Selon nos sources, Elisabeth Borne souhaiterait faire paraître au plus tôt le décret d’application du rétrofit électrique. Une publication au Journal Officiel en janvier 2020 est plus que probable.

Pour rappel, convertir une voiture particulière essence ou diesel en électrique se heurte en France à une condition incontournable : obtenir l’aval du constructeur du véhicule. Ce dernier ne donne en général pas suite à une telle demande.

Depuis quelques mois, différentes entreprises et associations se préparent à la légalisation du rétrofit, leurs dirigeants étant persuadés d’une évolution majeure à ce sujet. Certaines ont d’ailleurs créé une structure associative, l’AIRe (Acteurs de l’industrie du rétrofit électrique).

Leurs efforts pour défricher le terrain et expliquer les enjeux de la conversion VT/VE devraient être prochainement récompensés.



En évitant de détruire des véhicules thermiques encore en état de circuler sur nos routes, pour les adapter à la propulsion électrique, d’importants rejets de gaz à effet de serre et de polluants sont évités. D’où un meilleur bilan environnemental pour les engins transformés, et le développement d’une nouvelle branche artisanale dans l’automobile avec de nombreux emplois à la clé.