Même avec 15 millions de voitures électriques en circulation, la consommation d’électricité en France devrait rester stable et l’impact sur le réseau limité sous réserve que les pics de consommation soient correctement régulés.

Désireuse « d’éclairer l’avenir de l’énergie en France » la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a établi différents scénarii liés au développement de la voiture électrique à l’horizon 2035 avec trois millions de voitures électriques en circulation dans une hypothèse “basse” et jusqu’à 15 millions avec une vision plus optimiste.

Bonne nouvelle ! Dans un cas comme dans l’autre, la diminution attendue de la demande d’électricité dans d’autres secteurs de consommation permettra d’absorber la montée en force de celle associée au développement de la voiture électrique. Selon la CRE, seul le scénario le plus ambitieux pourrait conduire à une augmentation de la consommation électrique mais à un niveau « relativement stable » par rapport à celui d’aujourd’hui.

Une régulation nécessaire

En France, la mise en circulation d’un million de véhicules électriques équivaut à une demande supplémentaire de 2 TWh. Une consommation marginale par rapport aux 480 TWh consommés annuellement en France mais qui pourrait avoir des conséquences lourdes si les appels de puissance et autres pics de consommation ne sont pas correctement gérés. Départs en vacances, charges réalisées en fin de journée ou bornes ultra-rapides… le réseau devra être capable de supporter les flux de consommation de cette flotte grandissante.

« Le véhicule électrique deviendra ‘le premier appareil électroménager du foyer’, jouant un rôle important dans la structuration de la demande. Compte-tenu des éléments présentés précédemment, relatifs à l’importance de la demande privée pour des usages quotidiens du véhicule, un pic de demande pourrait être observé en fin de journée, d’une ampleur supérieure à celle constatée aujourd’hui » souligne la CRE. Dans un scénario de développement de 9 millions de voitures électriques, Enedis estime ainsi que le besoin de puissance pourrait bondir de 10.2 GW si tous les utilisateurs se connectaient le soir au même moment.

Une gestion des appels de puissance qui pourrait être réglée de façon très simple. « En décalant la recharge de 3h après le passage en heures creuses, on arriverait à 1,6 GW de besoin de puissance, ce qui serait parfaitement acceptable » chiffre la Commission qui évoque la mise en place d’un signal tarifaire heures pleines/heures creuses destiné à inciter les utilisateurs à décaler « naturellement » leur recharge en dehors de la pointe du soir.

« Des modèles plus compliqués adaptant les rémunérations aux enjeux de réglage de fréquence voire aux zones de congestion pourraient également être élaborés, voire se compléter » ajoute la CRE. Une solution déjà expérimenté par Renault avec son application ZE Smart Charge, déployée aux Pays-Bas,  et qui pourrait être complétée par  le déploiement de la prometteuse technologie Vehicle-to-Grid (V2G). Un mécanisme de charge/décharge qui pourrait offrir de nouvelles opportunités pour améliorer la gestion d’un système électrique dont la variabilité devrait accroître avec l’essor des énergies renouvelables.

Aller plus loin : 

La voiture électrique ne fera pas sauter le réseau
4.4 (88.46%) 26 votes