specialized-turbo

Ne vous fiez pas aux apparences ni à son nom : cet engin-là n’a rien d’un vélo ordinaire ni d’une voiture. Unique en son genre, le Spécialized Turbo préfigure d’une certaine manière la « MIM » : la mobilité individuelle motorisée du futur. Une mobilité à tendance urbaine donc…

I. Le meilleur de la technologie au service de l’homme

En voulant combiner le meilleur des technologies hybrides & électriques, les constructeurs automobiles se heurtent jusqu’à présent à un problème récurrent : le prix. Autre difficulté : la place et surtout le poids d’une chaine de traction hybride rechargeable (thermique – électrique), surtout lorsque le cahier des charge exige un minimum de 50 kilomètres d’autonomie environ en tout électrique. Les rares modèles déjà commercialisés confirment si besoin était qu’il sera difficile de rivaliser en prix avec l’hybride classique ou l’électrique pur, même en réduisant l’autonomie en électrique à une vingtaine de kilomètres seulement (ex : Toyota Prius rechargeable).



Les constructeurs vont donc devoir explorer de nouvelles pistes intrinsèquement moins coûteuses comme par exemple l’électrique à prolongateur d’autonomie tel que BMW le propose sur sa nouvelle i3. Une solution technologique intéressante pour le futur partout où l’automobile aura encore sa place.

Car pour se déplacer seul à l’intérieur des grands centres urbains du XXIème siècle, partage équitable des richesses planétaires oblige, il va surtout falloir miser sur des modes de transport beaucoup moins consommateurs d’espace et d’énergie qu’une automobile de 1,4 tonnes à vide.

Chez le fabricant de cycles Specialized, les ingénieurs se sont livrés à un exercice de style qui préfigure sans doute la « MIM » du futur en créant le modèle Turbo. Un vélo sportif à vocation urbaine, équipé d’un moteur roue et d’une batterie Li-ion de dernière génération, soigneusement intégrée à même le cadre, afin de conserver une bonne répartition des masses.

batterie-specialized-turbo

II. Donner envie

Au guidon, la sensation d’aisance est immédiate. Equipé d’un capteur de couple d’une grande précision, le couplage entre la force motrice produite par le pilote et celle offerte par le moteur électrique est magnifiquement réussie. Une fois lancé, le surpoids du moteur électrique et de la batterie est totalement effacé. Mieux : la sensation d’aisance et surtout de vitesse est bien réelle.

Contrairement aux VAE classiques, la vitesse maxi autorisée par l’assistance atteint ici 45 km/h ! Autant dire que le risque d’être pris en flagrant délit d’excès de vitesse à l’intérieur d’une zone 30 n’est pas mince.

roue-specialized-turbo

L’usager novice s’y prendra probablement à deux fois avant d’exploiter le potentiel de la machine… pendant que le cycliste aguerri se prendra vite au jeu de doubler les voitures à pétrole qui continuent d’asphyxier les centre ville en toute impunité.

Equipée d’une batterie d’une capacité 342 Wh, ce Specialized Turbo n’a pas grand chose à envier à un scooter électrique ni même à certains quadricycles électriques. Capable d’aligner les kilomètres à plus de 30 km/h de moyenne, le Turbo en offre plutôt plus qu’un vélo classique : comptez une bonne centaine de kilomètres d’autonomie en roulant tout à fait normalement.



III. Le prix

Comme souvent il y a un « mais » : le prix. 5500 €. A ce tarif-là, peu probable que le turbo trouve des acquéreurs par dizaines de milliers. C’est vraiment dommage. Car très sincèrement, de toutes les belles machines électriques que j’ai eu l’occasion d’essayer jusqu’à présent, celle-ci fait indiscutablement partie des plus attachantes à « piloter » !;-)

Les inconditionnels de la petite reine rétorqueront qu’à ce prix, tout est inclus. Même le coût en électricité au bout de 10 000 km de bons et loyaux service sera complètement négligeable eu égard au prix d’achat. Mais avant de parler de retour sur investissement, il faudra quand même accomplir plusieurs fois le tour de la Terre !

Vive le futur sobre & intelligent !;-)