Catégories : Voiture électrique
| Sur
26 novembre 2018 15:12

Nissan Leaf 60 kWh : l’affaire Ghosn reporte son lancement

Par Michaël TORREGROSSA

Secouée par l’arrestation le 19 novembre dernier de Carlos Ghosn, Nissan a décidé de reporter le lancement de la version 60 kWh de la Nissan Leaf, censée arriver en 2019.

Rien ne va plus au sein de l’Alliance… Citant les propos d’un porte-parole de la marque nippone, Reuters que le lancement de la nouvelle Leaf 60 kWh a été repoussé. Pour le constructeur nippon, il s’agit de garantir au nouveau modèle « la couverture qu’il mérite ».

Une nouvelle annonce qui fait écho à l’annulation de la 4ème édition de Nissan Futures, un événement durant lequel le constructeur fait régulièrement des annonces sur l’évolution de sa gamme électrique et ses systèmes de recharge intelligents. L’an dernier, l’événement avait été organisé à Oslo et avait marqué l’ouverture des commandes de la nouvelle Leaf 40 kWh en édition limitée.

Prévue ce mercredi 28 novembre à Amsterdam, l’édition 2018 de l’événement aurait pu permettre au constructeur de donner de nouveaux détails quant au lancement de la version 60 kWh de la Leaf. Invité à l’événement, Automobile-Propre a été informé en fin de semaine dernière de l’annulation de l’opération. Une décision justifiée par un « contexte peu favorable aux annonces ».

Censée arriver en 2019, cette Nissan Leaf « e-plus » devait annoncer l’arrivée du constructeur sur le segment des voitures électriques à « forte autonomie ». Si Nissan n’indique pas la durée de ce report, on estime qu’elle sera fonction de l’évolution de la situation.

Organisée à Oslo, l’édition 2017 de Nissan Futures avait été marquée par la présentation de la nouvelle Leaf

Réaction en chaîne

Accusé de détournement de fonds et de fraude fiscale, Carlos Ghosn est en détention depuis le 19 novembre, date de son arrestation à Tokyo. La semaine dernière, le dirigeant a été évincé de son poste de président du constructeur nippon. Nissan, dont l’enquête interne a permis de révéler l’affaire, espère pouvoir nommer un nouveau président du conseil d’administration d’ici au 20 décembre.

Même sort chez Mitsubishi où la décision de retirer ses fonctions au dirigeant est tombée ce lundi 26 novembre.

A l’heure de l’écriture de ses lignes, Carlos Ghosn reste à la fois PDG de Renault et de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Une situation qui entraîne une véritable lutte de pouvoir entre les trois constructeurs, Nissan demandant notamment de revoir l’équilibre dans sa relation avec Renault. Une crise qui pourrait perturber l’organisation et les projets de l’Alliance dans tous les domaines, y compris celui de la voiture électrique où est prévu le lancement d’une plateforme commune aux différentes marques du groupe.

Michaël TORREGROSSA

Passionné de technologies et d’innovations, Michaël s'intéresse aux véhicules électriques et hybrides depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, il élargit son spectre à l’ensemble des énergies alternatives (GNV, GPL, hydrogène, éthanol etc…) et à tous les enjeux liés à la mobilité.

Etiquettes : Carlos GhosnNissan

Lire les commentaires

  • Je vous parie que dans 6 mois Nissan-Mitsubishi s'allient avec les Chinois :) Outre le problème effectivement important de rapports de force entre NIssan et Renault, aujourd'hui le nerf de la guerre, ce sont les batteries, l'accès aux terres rares, l'accès au marché asiatique, etc. Et là, c'est vers la Chine qu'il faut malheureusement se tourner, quand on veut être un acteur mondial, intéressé par autre chose que les 2-5 pourcents d'happy few qui sont la cible de Tesla et autres bolides électriques.
    Vivement les voitures à hydrogène pour démocratiser la VE sans être pieds et poings liés avec les Chinois !
    En attendant (que les lecteurs que d'A-P se réveillent), bye bye la France, les Français ont décroché. Et notre président parie tout encore sur le nucléaire, désolant.

  • En tout cas Nissan a intérêt a rapidement déclarer clairement ses intentions au lieu de ce simulacre de procès contre Carlos Ghosn. Si ils ont des griefs sur la gouvernance de l'Alliance pourquoi ne pas les exprimer clairement au lieu de toute cette mascarade? Tout cela est totalement incompréhensible de la part des japonais. Ils se tirent une balle dans le pied eux aussi. Leur réaction est excessive, hostile et totalement contre-productive pour tout le monde. Après c'est comme ça, si on a plus rien a se dire autant se séparer. L'idée de l'Alliance comme son nom l'indique était d'éviter qu'un groupe n'absorbe l'autre. Renault a toujours respecté son allié Nissan et veillé à un certain équilibre des parts de marché Les deux entreprises Renault et Nissan ont toujours été parfaitement distincte conformément aux souhaits des deux parties. Les synergies techniques et industrielles entre deux marques n'empêche pas leur indépendance pour autant. Nissan a toujours gardé toute son autonomie pour concevoir et produire ses véhicules. Même dans l'électrique Renault et Nissan ont abordé les choses chacun séparément à sa façon. Nissan voulait intégrer la production des cellules alors que Renault conscient de l'évolution rapide de la technologique des batteries a préféré l'approvisionnement chez des fournisseurs comme LG Chem qui peuvent proposer de meilleures batteries régulièrement. Les deux approches auraient pu être justes alors les deux ont été essayées. Au début la batterie louée de la Zoé a beaucoup fait jaser mais finalement cette approche "évolutive" de la batterie s'avère pertinente aussi. Qui sait peut être un jour pourra t'on même équiper les premières Zoé de batteries tierces pourquoi pas à électrolyte solide. L'idée de faire évoluer la batterie de la Zoé est une excellente approche selon moi. Donc les ingénieurs ont pu chacun de leur côté faire et valider leurs propres choix et c'est bénéfique à l'Alliance en créant une complémentarité. Nissan a toujours gardé sa propre identité et a toujours pu sortir les modèles qu'ils voulaient. De la Skyline à Juke. Après pour certains modèles thermiques l'intégration technique et industrielle est plus poussée comme la nouvelle Micra mais ce genre de synergie peut exister entre constructeurs tiers également. Partager une ou plusieurs plateformes ne signifie pas que les entreprises sont "fusionnées". Bref tout ça pour dire que si leur reproche envers Ghosn et Renault c'est de vouloir les absorber c'est faux et si c'est l'inverse et que c'est eux qui veulent absorber Renault alors ce n'est pas ça l'esprit de l'Alliance. Aujourd'hui ils viennent avec arrogance nous menacer de rachat grâce à leurs résultats mais qu'ils n'oublient pas que lorsqu'ils étaient en position de faiblesse Renault aurait pu les absorber aussi mais n'en a rien fait. Au contraire ils ont été traité avec respect et d'égal à égal dans une Alliance et pas une simple fusion-acquisition où en gros Nissan aurait été une filiale de Renault qui aurait été à 100% aux commandes. Aujourd'hui on sent les japonais nous regarder de haut avec leur chiffre d'affaire un tiers plus élevé (en comptant le marché japonais fermé aux français et le marché américain fermé pour nous également) et se retournent contre cet esprit d'Alliance et de respect mutuel. C'est déloyal de leur part et dans ce cas il faudra mettre un terme à l'Alliance car le but n'est pas que le Groupe Renault passe sous pavillon japonais de la même manière que Carlos Ghosn n'a jamais fait passer Nissan sous pavillon français. On peut toujours signer des joint-ventures pour les plateformes qui sont partagées pour l'instant. S'ils ne nous respectent plus alors il ne faut pas vouloir à tout prix "sauver l'Alliance" et perdre le principal : Renault.

  • Ghosn à toujours favorisé Renault par rapport à Nissan et celà est surtout évident avec les VE. Il a préféré mettre en avant la Zoé avec sa locabat imposée au détriment de la Leaf. Le retard de sortie de la Leaf e-plus est un scandale volontairement organisé car Nissan possède la technologie et l'expérience du VE et il y avait un potentiel énorme de clients pour acquérir la Leaf 60 KWh lesquels se sont reportés sur la kia e-Niro, la Kona ou la TM3....

    • Tu n'est qu'un gros boulet qui raconte des conneries. NiSSAN à toujours été plus favorisé que RENAULT.

    • La Zoé (locabat) c'est avant tout la France. La leaf est un véhicule mondiale. Donc la théorie du complot pour favoriser la Zoé ne tient pas.

  • Mouais, ça sent le prétexte à plus de 500km... et sans superchargeur mdr 😂
    Je dirais plutôt que le batterie gate de la version actuelle n’est pas résolu et qu’ils’ont besoin de temps avant de lancer la version Long Range

    • Mais bien sur ...probleme dont tout le monde se moque et qui n'empeche pas cette voiture de tres bien se vendre...et si ce soit disant probleme n'etait pas resolu je pense qu'il ne toucherait plus personne si la voiture a 400 km d'autonomie...

    • C'est la présentation qui est reportée, pas la production ni les futures livraisons. Donc bon, les théories du complot...

      • Oui mais tant que la présentation n'est pas faite et qu'elle est pas commandable avec les tarifs connus ils peuvent produire mais livreront pas ! Donc çà reportera quand même

  • Mouais. Le lancement aurait peut être permis de faire un "contre feu"
    Ben tant pis pour Nissan. Bien fait de pas les avoir attendu eux et leur Leaf II 60 dont on ne sait vraiment pas et encore moins maintenant quand elle sera annoncée présentée et lancée commandable et livrable ici...
    Les Coréens se frottent les mains, reste plus qu'à produire et surtout livrer dans les délais quand même!

  • Peu importe cette "péripétie" du lancement reporté de la version 60 kWh ...
    Les 2 seuls points qui m'intéressent sont:
    la version 60 a-t-elle un vrai refroidissement (contrairement à la 40 kWh) ?
    la version 60 pourra-t-elle tracter (au moins une bagagère de 500 kg), contrairement au Kona, et comme "envisagé" pour le Niro ?
    Le reste n'est que de la lutte de pouvoir entre firmes, de l'aveuglement pour le fric de la part des dirigeants (qui n'oublient pas de demander des sacrifices aux seuls salariés mais surtout pas pour eux-mêmes (jamais assez...), et les actionnaires dont ils font d'ailleurs partie) !

  • Quelque chose de beaucoup plus inquiétant pour Renault (et l'état français) se cache derrière l'arrestation de Carlos Ghosn.

    Nissan n'apprécie guère que ce soit Renault qui gouverne l'alliance alors que ce sont les ventes de Nissan qui sont majoritaires dans l'alliance. Renault à 43,4% des parts de Nissan qui en a réciproquement que 15% et sans droit de vote.

    Carlos Ghosn faisait la pluie et le beau temps dans l'alliance et, apparemment, étudiait la possibilité d'une fusion entre Renault et Nissan; au détriment de Nissan et au profit de Renault (et de son plus gros actionnaire: l'état français).

    Je pense que derrière cette affaire se cache en réalité une guerre économique entre la France et le Japon.

    Avec cette histoire de fonds non déclarés (montée ou non, ni l'un ni l'autre ne m'étonnerait), le Japon gagne une sacrée bataille et prouve qu'il n'a pas dit son dernier mot.

    Ce n'est que mon analyse, a bon entendeur.

    • Il faudrait sans doute faire des modifications capitalistiques en faveur de Nissan, puisqu'il est devenu bien plus gros. En tout cas les fusions entre égaux ça ne marche jamais, il y en a toujours un des deux qui mange l'autre...

      • En business seul les intérêts parlent. Je ne vois pas pourquoi Renault modifierait en faveur de Nissan les parts de capitaux. Ce serait une grosse défaite pour Renault qui s'apprêtait à "fusionner" avec Nissan (à l'engloutir en quelque sorte).

        J'aimerais bien être dans les couloirs de Bercy parfois...

  • "Nissan demandant notamment de revoir l’équilibre dans sa relation avec Renault"

    Comme de par hasard...

    • Bien sûr il y a une guerre de pouvoir derrière tout ça.

      Mais le capitalisme à la française a ce qu'il mérite : noyauté par des soit-disant élites auto-promues qui s'invitent les unes les autres dans les conseils d'administration pour se voter des rémunérations délirantes, sans aucun contrôle et contre l'avis des actionnaires !

      Ce cupide quadruple président (de Renault, Nissan, Mistsubishi et de l'alliance) et aussi père de la LOCABAT dormira par terre sur un futon avec 3 bols de riz par jour.

      • Il faut dire que Macron alors qu'il était ministre de l'économie a œuvré pour la faire à l'envers aux japonais...

Ce site utilise les cookies.