Jusqu’ici limitées à l’Amérique du Nord, les réservations du Tesla Semi sont désormais ouvertes dans trois pays européens.

Norvège, Pays-Bas et Angleterre. Il est à présent possible de commander le Tesla Semi dans trois pays européens. Présenté en grande pompe lors d’un événement organisé fin novembre en Californie, le premier camion électrique de Tesla est attendu à compter de fin 2019 aux Etats-Unis, soit vraisemblablement courant 2020 en Europe.



Promettant une charge utile équivalente à celle d’un camion diesel, le Tesla Semi sera proposé en deux configurations batteries avec une autonomie de 480 ou 800 km.

Comme pour le modèle nord-américain, les clients européens peuvent choisir entre deux déclinaisons. La « Founders-serie » permettra de faire partie des premiers clients à être livrés mais impose de verser une première avance de 4000 € suivie de 166.000 € de plus dans les dix jours suivants, soit 170.000 euros au total. Plus abordable, la version classique impose un premier versement de 4000 € suivi de 11.000 € supplémentaires dans les dix jours qui suivent pour valider définitivement la pré-commande.

Des adaptations pour l’Europe

Très loin de nos standards européens, le Tesla Semi n’aura d’autres choix que de s’adapter. Sur ce point, le constructeur a reconnu qu’un travail de développement sera à réaliser pour répondre aux réglementations européennes spécifiques en matière de camionnage.

En termes de design, le Semi pourrait également évoluer pour être plus proches des modèles que nous connaissons en Europe.

Un fort potentiel

Si l’Amérique du Nord restera sans doute un marché prioritaire pour le camion électrique de Tesla, le constructeur ne souhaite pas se priver du potentiel offert par le vieux continent.

En Europe, les responsables de Tesla s’attendent à ce que le Semi soit encore plus intéressant en termes de coûts d’exploitation compte tenu que le prix du diesel est beaucoup plus élevé qu’aux Etats-Unis.

Reste maintenant à savoir si les professionnels se laisseront séduire par la marque californienne et s’ils délaisseront les constructeurs généralistes avec lesquels ils ont habitude de travailler depuis de nombreuses années.