Plus d’un million de véhicules électriques en circulation en Europe


Portée par la forte croissance de la Norvège et de l’Allemagne, l’Europe compte désormais plus d’un million de véhicules électriques et hybrides rechargeables en circulation.

Selon les chiffres publiés par EV-Volumes, les véhicules branchés – hybrides rechargeables compris – ont cumulé 195.000 immatriculations au cours du premier semestre en Europe. Cela représente environ 2 % des ventes totales de véhicules neufs et une progression de 42 % par rapport au premier semestre 2017.

En termes de répartition, véhicules électriques et véhicules hybrides rechargeables sont quasiment à parts égales, se partageant respectivement 51 et 49 % des ventes. Une moyenne européenne qui peut toutefois énormément varier en fonction des pays.

La Norvège, l’Allemagne et l’Angleterre dans le trio de tête

Si la tendance est à la hausse dans la plupart des pays européens, certains semblent avancer plus vite que d’autres.

Leader incontesté du vieux continent, la Norvège a cumulé plus de 35.000 immatriculations sur les six premiers mois. Désormais, une voiture vendue sur cinq est électrique (21 %). En y intégrant les hybrides rechargeables, les véhicules branchés ont représenté en Norvège 37 % des ventes de véhicules neufs sur la période.

Second marché européen en termes de volume, l’Allemagne cumule également plus de 35.000 immatriculations. Ses ventes de voitures électriques ont bondi de 64 % par rapport à l’an dernier et celles de voitures hybrides rechargeables de 39 %. Classée troisième, l’Angleterre frôle les 30.000 unités vendues avec une progression de près de 30 % tandis que la France finie quatrième. Une progression beaucoup plus modeste (+19 %) qui est essentiellement portée par la hausse du segment hybride rechargeable (+47 % VS + 12 % pour l’électrique).

En termes de parts de marché, les pays du nord restent leader. Outre la Norvège, les véhicules électriques ont représenté près de 14 % des ventes en Islande, environ 5 % en Suède et près de 4 % en Finlande. Sur ces trois pays, l’hybride rechargeable représente une large majorité des ventes.

La Nissan Leaf dépasse la Renault Zoé

Détrônant la Renault Zoé, la nouvelle Nissan Leaf a pris la tête du marché européen au premier semestre. Portée par l’arrivée de la nouvelle version dotée d’une batterie de 40 kWh, la berline électrique nippone cumule plus de 18.000 immatriculations, devançant de quelques centaines d’exemplaires sa comparse au losange. Totalisant près de 17400 immatriculations, la Zoé termine en seconde position sur le marché européen. Complétant ce podium, la BMW i3 finie troisième avec 11.348 exemplaires écoulés sur la période.

Très discret en France mais particulièrement populaire sur d’autres marchés, le Mitsubishi Outlander PHEV arrive en 4ème position. Avec 9771 unités écoulés, le SUV nippon devance des modèles 100 % électriques tels que la Volkswagen e-Golf ou la Tesla Model S qui clôturent le semestre avec respectivement 9820 et 7700 unités écoulées.

BMW en tête du classement constructeur

Porté par la diversité de son offre hybride rechargeable, BMW prend la tête du classement des constructeurs. Avec 35.450 unités écoulées, la marque s’accapare 18 % des ventes européennes de véhicules branchés et devance Volkswagen et Renault. Classés second et troisième, les deux constructeurs clôturent le semestre avec respectivement 33.700 et 21.400 véhicules vendus.

Pénalisée par une offre électrique encore trop restreinte, Nissan termine quatrième avec 19300 immatriculations, suivie de près par Daimler avec 18.800 unités écoulés.

Plus de 1.3 millions de véhicules d’ici la fin de l’année

En tenant compte des prévisions en termes de livraisons, notamment pour des modèles très demandés tels que le Kona électrique ou la Jaguar i-Pace, les analystes d’EV Volumes estiment que le marché continuera à croître au second semestre.

Principaux moteurs du marché européen, la Norvège et l’Allemagne devraient dépasser les 80.000 immatriculations sur l’année. De quoi espérer quelque 230.000 immatriculations supplémentaires sur le second semestre et porter le parc européen de véhicules électriques à plus de 1.35 million d’unités d’ici à la fin de l’année, soit 2.5 % du marché. Affaire à suivre !

Plus d’un million de véhicules électriques en circulation en Europe
5 (100%) 5 vote[s]

Michaël TORREGROSSA

Passionné de technologies et d’innovations, Michaël s'intéresse aux véhicules électriques et hybrides depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, il élargit son spectre à l’ensemble des énergies alternatives (GNV, GPL, hydrogène, éthanol etc…) et à tous les enjeux liés à la mobilité.

Lire les commentaires

  • Tesla a 7000 ventes (x , s).
    Il ne faut pas mélanger Les catégories hybrides rechargeables et les VE .
    Avec la TM3 en 2019 cela devrait changer.

  • il évident que ce chiffre est directement lié aux constructeurs avec une offre faible ou une production trés limitée (cf ioniq et kona), un prix consequent, un réseau electrique tjs en dvpmt meme si de gros progrés ont été faits, les performances de charge/decharge des batteries (cf rapidegate leaf et nv200 en 40 kWh). Chaque année ce chiffre devrai augmenté mais les constructeurs doivent faire plus d efforts.

    Actuellement dans les voitures abordables (hors tesla et futurs suv de luxe mercedes,audi et bmw), j ai visionné le chargement d un kona ev sur bonne 100 kW de 10% a 100 % de charge. la vitesse de charge sur le kona EV de 10 a 58 % de sa capacite de charge oscille entre 67 et 70 kW de puissance pour un temps de 30 minutes. Ensuite elle baisse a une puissance entre 56 et 58 kW jusqu'a 73 % de la batterie (temps de 8 minutes). Finalement au dessus de 73 % de capacite de batterie, la puissance de charge passe a 37 kW pour finir a 24 kW a 90 % de charge pour un temps total de 68 minutes.

    L'ideal est de charger de 10 a 58 % soit 31 kWh de reccupéré en 30 minutes, soit environ 200 km WLTP.
    pour une charge a 73 %, on reccupere 40 kW pour un temps d environ 40 minutes pour 270 km WLTP.

    C'est ce qui a de meilleur actuellement dans le marche des vehicules 'abordables', le futur kia niro devrai faire mieux en temps de charge avec une puissance annoncée a 80 kW mais avec une consommation plus élevée cela va etre equivalent a une kona EV.

    Pour conclure, dans le meilleur des cas sur un trajet avec des chargeurs de 100 kW de puissance, une pose de 40 minutes permet de reccuperer 270 km WLTP equivalent 200 km autoroute a 115-125 km/h compteur.

  • Le pure électrique a le gros avantage de n'avoir quasiment aucune maintenance. Juste une batterie, un onduleur, un moteur et un réducteur et le circuit de refroidissement, c'est tout. Depuis 2011 que l'on a deux électriques a la maison et plus de thermique. C'est zéro panne, zéro passage au garage(hors révisions et pneus). Électricité gratuite. On gagne a deux environ 3000€ par ans. On a eu deux bonus a 10000€ et un bonus a 8500€ (3 voitures). On roule entre 70 et 100 kms par jours. Je viens e faire un voyage de 2450 kms avec ma leaf 30kW entre Poitiers et Strasbourg pour moins de 25€ d'électricité payante sur autoroute, le reste gratis chez Nissan, Cora et Auchan.
    C'est imbattable. Ma pratique montre qu'avec les bornes en places, une auto de 64kwh est idéale est permet de se passer complètement de véhicule thermique (le point noir étant l'attelage...)

    • S’il n’y a que l’attelage c’est pas trop grave. A moins d’avoir un usage fréquent, tout le monde devrait avoir deux électriques😉

      • Nous avons deux électriques depuis 2012 et l'absence d'attelage est un gros problème. Est encore plus avec nos 'nouvelles leaf car maintenant que l'on peut se passer de thermique pour voyager, l'attelage reste LE problème. A noyer qu'un porte vélo sur le hayon de la Leaf lui fait perdre 20% d'autonomie !!!

    • Je pense que le point noir des VE n'est pas l'autonomie mais les temps de charge. Cela ne me gênerait pas du tout de m'arrêter tous les 300 km pour faire un plein d'électrons en moins de 10 minutes, le temps de prendre un café. Hélas on est encore loin de ce temps de charge.

      • Oui mais généralement le temps d’un déjeuné tu prends plus d’une heure. Alors si tu cales bien tu déjeuné et deux arrêts un deux heures avant le déjeuné et un après tu est capables de faire GROSSO modo un trajet de plus de 780km dans la journée avec une batterie de 64kWh. Prenez aussi le temps de vivre un peu!

        • Ce qui vous donne une autonomie de combien de centaines de km ?
          10 minutes pour gagner 300 km c'est acceptable, 20 minutes cela l'est déjà moins, mais pourrait encore passer

  • article sans intérêt qui melange choux (VE) et carottes (Hybride rechargeable PHEV), pas étonnant que le consommateur moyen ne s'y retrouve pas

  • On peut épargner de l'argent avec l'achat d'une voiture électrique. Si l'on utilise tous les jours quelques dizaines de kilomètres, au bout de 8-10 ans je crois que ça commence à être intéressante sans parler de la commodité de conduire que j'espère découvrir en peu de temps et de l'absence de bruit,

    • Reste qu'avant 8 à 10 ans, le prix d'une électrique comparable à la même catégorie en thermique, coutera moins cher que la thermique :-) …. dont la commercialisation sera arrêtée.

  • Il y aura un nouveau saut des ventes si l'autonomie des plug-in dépasse les 100 km ( norme ), malgré le prix élevé. Ce cela peut être possible avec des batteries améliorées. Quand on regarde les annonces des constructeurs jusqu'à 2021, on doit noter la discrétion pour ces véhicules - serait-ce qu'on ne veuille pas dévoiler à la concurrence ses intentions??

    • Si norme il y a elle est aux environs de 50 à 60 km, pas à 100.km. C'est peut-être un compte rond, mais pas justifié comme le 50 km qui est la distance parcouru par la plupart de ceux qui utilisent leur véhicule pour se rendre sur leur lieu de travail. Le choix de 50 km d'autonomie électrique par charge dans la plupart des PHEV ne doit rien au hasard et encore moins à l'incapacité des constructeurs de faire mieux. Toyota avait fait une erreur en pensant que 25 km d'autonomie pour la Prius PHEV était suffisant, les utilisateurs étaient supposé pouvoir recharger sur leur lieu de travail mais depuis ils ont corrigé le tir, il faut pouvoir assurer l'A/R, donc le double.

    • Déjà avec 50 km réel d’autonomie cela serait déjà bien, seul la Ioniq le réalise en Europe. Il ne faut pas se le cacher les constructeurs hors Tesla ne font pas beaucoup d’effort pour mettre leurs véhicules electriques en avant: le premier d’entre eux en Europe BMW annonce seulement la commercialisation pour 2019 la commercialisation de son i3 dans toutes ses consessions en France, alors que la voiture est commercialisation date de 2013 soit seulement pratiquement 6 ans plus tard! Par exemple chez BMW la recharge par induction n’est pas disponible dans notre pays et chez PSA point d’Ampéra E quand à Hyundai la Kona nous seront non seulement les bons derniers à être livrer au compte gouttes et avec des équipements réduits aux prix maximum en une seul version disponible afin de bien nous décourager!

      • Oui, 50m d'autonomie est très bien, et ce n'est pas un choix par hasard des constructeurs, car c'est ce que fait en mode (le cas le plus rependu), le français qui se sert de son véhicule pour se rendre sur son lieu de travail et en revenir. J'ai une Mitsubishi PHEV depuis 4 ans et l'annonce disait 52 km d'autonomie…. et c'était vrai ! Et au bout de 4 ans c'est encore presque vrai. En fait au début je faisais bien 50 km avant la panne de charge, et quelques semaines plus tard je faisais beaucoup plus, presque 60 km !! Maintenant c'est plutôt 50 en faisant très attention et en roulant pépère (quoi que avec le 80km/h, ça va devenir hyperpepere) et plutôt 47 à 48 km en mode de conduite habituelle et sans faire marcher la CLIM. Avec la CLIM ça descend facile à 42/44 km.
        Très vite j'avais appris à conduire avec les palettes sous le volant,, la pédale de frein ne servait plus à rien (sauf surprise de dernier moment),, j'optimisais la recharge par freinage aux doigts sous le volant. Il n'y a donc pas que la Ioniq qui le fait… L'Outlander PHEV le faisait déjà bien avant. Mais 4 à 5 fois par an, je consomme de l'essence pour les trajets plus longs, quelques centaines de km, je ne cherche même pas de stations de recharge, ça ne vaut pas le coup de perdre du temps à attendre que la batterie n'ait plus soif. C'est l'énorme avantage du PHEV et ce qui fait son succès : Toute l'année c'est l'électrique et pour les vacances c'est le pétrole, on ne pollue pas les villes, mais les campagnes..:-)

        Bien cordialement,
        SR

    • Et il y aura un nouveau saut des ventes de VE si les prix neufs d'accès baissent comme l'a évoqué CGhosn, si les modèles sont disponibles plus rapidement, si il y a plus de choix, si les Zoés d'occas étaient vendues avec leurs batteries à 9000€...

  • C’est déjà ça !
    Mais c’est dommage que la part belle soit issue des « pays nordiques ».
    Cela montre que le Nord a quand-même un pouvoir d’achat plus élevé que la moyenne UE, et que l’aide des Etats y contribue beaucoup. On notera que le PHEV conserve toujours une meilleure progression que les purs VE. Normal, car il rassure et concilie les deux modes d’usages (intra + extra-urbain) attendus d’un VP. En plus, ils vont devenir sous peu, bien plus « propres » que le pur VE pouvant faire le même usage. Le point noir (si je puis dire) est la quantité de CO² accumulée dans la grosse batterie et celle de la source de l’électricité pour la charger. Le bilan ACV au quotidien n’est pas fameux sur une Tesla S, X, 3 importées de Fremont et chargées avec le mix allemand. Le PHEV fera mieux, et si par hasard vous lui mettez de l’E85, alors là, il n’y a plus photo !
    §

    • Il y a une autre raison que le pouvoir d'achat, c'est même presque l'inverse. Les thermiques sont hypertaxés et de ce fait coutent aussi chers que les VE. Mais même les scandinaves ont peur de la panne d'électrons, alors la PHEV qui ne supporte pas la surtaxation du thermique est le véhicule idéal. De plus la Mitsubishi Outlander PHEV a longtemps été la seule "électrique" agrée pour tracter une remorque, mais je crois que ce n'est plus vrai aujourd'hui bien qu'à ma connaissance elle reste encore la plus vendue, au moins en Norvège.

    • "Cela montre que le Nord a quand-même un pouvoir d’achat plus élevé que la moyenne UE"
      D'une certaine manière c'est rassurant, ça laisse présager que lorsque le prix des VE et le pouvoir d'achat moyen correspondent les acheteurs répondent présents. Reste à attendre qu'ils deviennent abordables pour le reste des Européens.

      • Mais comme la France s’appauvrit chaque jour par certain que nous décollions avec les autres! Et les lobies malfaisant cela nous connaît!

    • La Chine est loin devant, le Japon est derrière, les US aussi mais de peu donc le succès de la Modele 3 devrait voir les chiffres US 2018 surpasser ceux de l'Europe.

  • article du jour sur la SdZ chez nos amis ALL:
    https://www.sueddeutsche.de/wirtschaft/elektromobilitaet-was-fehlt-sind-die-e-autos-nicht-die-ladestationen-1.4108966
    ...qui pointe, en gros, le manque de VE ! (et aussi le manque de station de recharge)

    situation assez "cocasse" ou les construc auto ne sont pas tres volontaires (le VE menace au moins 10% des 800000 emplois du secteur), les pouv public la joue petit bras (pays du 0 endettement ou les infrastructures deperissent) et les CONS-ommateurs pas non plus tres demandeurs (culte/obsession de la grosse woiture performante)....le tout enrobé ds la problematique de la production hyper carbonné d energie elec. de l autre coté du Rhin.

    malgré tout ces "inconvenients" on remarquera tout de meme que les ALL ont quasi rattrapé leur retard sur nous !
    le facteur de changement principal est (de mon avis de comptoir PMU) a mettre au compte de la cours de Justice de Karlsruhe qui a autorise les gds villes a limité l acces aux vehicules les plus polluants. Stuggart est sur la breche...Berlin prepare aussi ses mesures (acces uniquement aux Euro6, interdiction total du diesel).
    et egalement aux solutions de car-sharing (DriveNow/Car2Go) qui ont le vent en poupe dans les grandes villes.

    on sent ici (je vis a Berlin) qu on est a la veille d une transition radical du marché de l auto: les villes ont besoin de solutions ecolos + les jeunes n ont plus ce culte de la grosse voiture.....reste que cette transition va etre un carnage pour l industrie. Les 10% d emploi menacés me parraissent totalement sous-estimés pour ne pas effrayer la population. Cette industrie a un influence politique (lobby) totalement delirante dans ce pays et en EU.....et je ne suis franchement pas convaincu qu elle soit reellement "interessée" par le VE.

    En gros, tant que l indus ALL n aura pas reellement abordé sa transition vers le VE, les chiffres de vente de VE/VH ci dessus de l article resteront helas anedoctiques (<5% du marché).

    • Je ne crois pas un seul instant que le VE va accroitre le chômage, le moteur lui-même ne représente qu'une toute petite partie de la MO nécessaire à la construction d'une auto. Quant au gros cube dont les performances seraient le moteur du succès, ils sont bien poussifs par rapport à la réactivité d'un moteur électrique. Il y a des légendes qu'il faut gommer. En revanche, ce qui est certain et pas propre à l'Allemagne, c'est que l'accès aux villes sera de plus en plus souvent interdit au pétrole.Il se pose même une question avec les PHEV. Lorsque je vais à Toulouse depuis Narbonne (150 km), dès que je suis sur l'autoroute, je passe en mode "save", c'est à dire que je coupe la traction électrique dont la batterie va rester à son niveau de charge jusqu'à ce que je repasse en mode normal en entrant dans Toulouse. Un jour peut-être ce mode de conduite sera imposé aux PHEV sous peine de sanction. Les constructeur devront modifier le programme de gestion des modes de traction pour enregistrer les mloments des passages d'un mode à l'autre. Ce sera comme pour le disque d'enregistrement des camions. En tout cas c'est plausible.

    • En tout cas croissance forte du VE en Allemagne en 2018, bien supérieure à la France. Et ses modèles VE VHR progressent bien aussi. Donc de la résistance mais des avancées

  • Il est donc désormais acté que les hybrides rechargeables sont des VE à part entière? Ce qui donnerait une idée de l'évolution prévisible: les constructeurs traditionnels sauveront leurs réseaux et leurs emplois, au détriment des spécialistes du VE. Pas sur que la santé y trouve son compte...

    • Les deux type de véhicules ont une place aujourd’hui avec Les interdictions de commercialisation des thermique demain 2030 pour les P-B, puis le glissement vers le pur thermique après demain. Les hybrides rechargeables sont un mal nécessaire pour le passage au pur électrique. A défaut d’avoir de disponible aujourd’hui des autonomies suffisamment disponible comme un réseau de bornes sans faille.

    • Carlos Gosne n'avait manifestement pas cru au PHEV, il n'avait pas investit un centime dans cette technologie, pas plus que son complice japonais. Heureusement un autre japonais avait misé sur ce créneau, et le mariage à trois va permettre aux deux premier d'avoir une palette complète.

    • Plusieurs études ces dernières années montrent que dans la vie réelle les VHR "électrifient" davantage de kilomètres que les VE à batterie pour des tailles de batterie bien moindres. Pour schématiser les conclusions de ces études sont : "un VHR qui remplace *effectivement* un VT vaut mieux qu'un VE qui reste au garage une fois sur 2 parce qu'on a peur de rester en rade avec."
      Et concernant la pollution due à la fabrication de la batterie il n'y a pas photo entre une batterie de 10 kWh et une de 60 à 100 kWh.
      C'est d'ailleurs rigolo de voir que ce sont les mêmes qui nous expliquent que 1) l'autonomie des VE n'est pas un pb car le trajet moyen fait moins de 60 km et 2) que les VHR sont une hérésie (alors que leur autonomie électrique atteint maintenant ces 60 km)

      • Je ne connais pas en Europe une hybride rechargable qui fait 60 km réel. Là meilleur que je connais étant la ioniq. Il y avait l’Ampéra mais elle n’est plus commercialisée.

        • Oui Ioniq et Niro (quasiment) - en se basant sur les retours utilisateurs les 60 km sont possibles
          Je parle bien de ce genre de véhicules et non des SUV surdimensionnés pour qui l'hybridation est un prétexte
          Après à chacun de voir selon ses besoins. Quelqu'un qui fait 20 km par jour n'a pas besoin de 60 km.

      • On est bien d'accord, le PHEV est le véhicule de l'avenir tant que la recharge d'une 60 kWh ne se fera pas en 5 à 6 minutes…. et j'irai jusqu'à 10 pour une 90kWh :-)
        C'est quelque chose que je savais déjà il y a 4 ans lorsque j'ai acheté ma Mitsubishi avec sa batterie de 12kWh alors que Monsieur Gosn louait les siennes sur ses Zoé. :-)

Partager
Publié par
Michaël TORREGROSSA

Articles récents

Une Tesla Model S affiche 900.000 km au compteur

Hansjörg Gemmingen, un automobiliste allemand, a déjà parcouru plus de 900.000 km avec sa Tesla Model S.

19 juillet 2019 22:39

Cette étude confirme la grogne sur la recharge des voitures électriques

Réalisée par l'ADEME, la DGE et la DGEC, cette étude dénonce la situation actuelle des bornes de recharge dans l'Hexagone…

19 juillet 2019 16:11

MG ZS, Aiways U5 : ces SUV électriques chinois veulent conquérir l’Europe

Les marques chinoises sont de plus en plus nombreuses à vouloir tenter leur chance en Europe. Un marché qu’ils souhaitent…

19 juillet 2019 10:45

HY, Clio, Ferrari : Quand une Sem promeut la conversion bioGNV

Qui de la poule ou de l’œuf… Adaptée à la mobilité bioGNV, cette question devient : Que faut-il développer en…

18 juillet 2019 17:30

Electrique, E85, hybride : Quels changements pour la prime à la conversion ?

Applicable au 1er août 2019, le décret n°2019-737 vise à réduire l’accès au dispositif de prime à la conversion en…

18 juillet 2019 14:56

Lotus présente son incroyable hypercar électrique Evija

L’engin n’est pas un simple concept de salon : il sera produit à partir de l’année prochaine, en une série de…

17 juillet 2019 17:11

Ce site utilise les cookies.