Pot d'échappement - Flickr - Frédéric Bisson

Mauvaise nouvelle pour les clients de voitures essence et diesel, bonne augure pour le marché des véhicules électriques et hybrides. Au 1er janvier 2019, les seuils du malus écologique seront abaissés de 3 grammes de CO2 par kilomètre.

Ça va râler autour de la dinde de Noël. Le débat s’immiscera forcement à table, quelques jours avant l’entrée en vigueur du nouveau bonus-malus écologique. Ceux qui envisagent d’acheter un véhicule essence ou diesel neuf livré après le 1er janvier 2019 se plaindront des prix légèrement plus élevés. Les convaincus de la mobilité électrique dégaineront alors leurs meilleurs arguments pour convaincre leur auditoire de franchir le pas.

17 euros d’augmentation pour une Peugeot 508 essence

Le gouvernement a en effet confirmé l’abaissement du seuil de déclenchement du malus à 117 g de CO2 par km, contre 120 g actuellement. Une baisse de 3 g/km généralisée à tous les paliers mais dont les tarifs resteront étalés de 50 à 10.500 euros. Si la majorité des petites citadines en configuration basique émettent moins de 117 g/km et ne sont donc pas concernées par ce changement, les motorisations plus gourmandes et les gros véhicules seront affectés.

Ainsi, une Peugeot 508 essence PureTech de 180 chevaux et 123 g/km subira un malus de 90 € contre 73 € actuellement. Pour les plus aisés qui seraient tentés par une Jaguar F-Pace essence de 300 chevaux (174 g/km), la facture est un peu plus salée : le malus passe de 7340 à 7613 €. Reste à savoir si la nouvelle norme d’homologation WLTP, moins clémente que l’obsolète NEDC, augmentera les niveaux d’émissions des véhicules et donc leur malus.

Publicité


Ces changements bénéficieront-ils aux véhicules électriques ? Indirectement, c’est probable puisque les seuils continueront d’être abaissés de 3 g de CO2 par km chaque année jusqu’en 2021 et incitent les constructeurs à électrifier leurs modèles. Il faut encore attendre pour savoir si les tarifs du bonus seront augmentés en conséquence au 1er janvier 2019. Le gouvernement n’a pas encore publié son barème pour les véhicules plus respectueux de l’environnement.

Publicité