Il est actuellement question d’implanter sur le site une 5e chaîne d’assemblage afin de démarrer à l’automne 2020 la fabrication du SUV compact dont nombre d’éléments et de processus seront communs avec la Model 3.

Cette particularité rend possible une importante augmentation des capacités de production du site, mais aussi un coût de fabrication plus bas que celui de la Model 3 au départ de sa commercialisation. D’où une meilleure rentabilité du Model Y par rapport à la berline compacte, d’autant plus que le marché des SUV s’est particulièrement élargi depuis plusieurs années.

Dans son article consacré à ce sujet, le média Web Electrek rappelle que les constructeurs Toyota et General Motors étaient capables de sortir environ 500.000 véhicules à l’année de l’usine de Frémont, en Californie, lorsqu’ils ont tour à tour occupé le site.

C’est également ce volume que vise Elon Musk, et même 1 million de voitures électriques à terme, selon ses estimations. Pour l’instant, la capacité de production s’élève à 300.000 unités. Plus pour longtemps, avec l’installation d’une nouvelle chaîne d’assemblage – la 5e sur place -, qui permettra d’augmenter la cadence journalière en vue d’inclure le futur Model Y. Tesla avait déjà indiqué en juillet dernier qu’il serait construit ici.