Tesla Model 3 : pourquoi la baisse des prix fait scandale


Publicité

Trois lecteurs d’Automobile Propre ont tenu à exprimer leur vif mécontentement après l’importante baisse des prix appliquée par Tesla sur ses Model 3. Un collectif Facebook a été créé par l’un d’eux afin de mener une action contre le constructeur.

Un prix qui baisse de presque 10 000 euros

Comme beaucoup d’amateurs de véhicules électriques, nous avons découvert mercredi 20 janvier dernier la substantielle révision des tarifs qui peut se traduire dans certains cas par presque 10 000 euros d’économie à l’achat d’une Tesla Model 3 neuve.

Ainsi, par exemple, 6 000 euros en moins de la part du constructeur, positionne la version SR+ sous la barre des 45 000 euros. Le bonus gouvernemental grimpe alors de 4 000 euros, en passant de 3 000 à 7 000 euros pour les particuliers.

Cette situation enchante bien des automobilistes prêts à signer pour ce modèle. Mais elle est aussi source d’incompréhension et de colère chez d’autres.

« Je plains sincèrement ceux qui ont reçu dernièrement leur Model 3 et n’ont pu profiter de la nouvelle offre », nous a confié un lecteur à qui nous donnerons tout prochainement la parole dans un autre article sur le sujet.

Un collectif Facebook pour recenser les mécontents de Tesla

Rémy Cuesta vient de créer sur Facebook le collectif Tesla – Réclamation pour recenser et unir les forces des mécontents de la nouvelle offre du constructeur américain.

« Ce samedi 23 janvier 2021 en début d’après-midi, nous comptons 115 membres, inscrits en 3 jours à peine. Nous allons nous rapprocher d’une association de consommateurs pour obtenir des conseils sur les actions que nous pouvons mener », prévient-il.

« La baisse importante des prix des Model 3 est une véritable destruction de la cote Argus sur les exemplaires d’occasion. Pour mon propre cas, cette opération équivaut à la perte de mon apport initial. Concrètement, si je revendais maintenant ma Model 3 livrée en septembre dernier, je ne pourrais pas rembourser intégralement le crédit », déplore-t-il.

Les plus performantes Model 3 deviennent les moins chères

« Si encore c’était une braderie sur des modèles anciens ! Mais non ! Ce sont les plus performants auxquels on a retiré jusque 9 800 euros. Pour ceux qui ont reçu leur exemplaire il y a un mois, du fait d’une première baisse, la chute est moins importante, mais elle reste de l’ordre de 6 000-7 000 euros », chiffre Rémy Cuesta.

« Après avoir roulé 2 ans en Hyundai Ioniq, j’ai acheté au prix fort de 47 650 euros une Model 3 qui est désormais vendue 38 000 euros en tenant compte du bonus gouvernemental », calcule-t-il.

Raphaël Jung est tout aussi en colère : « En raison d’un prix trop élevé pour moi, je me suis contenté d’une version Long Range alors que je visais un modèle Performance. La baisse des tarifs positionne désormais ce dernier à 59 990 euros hors bonus à la place de 67 000 euros, soit ce que j’ai versé à peu de chose près pour ma voiture (58 920 euros) ».

Chez Tesla, la baisse drastique des prix de la Model 3 ne fait pas que des heureux

« Nous demandons un geste commercial de Tesla »

Comme la très grande majorité des propriétaires de Model 3 qui se sentent lésés par la nouvelle offre Tesla, Rémy Cuesta et Raphaël Jung ne demandent pas un chèque de plusieurs milliers d’euros.

« Nous attendons un geste commercial qui ne coûterait pas forcément beaucoup d’argent au constructeur, mais qui relèverait le prix de revente en occasion de nos voitures électriques et gommerait les frustrations. Nous pensons à des options gratuites ou à prix réduit », nous ont-ils indiqué chacun de leur côté.

Ils rappellent également tous les 2 que « chez Tesla, ce sont nous, les clients, qui faisons vendre les voitures en proposant à l’essai nos modèles personnels ».

Rémy Cuesta ajoute : « Je vais me battre pour moi, mais aussi pour les autres. Ce type de politique commerciale est assimilable à du mépris ».

Le réseau commercial de Tesla bousculé

« J’ai contacté la commerciale qui m’a suivi pour l’achat de ma Model 3. Elle est navrée, mais me dit n’avoir été informée de l’opération que mercredi matin. De toute façon, à chaque fois qu’on veut faire remonter une plainte, la réponse est toujours la même : “Elon Musk veut une voiture électrique abordable pour tout le monde” », se désespère Rémy Cuesta.

De son côté, Raphaël Jung est plus virulent : « Qu’on ne me dise pas que les commerciaux n’ont pas été informés à l’avance. J’aurais aimé que le mien m’alerte, me conseille d’attendre. C’est d’ailleurs ce que je voulais faire, déjà pour avoir une date de première mise en circulation en 2021 sur la carte grise. Mais non, à la place de cela, le TA m’a poussé à prendre un modèle qui m’a été livré le 27 décembre dernier. “Prenez-la tout de suite, elle est dispo”, a-t-il insisté. Et 15 jours plus tard, baisse de 6 000 euros ! ».

« Ce n’est pas une manière de traiter le client ! C’est navrant ! J’ai tenté de joindre le commercial par téléphone, j’ai laissé des messages et envoyé des SMS : pas de réponse ! Moi qui suis un habituel client d’Audi et Volkswagen, je n’ai jamais vu ça », siffle t-il.

« Quand j’achète une voiture à 60 000 euros, je m’attends à être bien reçu. Là, à Strasbourg, je me suis retrouvé dans un entrepôt, sans chauffage, et même pas une table pour signer. J’ai dû me mettre à genoux par terre. L’art et la manière de procéder de Tesla n’arrivent pas à la cheville de ce qui se fait ailleurs, même chez les constructeurs généralistes. Et même pas un étui à carte grise en cadeau ! », souligne-t-il.

« Les pratiques commerciales de Tesla, c’est de faire de l’abattage en exploitant l’avancée technologique de la marque. Il faut qu’ils fassent attention. Pour ma part, je pense que j’irai à la concurrence si Tesla ne fait rien », réfléchit-il, amer.

Des livraisons de Model 3 forcées en plein confinement

Jérémie Fabre dispose d’une petite flotte de voitures électriques qu’il exploite en proposant différents services. Ainsi la location sans chauffeur pour découvrir le parc naturel régional des Alpilles, ou la prise en charge de clients en formules VTC sur un territoire qui compte Marseille, Avignon, Montpellier et Aix-en-Provence.

Son entreprise Transports Energies Avenir – ou Téa pour les intimes –, compte actuellement 2 Model 3 Long Range dont il comptait se débarrasser, très mécontent de son antenne régionale Tesla et de ces voitures électriques.

« Je suis dégoûté des pratiques de Tesla Aix-en-Provence. Ça a commencé avec la livraison des 2 voitures qui nous a été imposée en plein confinement. On a cherché à nous rassurer en nous promettant que la personne qui nous amènerait par la route les voitures serait habillée d’une combinaison et d’un masque pour ne pas propager le virus », rapporte-t-il.

« Elles sont finalement arrivées abîmées et rayées en mai dernier, sur une dépanneuse, mises à disposition par un gars genre des cités, limite en short. Tesla Aix menaçait de les attribuer à d’autres personnes si nous ne les prenions pas de suite. Ce qui aurait pu être assimilé à du vol, selon la gendarmerie que j’avais contactée à l’époque, puisque nous disposions des numéros VIN », dépeint-il.

« 20 000 euros de perte en occasion sur nos 2 Tesla Model 3 »

« Nous en sommes au 6 ou 7e SAV. À chaque fois, nos demandes sont traitées avec mépris. Quand il faut laisser la voiture, ce n’est pas chez Tesla, mais auprès d’un garage partenaire qui nous passe une Clio de m… ! Qu’est-ce que je fais avec ça moi qui propose des prestations haut de gamme et écologiques à mes clients ? », s’emporte Jérémie Fabre.

« Sur les 2 Model 3, la peinture est émaillée d’impacts à cause de couches trop fines, toute la carrosserie et le cuir sont en train de passer avec le soleil d’ici. Le coffre ne ferme pas, et les écrans ne s’allument plus empêchant d’utiliser l’application. Et on vient me dire de façon désobligeante que c’est parce que je ne sais pas me servir du matériel ! J’ai quand même laissé 120 000 euros chez eux et ne suis pas si ignare ! », s’étrangle-t-il presque.

Quand la baisse des prix met en danger la vie des taxis et VTC

« Chez Tesla, ils sont devenus les maîtres du one-shot ! Cette baisse sauvage des prix n’en est que la continuité. Avant cette opération, j’avais pris la décision de me séparer des deux Model 3. Je retourne chez Mercedes. Je viens de prendre un EQV, et pensait compléter avec des Classe E et Classe S », justifie Jérémie Fabre.

« Mais avec cette baisse, mes voitures perdent chacune d’un coup 10 000 euros sur le marché de l’occasion. C’est donc 20 000 euros sur lesquels je risque de devoir m’asseoir, alors que j’ai enchaîné plusieurs mois avec un chiffre d’affaires à zéro à cause du Covid-19. Dans notre profession, nous ne bénéficions pas des aides comme celles proposées aux hôtels et aux restaurants », met-il en avant.

« Du coup je risque d’être obligé de conserver ces 2 voitures qui ne me satisfont pas. L’opération de Tesla me cause des problèmes en cascade. Ainsi avec les assurances, au niveau de la valeur des véhicules pour le calcul du tarif que j’ai déjà payé, et en cas de sinistre », conclut-il, très remonté.

Automobile Propre et moi-même remercions Rémy Cuesta, Raphaël Jung et Jérémie Fabre qui ont immédiatement répondu à notre sollicitation.


En savoir plus sur le véhicule Tesla Model 3

Publicité

Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2021 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre