Le géant français ne veut plus seulement être perçu comme un producteur d’hydrocarbures. Alors qu’il intensifie sa diversification dans les renouvelables, le groupe pétrolier souhaite changer de nom pour devenir « TotalEnergies ».

La décision doit encore être approuvée par l’assemblée générale des actionnaires, en mai prochain. Elle suivra très probablement le souhait de Patrick Pouyanné, le patron de Total, qui souhaite renommer la marque « TotalEnergies ». L’objectif est d’atténuer son image de groupe pétrolier, mal perçue à l’ère de la transition énergétique. « Le groupe affirme sa volonté de se transformer en une compagnie multi-énergies pour répondre au double défi de la transition énergétique : plus d’énergie, moins d’émissions », a ainsi déclaré son président.

Total s’est en effet diversifié au cours des dernières années, dépassant ses activités historiques de vendeur et producteur d’hydrocarbures. Il intensifie ses investissements dans les énergies renouvelables, les biocarburants, le rachat d’entreprises, la fourniture de gaz et d’électricité, la production de batteries et la mobilité électrique. Le groupe annonce avoir lancé 10 GW de projets éoliens et solaires depuis le début de l’année pour un total de 35 GW prévus d’ici 2025.

Une échappatoire face à la lente décadence du pétrole. En 2020, Total a accusé une perte nette de 7,2 milliards de dollars, touché par la crise du Covid-19, mais aussi par des dépréciations déjà prévues.