L’engin devait être officiellement présenté il y a 1 mois au salon de Genève, annulé à quelques jours de son ouverture. Polestar a choisi de communiquer maintenant sur ses principales caractéristiques, notamment au moyen de nouvelles vidéos.

Un nom

Avec un nom qui symbolise les intentions de la filiale de Volvo en matière de mobilité électrique, la Precept illustre en substance les 3 axes qui seront suivis pour une mobilité durable, embarquant une technologie digitale sobre et efficace, dans une carrosserie qui se veut séduisante et protectrice.



Le groupe motopropulseur apparaît alors presque accessoire, dispensant Polestar d’en préciser les éléments.

Des matériaux naturels et recyclés

Polestar ne compte pas faire l’impasse sur le luxe de présentation en employant des matériaux plus vertueux pour l’environnement que de recourir à de nouveaux plastiques. A bord, les matières de haute qualité issues du recyclage seront omniprésentes et conformes aux exigences du véganisme.

Ainsi pour le tissu qui recouvre les sièges (tricoté en 3D à partir de bouteilles en PET recyclées à 100% en un seul fil, sans déchets ni chutes), les tapis (filets de pêche récupérés), et les coussins de la sellerie (déchets et liège provenant de l’industrie vinicole).

Le jeune constructeur a choisi de travailler avec la société suisse Bcomp pour disposer d’un matériau composite à base de lin qui offre robustesse, réduction de la transmission des vibrations, et allègement.

Technologie digitale sobre et efficace

A contre-courant des directions prises par la plupart des autres constructeurs, Polestar cherche à éliminer les présentations « sapins de Noël » au tableau de bord qui sont des sources de distraction pour le conducteur. L’équipement doit être sobre, d’une manipulation intuitive, et efficace.

Pour autant la morosité n’est pas dans le vocabulaire de la Precept qui propose à l’arrêt, notamment pendant la recharge des batteries, des services de vidéo en streaming.

Deux écrans clés à bord : celui de 9 pouces installé horizontalement derrière le volant pour communiquer les informations essentielles comme la vitesse instantanée (présentation plus ou moins discrète selon la direction du regard du conducteur), et une interface numérique de 15 pouces qui adapte son affichage (contenu et luminosité), grâce à des capteurs, en fonction de la position de la main de l’automobiliste.

A noter une évolution de l’assistant Google capable d’interpréter plus de langues, y compris bon nombre de déclinaisons locales.

Design

Elégance encore et sobriété à l’extérieur avec une carrosserie qui dissimule un grand nombre de caméras, radars et autres capteurs d’aide à la conduite, tout en trahissant, par l’absence de calandre sur le museau, la présence d’un groupe motopropulseur électrique.



Principal objectif visé : l’efficacité aérodynamique. Ainsi avec les ailes intégrées au capot pour améliorer la circulation de l’air en réduisant les turbulences sur le reste de la carrosserie, les conduits derrière les roues avant pour mieux expulser le fluide sur les côtés, les jantes de 22 pouces avec inserts aérodynamiques, les rétro-caméras, l’intégration affleurante des vitrages, les poignées escamotables, etc.

La lumière est également au centre du design de la Precept, avec un toit transparent qui absorbe la lunette arrière et offre un meilleur espace sous plafond, et des dispositifs d’éclairage qui savent saluer le conducteur à son arrivée et lorsqu’il repart.