Toyota accélère sur l’électrification, avec une stratégie différente selon les régions. En Chine, la marque nipponne s’appuiera en particulier sur des technologies achetées auprès de BYD. Une nouvelle berline électrique Toyota utilisera ainsi des batteries « blade » du groupe chinois.

La part des ventes de véhicules électriques et hybrides rechargeables dépasse désormais les 15 % du marché chinois. Pour Toyota, cette part plafonne à un peu plus de 1 %. Il est donc urgent d’élargir la gamme, ce qui se fera dès l’année prochaine en s’appuyant sur des technologies du constructeur chinois BYD.

BYD était à l’origine producteur de batteries. Néanmoins, en matière automobile, il a longtemps réservé sa production à son seul usage. Ce n’est que très récemment qu’il s’est ouvert à la fourniture à d’autres constructeurs, à l’occasion du lancement de sa nouvelle génération de batteries, les fameuses « Blade ». Ces batteries utilisent une chimie LFP (LiFePO4), avec surtout une construction « Cell to Pack » sans module intermédiaire. Les cellules adoptent un format de lame sur toute la largeur du pack.

Toyota sera donc l’un des tout premiers clients des batteries BYD, et surtout son premier client non chinois. Selon une source interne au constructeur, cette technologie a permis de lever les obstacles techniques permettant de proposer une berline compacte électrique, en préservant l’habitabilité. Une des caractéristiques des batteries Blade est en effet la faible hauteur du pack qui facilite son intégration à différentes plateformes.

Le premier modèle Toyota équipé des batteries de BYD devrait être présenté au salon de Pékin en avril 2022.