Partenaire historique du groupe californien, Panasonic souhaite augmenter de 20 % la densité énergétique des cellules qu’il fournit à Tesla d’ici 5 ans. Une façon de rester dans la course face à ses concurrents.

Lancées en 2017 avec une chimie nickel-cobalt-aluminium, les cellules lithium-ion « 2170 » qui équipe les Model 3 et Model Y devraient prochainement évoluer. Selon Reuters, le groupe nippon Panasonic compte développer une nouvelle génération de cellules à la densité énergétique 20 % supérieure à celle des versions actuelles.

Susceptible d’être présentée le 22 septembre prochain à l’occasion du « Battery Day » du constructeur, cette innovation pourrait aider la marque à augmenter la capacité embarquée à bord de ses voitures électriques sans toucher à la volumétrie du pack.

Des batteries sans cobalt d’ici 3 ans

Pour Panasonic, la suppression du Cobalt fait également partie des chantiers prioritaires. Alors qu’il a déjà réduit la teneur en cobalt à moins de 5 % dans ses cellules NCA, le groupe nippon prévoit de s’améliorer « par étape » pour parvenir à supprimer totalement la présence de Cobalt dans ses batteries d’ici trois ans. Une façon de réduire sa dépendance à un composant à la fois couteux et controversé, notamment vis-à-vis des conditions d’exploitation rapportées dans certaines mines du Congo, principal producteur mondial du minerai.



Rester dans la course

Partenaire historique de Tesla, Panasonic a perdu depuis quelques mois son statut de fournisseur exclusif du groupe californien qui s’est récemment associé avec le sud-coréen LG Chem mais aussi avec le chinois CATL qui propose déjà des cellules sans cobalt avec une technologie lithium-fer phosphate. De quoi mettre sous pression les équipes du groupe nippon qui n’a d’autre choix que de démontrer son avance technologique s’il souhaite conserver sa place parmi les partenaires du géant américain.