Coccinelle convertie à l’électrique –  Source : Vendée Energie Tour

Quatre entreprises spécialisées dans le domaine viennent de créer une association pour faire inscrire dans le périmètre de la loi d’orientation des mobilités (Lom) la conversion d’engins thermiques en véhicules électriques. Qui sont ces « acteurs de l’industrie du rétrofit branché » ?

Objectif double

Plus précisément, l’AIRe poursuit 2 objectifs qu’elle présente ainsi : « Faire connaître auprès des autorités publiques, du monde économique et du grand public les intérêts multiples de la transformation des véhicules thermiques en électrique », et « Agir pour adapter la réglementation et faciliter enfin les démarches administratives permettant le développement de cette activité ».

Constat

L’action de l’AIRe est de repousser les limites administratives en France, après une enquête qui a permis de constater que déjà 22 pays à travers le monde favorisent la transformation des véhicules aujourd’hui pointés pour leurs diverses pollutions, vers une alimentation en énergie conforme à la feuille de route pour la mobilité et le développement durables.

L’Europe est partagée en 3 cas de figure. Tout d’abord les pays qui acceptent librement la conversion contre une simple déclaration, comme au Royaume-Uni. Une majorité de territoires (Espagne, Portugal, Italie, Allemagne, Belgique, Suisse, Roumanie, Autriche, Suède, Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie, etc.) autorisent l’opération après validation d’un dossier individuel.

La France en rouge

En rouge et bien en évidence au milieu de tous ces pays, la France où une extrême complexité administrative équivaut finalement à une interdiction. « Elle y met tellement d’obstacles qu’elle interdit de fait le développement de cette filière (PME, industriels et les créations d’emplois associés), qu’elle laisse à nos voisins », plaident les fondateurs de l’AIRe.

La liste des avantages à favoriser une filière de la conversion à l’électrique est pourtant particulièrement évocatrice : élimination de moteurs grillant des produits pétroliers, inscription des projets de transformation dans une dynamique d’économie circulaire, etc. « Ne pas détruire, mais réhabiliter des véhicules en parfait état de fonctionner », soulignent les partenaires qui ne pensent pas qu’aux voitures individuelles, anciennes ou récentes. Aussi aux bus, motos, camions, bateaux, etc.

Brouzils Auto

Parmi les 4 fondateurs de l’AIRe : Brouzils Auto, installé en Vendée. Son dirigeant, Jérémy Cantin, que nous avons déjà interviewé, est vice-président de l’association.

Connu pour son ElectroCox qui déclenche les sympathies et les promesses sur son passage, il commente pour nos lecteurs : « L’idée de l’AIRe s’est développée au fil des échanges que nous avions ensemble lors des salons où nous nous rencontrions. La dernière version des statuts date de Noël dernier. Nous avons chacun nos contacts auprès des institutions concernées et avons déjà rencontré pas mal de monde. La création de cette association est une bonne chose. Il y a peu d’acteurs du rétrofit électrique en France. Nous ne nous voyons pas comme des concurrents. Au contraire nous partageons vraiment le souci de préserver l’environnement. A nous 4, nous voulons montrer que la conversion électrique est possible, que c’est une bonne chose, et aider à définir un cadre légal de qualité ». Jérémy Cantin ne cache pas sa satisfaction de savoir que c’est un sénateur vendéen, Didier Mandelli, qui a été nommé rapporteur du projet de loi Lom pour le Sénat.

Vice-président de l’association et fondateur de Brouzils Auto, Jérémy Cantin a développé l’ElectroCox, une coccinelle convertie à l’électrique

Ian Motion

Autre vice-président de l’AIRe, Roland Schaumann est cofondateur de Ian Motion. Nous avons déjà eu l’occasion de présenter cette entreprise créée en 2016 et installée dans le secteur du Mans (72). Elle communiquait il y tout juste 2 ans sur sa conversion d’une Austin Mini. L’aventure se poursuit pour Ian Motion, et devrait même être encouragée par la création de l’association.

Carte de visite : « Avec une équipe issue de l’industrie automobile et de la Formule 1, notre expertise nous permet de proposer une solution aboutie et homologable dont les différents éléments ont été développés avec la plus grande rigueur, aux standards automobiles ». Egalement cofondateur de l’entreprise, Laurent Blond. Tous les 2 travaillaient chez Renault Sport F1 au développement du moteur hybride utilisé en compétition.

Carwatt

Coprésident de l’AIRe, Gérard Feldzer est un ancien commandant de bord et journaliste spécialisé dans les transports, cofondateur de Carwatt. Cette entreprise se distingue des 3 autres impliquées dans l’association : elle ne s’occupe pas des voitures particulières ni des utilitaires légers, mais s’attache à convertir à l’électrique des véhicules industriels et spéciaux (engins de service aéroportuaires, d’entretien de la voirie, de logistique urbaine, bateaux, etc.).

« Nous permettons aux entreprises, aux particuliers ou aux collectivités la transformation en électrique de flotte de véhicules ou de véhicules spéciaux, à forte valeur ajoutée et souvent à longue durée de vie », explique-t-on chez Carwatt. On peut cependant tomber, au hasard de la navigation sur le site Web de l’entreprise, sur une délicieuse Vespa 400 électrique.

Retrofuture Electric Vehicles

Chargé du contact avec la presse, Arnaud Pigounides est aussi coprésident de l’AIRe. Nous l’avons contacté, aussi bien pour nous parler de l’association que pour nous présenter Retrofuture Electric Vehicles dont il est cofondateur. Cette entreprise dont le siège social est installé à Paris, nous ne la connaissions pas. Et pour cause, sa fondation est récente et les premiers prototypes pourraient être présentés en avril prochain.

« Nous travaillons actuellement sur un Combi Volkswagen, une Peugeot 504 et une Citroën DS de 1969 », nous fait saliver notre interlocuteur.

L’exemple américain

Arnaud Pigounides revient des Etats-Unis où il a séjourné quelques années, notamment à New York et Los Angeles. « Je me suis intéressé là-bas aux transformations de VW, Karmann, Porsche effectuées par le garage californien EV West. J’ai même ma Porsche 914 convertie que j’ai dû laisser aux Etats-Unis parce que je ne peux pas m’en servir ici. De retour en France, j’ai voulu créer ma société de conversion. On m’a dit : ‘Ne fais pas ça, tu ne vas jamais y arriver !’ », témoigne-t-il.

« Avec l’association, je vais travailler à fond pour faire rentrer le rétrofit dans le cadre de la loi Lom », assure notre sympathique interlocuteur. « Il ne faut pas bannir les voitures anciennes ! », plaide-t-il.

2 départements

Arnaud Pigounides souhaite scinder l’activité de Retrofuture Electric Vehicles en 2 départements au moins, dans un premier temps : « Le premier s’occuperait de la conversion de voitures exceptionnelles, et le second de véhicules anciens et youngtimers plus populaires ». Il cite pour ces derniers, sans aucune exhaustivité : « Peugeot 404, Triumph Spitfire, Mini, Renault Fuego, etc. ». Et peut-être même plus tard l’entreprise s’intéressera-t-elle aux motos.

Au cours de notre entretien, l’un des mots qui est souvent revenu dans les propos d’Arnaud Pigounides, c’est « Démocratiser ». Il explique : « Il faut que chacun puisse pouvoir convertir en véhicule électrique la voiture de son choix ! ».

Cohérence européenne

« Aujourd’hui nous ne pouvons transformer une ancienne DS, alors que c’est possible en Allemagne, en Italie ou en Belgique ! », déplore Arnaud Pigounides. « Mais avec la loi Lom, on a un boulevard devant nous. Nous sommes en train de travailler au sein de l’AIRe sur un cahier des charges très précis pour une conversion très sécurisée. Nous allons dans le sens d’une réglementation qui pourrait être applicable à toute l’Europe. L’Italie a signé un décret dans ce sens il y a 3 ans. Le cadre juridique allemand est aussi très bien, et très proche de la législation italienne. Nous nous inspirons de leurs travaux », détaille le dirigent de Retrofuture Electric Vehicles.

De réelles chances d’aboutir ?

Depuis des années, différents passionnés de mobilité électrique ont essayé de faire bouger les choses du côté de la législation française, sans succès. Quelles sont les chances de l’AIRe de voir aboutir son projet ? « Vous m’auriez posé la question il y a 3 mois, j’aurais répondu : 30% ! Aujourd’hui, j’ai réévalué nos chances à 95% », répond-il enthousiaste.

Il justifie : « Nous ressentons que la DGEC [NDLR : La direction générale de l’Energie et du Climat qui dépend du ministère de la Transition écologique et solidaire], Le CNRV [NDLR : Centre national de réception des véhicules, autorité française chargée de délivrer les homologations], l’Utac [NDLR : Organisme technique central du contrôle technique des véhicules] et le ministère sont à l’écoute. Nous nous devons de leur proposer des éléments très concrets », s’engage-t-il.

Les collectivités aussi

La conversion à l’électrique et le cadre d’application sur lequel planche les 4 partenaires ne se limite pas aux voitures particulières. « Nous pensons aussi aux collectivités qui pourraient, par exemple, convertir des bus diesel encore en excellent état de rouler », confirme-t-il.

Pour plus d’info : le site de l’association

Conversion en voiture électrique : Dans l’AIRe et pour bientôt ?
4.5 (89.78%) 45 votes