Jean-Baptiste Djebbari vient d’annoncer différentes mesures qui visent à mailler la France de stations et de hubs de recharge rapide susceptibles de supporter les déplacements longs en voitures électriques.

Comme l’ont remonté du terrain nos derniers interviewés, il y a urgence à développer un réseau de ravitaillement en énergie pour toutes les utilisations possibles des voitures branchées. Un million de ces véhicules et d’hybrides rechargeables sont attendus en France pour 2022.

Le déploiement de la recharge rapide « doit être réalisé dans un souci de maillage territorial tout en assurant une diversité d’usages », souligne le ministre délégué chargé des Transports.

Prise sur le budget du plan de relance, l’enveloppe spécifique de 100 millions d’euros allouée en 2021-2022 pour développer la recharge rapide sur le réseau autoroutier et les routes nationales sera accessible sous diverses conditions.

Publicité


La première contrainte sera la mise en service d’un minimum de 4 points de recharge rapide par station, avec une priorité donnée aux bornes d’une puissance de 150 kW. Conformément à la réglementation européenne, le financement public pourra atteindre jusqu’à 40 % des coûts d’installation.

Alors qu’ils existent depuis quelques années déjà dans les pays nordiques, les hubs de recharge vont se développer en France dans les centres urbains et à proximité des gares et aéroports. Il s’agit d’infrastructures plus vastes capables de servir simultanément la plus grande diversité de véhicules branchés, avec des puissances évolutives en fonction des progrès technologiques réalisés sur ces engins. En 2021, un minimum de 150 kW est demandé pour la recharge dite ultrarapide.

Ces établissements peuvent bénéficier d’un soutien financier spécifique d’un montant compris entre 100 000 et 240 000 euros, puisé sur les certificats d’économie d’énergie du programme Advenir.

Avis de l'auteur

Le souhait d’une diversité d’usage évoqué par Jean-Baptiste Djebbari semble laisser entendre que le standard CHAdeMO serait conservé dans les futures stations. Ce serait heureux, car la flotte des véhicules équipés des connecteurs compatibles est loin d’être négligeable (là, je m’attends à quelques réactions) en France.

Autre sujet de satisfaction : des stations et des hubs avec plusieurs bornes rapides. Ce qui permettra d’absorber le trafic et de ne pas se retrouver en panne sèche parce qu’un distributeur serait hors service. Quatre points de charge au total semblent déjà insuffisants cependant. Il faudrait tabler sur un minimum de 3 par standard.

Une autre petite demande qui a son importance pour réussir un maillage efficace en recharge rapide : opter pour du matériel qui permette l’usage en simultané pour 2 voitures au minimum. Si ce n’est à pleine puissance, au moins selon la possibilité du raccordement. Il est particulièrement déprimant d’arriver à un chargeur et de s’en voir priver d’accès au prétexte qu’un véhicule est déjà en cours de ravitaillement en énergie. Et ce, même en fin d’opération, quand la puissance de recharge autorisée par l’engin est au plus bas.

L’été 2021 sera-t-il enfin celui qui permettra de rejoindre nos destinations de vacances sans trop de soucis en voitures électriques ? Je n’ose laisser s’exprimer mon optimisme habituel !


Publicité