Catégories : Essais

Essai du Ford Kuga Flexifuel : que vaut l’E85 sur la route ?

Moins de pollution globale et une mécanique rodée, le Ford Kuga Flexifuel semble la meilleure motorisation sur le papier. Automobile Propre a essayé le SUV au bioéthanol sur les routes de Champagne et fait le bilan écologique mais aussi économique de la solution.

Moins de pollution globale et une mécanique rodée, le Ford Kuga Flexifuel semble la meilleure motorisation sur le papier. Automobile Propre a essayé le SUV au bioéthanol sur les routes de Champagne et fait le bilan écologique mais aussi économique de la solution.

Voilà 15 ans, la carburation au superéthanol, E85 pour les intimes, était devenu populaire. Or la crise a sonné la rationalisation chez les constructeurs, mettant au rebut la technologie tout comme de nombreux projets électriques ou à hydrogène. Mais dans une société de plus en plus sensible à la question écologique, quoi de plus normal que ce biocarburant revienne au goût du jour.

Ford seul en Europe, enfin, en France

Le constructeur américain rappelle qu’il est déjà l’initiateur de la solution en 2001 en Europe, avec le premier véhicule Focus Bioflex en Suède. En France, il a fallu attendre début 2005. D’abord pour voir la compacte débarquer de façon illégale, l’Etat n’ayant homologué l’E85 qu’en fin d’année. Suivirent les C-Max, Mondeo, S-Max et Galaxy, ainsi que d’autres marques, dont Dacia Peugeot, Renault, Saab et Volvo. Plus tard, la Volkswagen Golf Multifuel a suivi, arrêtée en 2015.

Suite à l’homologation des boitiers de conversion, Ford a annoncé en février 2019 le retour d’un véhicule neuf à l’E85 : le Ford Kuga Flexifuel. En concessions depuis juillet, nous avons pu l’essayer et visiter un site de production à Bazancourt, près de Reims (Marne).

Une surconsommation importante

Ne nous attardons pas sur le Kuga Flexifuel. Il s’agit donc du même SUV sorti en mars 2013 et restylé début 2016. Sa motorisation essence 4 cylindres EcoBloost 150 ch a été adaptée pour le nouveau carburant. La principale modification est la cartographie moteur, assurant la bonne quantité alimentant le moteur (l’E85 est moins énergétique donc il faut plus de volume pour la même puissance). D’autres éléments ont été légèrement revus, comme les sièges de soupapes évitant la corrosion et les injecteurs.

Le Kuga Flexifuel en finition ST-Line, avec options

Sur la route, aucune différence de performance. Les 1.615 kg de l’ensemble souffrent des accélérations et relances malgré les 150 chevaux, le confort étant identique. Le seul changement est la consommation. De 7,6 l/100 km en moyenne (cycle WLTP proche de la réalité) en essence, le Flexifuel revendique 11,6 l/100 km. Lors de notre périple d’environ 150 km, mélangeant départementales, nationales, autoroutes, du plat et parties vallonnées de la route des champagnes, elle s’est révélée à 10 l/100 km. Avouons-le, cela reste élevé, même pour un SUV de cette puissance. En stabilisé à 80 km/h, l’appétit ne passe pas sous 8 l/100 km. Pour le reste, le SUV américain est toujours assez silencieux.

-70% d’empreinte carbone au total

Une telle consommation pénalise l’autonomie, mais est-elle anti-écologique ? Non si l’on prend le cycle global. Justement, la production du biocarburant, locale et issues de cultures renouvelables, est bien plus vertueuse que le sans-plomb fossile. Ford estime la baisse des gaz à effet de serre à -70% par rapport au modèle essence en cycle global, comprenant l’absorption par les cultures, transformation et l’utilisation sur route. De plus, les émissions de NOx (dioxydes d’azotes) et de particules fines à l’échappement sont respectivement 50% et 90% inférieures selon une étude suisse.

Le site de production de bioéthanol de Bazancourt (Marne)

Sur le site de production du bioéthanol de Cristal Union visité en marge de l’essai, le groupe a précisé que le bioéthanol représente deux tiers de la récolte de betteraves ou de blé récoltés. Le reste n’est pas jeté, servant à la production de sucre, à la pharmaceutique, des cosmétiques ou d’alcool pour spiritueux. L’eau est également épurée, la production de vapeur est assurée par du bois ou gaz (en partie biogaz produit sur place). Même le CO2 est recueilli, puis reconditionné en carbone alimentaire (boissons gazeuses, etc).

Écologique, mais aussi économique

En plus de rejeter moins de CO2, de NOx et de particules, le Kuga Flexifuel a l’avantage d’être plus intéressant financièrement. À l’achat, les 100€ supplémentaire vs essence (à partir de 29.200 €) deviennent un bénéfice allant jusqu’à 2.500 €. Ceci grâce à l’absence de malus écologique (abattement de 40% sur le CO2) et une carte grise gratuite (sauf Bretagne moitié prix et dans le Centre). Et sous les 116 g/km après abattement, le SUV peut prétendre à la prime à la conversion, s’élevant jusqu’à 5.000 €. Côté entreprises, si la TVS n’est pas concernée, la TVA est récupérable à 80%, contre 40% en 2019 pour l’essence.

Même geste pour le ravitaillement en E85, dans le réservoir unique

À la pompe, le litre de superéthanol ou E85 coûte environ 0,69 €/litre aujourd’hui, contre 1,50 €/L pour le SP95 classique. Avec un kilométrage annuel de 15.000 km et malgré la consommation supérieure de 53%, l’économie est de 500 €/an. Sur une durée de 5 ans, le calcul est vite fait, l’économie totale est de près de 5.000 €. Suite à l’annonce de l’arrivée de la version Flexifuel en février, Ford nous a indiqué que le mix est passé de 90% de diesel à 80% d’E85 en l’espace de quelques jours.

Côté ravitaillement, pas de stresse puisque le nombre de stations est en forte croissance. De 300 en 2012, elles sont passées à plus de 1.450 en septembre 2019. En France, 16% des stations, soit une sur 7, proposent désormais de l’E85. Une part qui grimpe même à 25% en Occitanie. Certains distributeurs sont aussi plus actifs que d’autres, comme Intermarché (35% des stations), Total et Leclerc (20%). Et si vous ne trouvez pas d’E85, du SP95 ou de l’E10 peut se mélanger sans problème à l’E85.

Ici, l’E85 à 0,560€/l, loin de la moyenne nationale de 0,69 €/l

Une fin proche… avant un nouveau retour ?

Le Kuga est un modèle en fin de vie. Cette dernière est plus que proche, car la fin de production est programmée pour novembre 2019 avec une présentation du nouveau modèle en avril dernier. Selon Ford, il resterait environ 2.500 unités de Kuga à fabriquer.

À l’avenir, Ford France milite pour la pérennisation du Flexifuel, nous assure son directeur Fabrice Devanlay, auprès de la branche européenne basée à Cologne (Allemagne). Seulement, les nouveaux modèles inondent l’agenda de la marque pour 2020, et l’E85 n’est pas dans les priorités. De plus, le moteur compatible 4 cylindres sera aussi arrêté. Il faudrait alors modifier le 3 cylindres qui équipe l’actuelle Focus ou le futur Kuga.

Le Flexifuel disparaitra en novembre, pour mieux revenir en 2021 ?

Le directeur français rassure, le développement serait en cours, mais il ne faudrait pas compter un nouveau modèle Ford Flexifuel avant 2021. Mais bonne nouvelle rappelle F. Devanlay, « les versions hybrides ou rechargeables sont tout à fait compatibles avec la carburation bioéthanol. » Le Kuga hybride rechargeable, en plus de limiter sa consommation moyenne à 1,2 l/100 km, pourrait ainsi baisser davantage son empreinte carbone.

2.9
106
Matthieu LAURAUX

Lire les commentaires

  • Mais bonne nouvelle rappelle F. Devanlay, « les versions hybrides ou rechargeables sont tout à fait compatibles avec la carburation bioéthanol. »
    Ah bon ? Et sans modifications ?

  • Moins de pollution : on peut toujours le dire mais c'est mieux de le mesurer
    Selon les tests du JRC [1], le centre d'études de l'Union Européenne situé à Ispra en Italie, par temps froid, on note :
    - une augmentation du CO au-delà du seuil d’homologation
    - une très grosse augmentation de formaldéhydes et acétaldéhydes (qui sont cancérigènes et qui sont des polluants réglementés aux USA mais pas en Europe) de 4000% entre l’E5 à 22°C et l’E75 à -7°C
    - une augmentation de l’ozone lors du démarrage à froid par temps froid
    - une très grosse émission d’hydrocarbures (éthanol et méthane) ; les émissions d’éthanol sont entre E5 et E85 doublées à +22°C et multipliées par 20 à -7°C. On note aussi une augmentation significative de 300% du méthane CH4 à -7°C. Or le méthane a un PRG alias potentiel de réchauffement global de 25 sur 100 ans (1 gramme de méthane équivaut à 25 grammes de CO2) et de 84 sur 20 ans … et sic « cette augmentation du CH4 vient donc réduire le bénéfice de la réduction de CO2 ».
    [1]pages 142 à 162 de publications.jrc.ec.europa.eu/​repository/bitstream/JRC76177/​phd%20clairotte%20v6.pdf

    -70% de CO2 = grosse foutaise c'est plutôt -40% car à grands traits en France, l'éthanol est fabriqué 1/3 betteraves, 1/3 blé et 1/3 Maïs ... la fabrication à base de Maïs ne génère aucune économie de CO2 étant donné le caractère peu écologique de la plante. Pour faire -70% il faudrait faire de l'éthanol avec de la canne à sucre qui pousse sans engrais ni arrosage donc habiter dans des endroits bien précis du Brésil (ça ne pousse pas en Amazonie) . D'ailleurs si l'Administration fiscale fait un abattement de 40% c'est bien parce que l'économie est de cet ordre de là quand on prend en compte le CO2 absorbé par la plante pendant sa croissance et en aucun cas de 70%

    - L'avenir de l'E85 est incertain car il n'apporte aucun gain de cO2 à l'homologation ... l'abattement de -40% de cO2 ne concerne que la fiscalité Française mais à l'homologation, ce Kuga compte pour 150g/CO2 ... et face aux 95g à faire en moyenne sur la gamme, le handicap est lourd ... si lourd que tant qu'il sera là, on ne voit pas quel constructeur va miser significativement sur l'E85

    Bref Ford fait cela pour "fourguer" un véhicule en fin de vie de toutes façons quasi invendable ; les ventes à partir du 1° Janvier 2020 vont être comptabilisées pour réaliser l'objectif de 95g de cO2 ... Ford n'a donc aucun intérêt à poursuivre la vente au delà de cette date

    Enfin il est cocasse de noter que
    - pour l'E85 on fait le calcul du CO2 du puits à la roue ce qui permet d'économiser 40% du CO2
    - pour les véhicules électriques, on ne fait surtout pas le calcul du CO2 du puits à la roue car il faudrait tenir compte de l'importante quantité de cO2 nécessaire pour fabriquer la batterie ainsi que du CO2 du carburant électrique ... pour économisre le CO2 et le déclarer de façon bidonnée nul, on se contente de compter le CO2 en sortie d'échappement et oh joie, jubilation, on obtient alors un miraculeux ZERO

    Bref l'E85
    - n'est pas du tout écolo du point de vue de la pollution
    cf. http://blogs.caradisiac.com/pollution-automobile/consultation-publique-homologation-6678868.html
    - est le symbole même de l'écologie du portefeuille car très peu taxé
    cf. http://blogs.caradisiac.com/pollution-automobile/ecologie-portefeuille-7242244.html
    https://aws-cf.caradisiac.com/prod/photos/8/1/7/178817/7164898/big-7164898cc3.jpg?v=1

  • Effectivement, comme le dit JP02, non seulement on ne dérive pas des surfaces agricoles alimentaires pour produire un carburant mais même, cela permet de maintenir des hectares en production qui sinon seraient certaines années en jachère car nous produisons suffisamment de sucre en Europe et la conso est en baisse. Cela participez au maintien de l'activité agricole dans les régions du Nord qui cultivent la betterave à sucre.

  • 500€ sur 5 ans = 5000€ d'économie... Joli calcul. Je vous envoie ma fiche de paye... On ne sait jamais.

  • ma frangine : Fiat panda neuve vendu par fiat avec un kit éthanol offert sympa non ?
    En revanche Renault me fait sauté la garantie de ma Clio si j'installe un kit : pas sympa ! question posé à Citroën réponse idem
    j'habite en pleine région des betteraves, où les allemands ferment les sucreries parce qu'on mange moins de sucre en Europe. pour les parisiens : On ne peut pas cultiver blé-sur-blé il faut alterné les cultures. donc les paysans , il faut bien vivre, continuent à faire des betteraves rachetés pour faire de l’éthanol. Ford passe toutes ses chignoles au flex je vais acheté une ford ou une fiat...dommage
    j'ai aussi un C0

  • La comparaison de la consommation en prenant la valeur normalisée WLTP pour la version essence et la valeur réelle consommée pour le moteur Flexifuel est carrément de la malhonnêteté intellectuelle, voire de la désinformation volontaire: aucun moteur ne fera aussi bien que la norme WLTP dans la réalité , même si cette nouvelle norme est moins aberrante que la précédente. Et donc ça n'est pas 53% d'écart de consommation qu'on aura mais plutôt la moitié (entre 20 et 30% pour donner une fourchette large). C'est ce que constatent les premiers possesseurs de ce Kuga Flexifuel qui consomment entre 10 et 11 litres là où le modèle Ecoboost essence faisait entre 8 et 9 litres (et pas les 7,6 litres irréalistes de la norme WLTP!).
    D'un point de vue économique, c'est donc vite vu: en roulant au E85 on dépense 40% de moins qu'au SP95 et même entre 15 et 20% de moins qu'en diesel. seule l'autonomie en forte baisse par rapport à un diesel équivalent peut faire grimacer...

  • Comme dit précédemment, le bioethanol n est pas écologique et son prix de base est bien plus élevé que celui de l'essence. Aujourd'hui sans taxe, quel prix du litre quand on réalisera qu il ne vaut pas mieu que le thermique classique ? Ce carburant est très artificiellement "économique" pour l instant. Pas sur que ça le soit encore dans 5 ans.

    Entre les commerciaux des constructeurs, l opportunisme ecologique politique et les fanatiques écologistes qui font des fois plus de mal que de bien... La planete n est pas encore sauvée.

    Normalement c est aux journalistes de soulèver ça. Dommage qu il soit si affamé (il faut bien travailler, mais prendre du recul serait un plus pour l humanité) qu il se contente de n être qu'un relais publicitaire industriel... Vive le lobbie de l agrocarburant !

    Il faudra du temps pour revenir de ce eniem lavage de cerveau politico industriel et la presse ne nous y aide pas ici

  • 10l/100, c'est trop ... dire qu'avec ma Prius 3 je suis à 4,7l/100 et avec du E85 0.599€, je roule à 3,4€ au 100Km.
    Imbattable même pour une électrique avec leurs exorbitantes locations de batterie :D

  • On améliore peut-être un peu la quantité d'émissions à l'échappement, mais pas nécessairement le reste de l'impact environnemental de ces voitures. Le problème vient du fait qu'on appelle faussement "biocarburant" ce qui devrait plus justement s'appeler "agrocarburant". Donc on utilise des terres agricoles pour faire de l'essence au lieu de la nourriture, on utilise des pesticides/herbicides qui dégradent la biodiversité et polluent l'eau. Si les betteraves étaient biologiques ou si on n'utilisait QUE des déchets pour faire ces carburants, je dirais OK, mais ce n'est à mon sens pas le cas (et ça le sera encore moins si on cherchait à développer cette filière plus avant). L'article fait malheureusement l'impasse sur ce sujet et ce contente à peu près de ce qu'à dit Ford.

    • même les déchets sont souvent utilisés comme "engrais" (remis en terre). Comme toi je ne suis vraiment pas convaincu par ces agro carburant qui pourraient augmenter le prix des matières premières alimentaires et/ou favoriser le déboisement.

      • Les "bio"-carburants de 3ème génération (micro-algues) pourraient peut-être à terme résoudre le problème. J'utilise le conditionnel car trop de nutriments et d'énergie sont encore nécessaires actuellement pour cette technique.

Partager
Publié par
Matthieu LAURAUX
Etiquettes : ford

Articles récents

Voiture électrique : un bonus réduit en 2020 ?

Relativement épargné depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, le bonus accordé aux voitures électriques pourrait être revu à la…

20 octobre 2019 11:40

Peugeot e-208 vs e-2008 : duel citadine-SUV électrique

La seconde génération de la citadine Peugeot 208 s’est convertie à l’électrique, tout comme son dérivé SUV 2008. Automobile-Propre vous…

19 octobre 2019 06:51

Une Renault Twingo électrique en 2020

La Twingo sera électrique dès l'année prochaine selon les déclarations d'un cadre de Renault au média britannique Autocar.

18 octobre 2019 17:54

Ford Kuga hybride rechargeable : prix et équipements en détails

Décliné en cinq niveaux de finitions, le Ford Kuga hybride rechargeable débute à partir de 38.600 €.

18 octobre 2019 09:30

Mobilité électrique : Au Mans, le circuit inspire 4 startups

Si la journée XMobility, dont la 2e édition était programmée le 8 octobre dernier, a vu le jour au Mans,…

17 octobre 2019 15:54

Expert, Jumpy, Vivaro : les fourgons électriques PSA pour 2020

Les utilitaires compacts Peugeot, Citroën et Opel auront leur version électrique en 2020, a confirmé le groupe français. La boucle…

17 octobre 2019 13:43

Ce site utilise les cookies.