteurs vont fonctionner et réagir avec ce produit. Les biocarburants, parce qu’ils sont bien moins polluants, représentent une bonne solution pour la mobilité durable des poids lourds », plaide Thomas Derichebourg.

BioGNV, B100 et bornes électriques

À Colombelles, le site de Derichebourg Environnement recevra donc une station de GNV, une autre aux couleurs d’Oleo100, mais aussi des bornes de recharge pour véhicules électriques.

« Nous allons équiper notre agence en charge des 2 territoires de 4 Renault Zoé. Elles serviront aux agents de maîtrise qui contrôlent les opérations sur le terrain. Avec la nouvelle batterie, il est possible de parcourir 300 kilomètres sur une recharge complète, même chauffage et radio allumés. Je le sais car j’utilise moi-même une Zoé », assure le président.

« Bien sûr, il ne faut pas appuyer à fond sur l’accélérateur. L’autonomie de ces modèles nous convient, car elle est suffisante pour réaliser nos cycles de suivi sur le terrain. Dans toutes nos propositions de contrats, nous incluons des voitures électriques désormais », conclut Thomas Derichebourg.

Automobile Propre et moi-même remercions beaucoup Thomas Derichebourg pour sa réactivité, sa disponibilité et sa fidélité comme lecteur de notre média. Nos remerciements également à Fabienne Guérin pour la mise en place de l’entretien et l’envoi des visuels.

Publicité