Trois nouveautés électriques ont déjà été confirmées par Skoda : une citadine et deux SUV. Elles seront lancées d’ici à 2026.

Coup d’accélérateur pour Skoda en matière d’électriques. Au cours des cinq prochaines années, la marque va dépenser plus de cinq milliards d’euros pour avancer sur sa transition électrique. Après avoir promis trois nouveaux modèles à l’horizon 2030, le tchèque a maintenant prévu de les lancer d’ici à 2026. Ces trois nouveaux véhicules rejoindront les deux silhouettes de l’Enyaq. Et l’accent sera encore mis sur le SUV ! La suite du programme devrait intégrer une berline !

2024 – SUV compact

Sur le marché des compactes électriques, Skoda misera sans surprise sur une silhouette SUV, plus porteuse. Le modèle se placera en équivalent électrique du Karoq. Il devrait ainsi être plus court d’environ 25 centimètres que l’Enyaq. La base sera à nouveau la MEB. Le changement se trouvera en revanche au niveau du style. Ce véhicule devrait inaugurer en série le nouveau design « Modern Solid » de Skoda, annoncé par le concept Vision 7S. Il y a par exemple à l’avant et à l’arrière une signature lumineuse en forme de T.

2025 – Citadine

Seat, ou plutôt Cupra maintenant, s’est vu confier la gestion du développement du projet des nouvelles citadines électriques du groupe, partagé avec Volkswagen et Skoda. La base de travail est la plate-forme MEB, utilisée par les ID.3 ou ID.4, qui va donc être raccourcie et sûrement simplifiée, afin de faire baisser les coûts. L’objectif est d’avoir un prix de départ hors bonus sous les 25.000 €. Si Cupra a déjà présenté un concept-car (l’Urban Rebel), Skoda a pour l’instant publié un teaser de la silhouette, qui s’annonce plus anguleuse que pour la voiture espagnole. Le modèle de Skoda pourrait d’ailleurs avoir de faux airs de crossover.

2026 – Grand SUV

Skoda a déjà un SUV familial électrique dans son offre, l’Enyaq. Mais la firme tchèque en prépare un autre, préfiguré par le concept Vision 7S. La principale différence, outre le style ? Le fait que ce modèle puisse embarquer 7 personnes, avec une troisième rangée de sièges. Ce modèle sera donc plus imposant, le concept dépassait d’ailleurs les 5 mètres de longueur. Le prototype avait aussi une nouvelle batterie, de 89 kWh, promettant une autonomie de plus de 600 km et une puissance de charge maxi de 200 kW.

La suite : petite citadine et berline

Après ces trois nouveaux modèles, Skoda ne s’arrêtera pas en si bon chemin. D’autant qu’en Europe, les véhicules thermiques seront interdits à la vente en 2035. Le constructeur se doit donc d’avoir des équivalents électriques à tous les piliers de sa gamme.

Cela concerne notamment l’Octavia. Le patron de la marque a déjà évoqué une version 100 % électrique de sa berline, qui reste mine de rien, avec son break, le best-seller de Skoda. Mais la marque ne veut justement pas aller trop vite sur l’électrification de ce véhicule. Une Octavia électrique ne devrait donc pas exister avant le lancement d’une nouvelle génération, à la fin de la décennie.

Autre projet évoqué par le boss de Skoda, une petite citadine d’entrée de gamme, qui aurait ainsi un ticket d’entrée semblable à celui de la Fabia. Le modèle pourrait ainsi prendre la forme d’une anti Dacia Spring, quitte à rogner sur des éléments de la fiche technique, comme la batterie.

À lire aussi Skoda Vision 7S : on est monté à bord du SUV électrique à 7 places