essai-renault-eolab_68

Vous en avez assez de voir les villes françaises de plus en plus peuplées par des crossovers et des SUV diesel ? Vous attendez désespérément qu’un constructeur automobile innove en proposant une gamme complète de véhicules qui répondent enfin aux enjeux de notre époque? Faites-le savoir !

I. STOP au tout pétrole !

Si l’offre en véhicule hybride et électrique n’a jamais été aussi fournie qu’actuellement, force est de constater qu’elle reste encore très insuffisante comparée à l’offre thermique traditionnelle. Pourtant, au quotidien, la part des kilomètres effectués en milieu urbain n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui. Un type d’usage pour lequel les moteurs thermiques brillent par leur inefficacité.



Les propriétaires de véhicules hybrides et électriques l’ont compris depuis quelques années déjà. Hélas, du coté des constructeurs, le discours a peu évolué. A l’exception des rares marques très engagées en faveur de l’électrique et/ou de l’hybride, c’est invariablement la même soupe qui est resservie au consommateur novice : « toutes nos motorisations respectent les normes d’émissions les plus strictes qui soient et affichent des consommations aussi faibles que les modèles hybrides équivalents ».

À l’épreuve de la vraie vie, la réduction de consommation obtenue par les moteurs de faible cylindrée est très variable en fonction de l’usage et surtout de la conduite. Quant à l’efficacité des systèmes de dépollution avancés qui équipent aujourd’hui les véhicules à moteur diesel neufs, par analogie avec ce qui vaut déjà pour nombre de véhicules diesel Euro 4 et Euro 5 en circulation, il est fort probable que les émissions réelles seront loin des normes en vigueur une fois rendues sur le marché de l’occasion d’ici quelques années…

II. Retarder le plus possible la transition énergétique

Bien décidé à conserver le plus longtemps possible le juteux business qui gravite aujourd’hui autour du moteur à pétrole tout au long de sa vie, le vieux monde de l’automobile continue d’ignorer l’inévitable transition énergétique à venir dans le transport. L’impressionnante percée de l’énergie solaire photovoltaïque devrait pourtant suffire à elle seule à alerter sur les bouleversements à venir. Hors taxe, il coûte aujourd’hui moins cher de parcourir 100 kilomètres au volant d’un VE rechargé à l’énergie solaire qu’au volant d’une auto à pétrole dans plusieurs pays d’Europe… et l’écart devrait encore s’amplifier dans les toutes prochaines années !

Un constat qui rappelle au passage que l’efficacité énergétique seule ne suffit plus. Désormais, pour pouvoir être considéré comme « propre », un véhicule doit être capable d’avancer autrement qu’en brulant du pétrole lourd !

III. Le problème de la demande

Autre difficulté à laquelle l’offre alternative au tout pétrole est aujourd’hui confrontée : la demande.

Le critère écologique étant rarement prioritaire devant tous les autres chez les acheteurs de véhicules neufs, l’an dernier, seules 3 % des voitures particulières neuves vendues en France étaient équipées d’une motorisation hybride ou électrique. Beaucoup s’étonnent d’ailleurs de cette progression aussi lente face à l’offre 100 % pétrole. Dans les faits, les raisons sont assez nombreuses :
– le taux de renouvellement d’une automobile est aujourd’hui beaucoup plus faible que celui de beaucoup d’autres bien de consommations technologiques tel que ordinateurs, smartphone, etc…
– l’âge moyen des acheteurs de véhicules neufs, plus enclins à acheter des crossovers et autres SUV (diesel) qu’une voiture électrique ou hybride.
– le faible intérêt économique et pratique à préférer dès aujourd’hui une voiture capable de rouler en mode zéro émission (sauf en Norvège).
– les remises importantes consenties par les constructeurs sur leur gamme à pétrole, y compris sur certains modèles pénalisés par le malus écologique.
– l’offre relativement limitée coté constructeurs, surtout comparée aux motorisations traditionnelles
– l’indifférence générale d’un grand nombre d’automobilistes vis-à-vis des problématiques telle que la qualité de l’air en ville et la transition énergétique.

IV. Innover pour exister… et pour durer !

Si le moteur à pétrole dispose encore de quelques atouts face à l’électrique à batterie, tous les constructeurs automobiles devraient avoir l’honnêteté de reconnaitre que pour circuler en milieu urbain, ses jours sont plus que jamais comptés.

Plutôt que de continuer à gadgétiser à l’extrême des voitures de plus en plus en décalage avec les besoins réels des consommateurs, la vraie urgence est d’offrir un mode zéro émission à une large gamme de véhicules.

Ça n’est malheureusement pas une attente forte du consommateur. Mais ça n’en reste pas moins un objectif prioritaire en matière d’innovation pour réconcilier l’automobile et l’environnement. Tout particulièrement en milieu urbain.