solvay-solar-impulse

Figurant parmi les partenaires principaux du Solar Impulse avec Bertrand Piccard, le groupe Solvay propose également de nombreuses applications pour le monde automobile. Un secteur sur lequel il souhaite être de plus en plus présent au cours des prochaines années.

De l’avion solaire à la voiture électrique, il n’y a peut être qu’un pas. Partenaire de l’aventure Solar Impulse et fleuron belge de la chimie, le groupe Solvay était présent au salon K, à Düsseldorf, pour présenter une série d’innovations dédiées aux voitures électriques.

Publicité


Le plastique c’est fantastique

Tant sur la voiture thermique qu’électrique, Solvay, c’est la chasse aux kilos ! La solution : remplacer les pièces en métal par leurs équivalents plastique.  Sur le Solar Impulse, ce sont plus de 6000 pièces plastiques qui ont été utilisées en remplacement d’autres matériaux.

Une réflexion qui va des vis et fixations jusqu’au pack batteries en lui-même. Sur ce point, l’idée est de remplacer l’actuel habillage en métal par du plastique qui permettrait de réduire jusqu’à un tiers le poids de la batterie. Une solution qui n’est pas forcément évidente, l’enjeu restant de trouver un composant plastique capable d’offrir une résistance similaire au métal en cas de choc mais aussi de durer dans le temps. Chez Solvay, on estime qu’il faudrait entre 2 et 4 ans de pour parvenir à une solution, quitte à redimensionner le pack batteries pour mieux l’adapter à ces nouveaux composants plastiques.

Un travail qui passe également par les moteurs où Solvay propose également d’intégrer du plastique à la place de certaines pièces en métal. « Dans les 5 ans à venir, nous devrions être en mesure de proposer 5 à 6 nouvelles applications dans le domaine des véhicules électriques et hybrides rechargeables » nous explique James Mitchel, en charge de la division automobile. A plus long terme, l’objectif est également de s’orienter vers la pile à combustible.

Des chimies batteries innovantes

L’autre domaine dans lequel Solvay est particulièrement investi concerne les batteries. Agissant en tant que fournisseur de matières premières pour des équipementiers comme LG, Samsung ou Panasonic, le groupe développe une technologie à base de PVDF (polyfluorure de vinylidène), utilisée comme liant et séparateur à bord des deux versions du Solar Impulse. Au total, l’avion solaire embarquait 640 kilos de batteries lithium-ion avec une densité énergétique de 260 Wh/kg.

solvay-battery

Et alors que la plupart des cellules fonctionnent actuellement à 3.7 V, l’ambition de Solvay est de parvenir à développer des cellules à haute tension fonctionnant jusqu’à 5V qui, à poids et dimensions égales, pourraient considérablement augmenter la capacité énergétique des batteries. « Tout est question de chimie » précise Thierry Baert, en charge de la division batteries chez Solvay, qui résume le développement de nouvelles technologies batteries à deux points essentiels : la capacité énergétique et la durabilité. « Il y a parfois des annonces sur des batteries révolutionnaires mais dont la durée n’excède pas quelques dizaines de cycles. L’un ne peut aller sans l’autre » souligne t-il.

Et si le lithium-ion devrait continuer à dominer le marché commercial au cours des prochaines années, Solvay mise également sur d’autres technologies dont l’arrivée à maturité devrait intervenir à l’horizon 2020. Il y a le lithium-souffre mais surtout la batterie dite « solide ». Thierry Baert estime que l’avenir pourrait se tourner vers un concept proche de la batterie LMP développée par Bolloré. A ceci prêt que celle-ci sera capable de fonctionner à température quasi-ambiante là où la technologie du groupe breton tourne aux alentours de 80°C.

Publicité