Renault Symbioz démonstrateur 2017

Après la ZOE, Renault voudrait s’étendre au segment des compactes électriques a révélé le directeur programme VE au média britannique Autoexpress.

Depuis le lancement de sa gamme électrique en 2011, Renault a dépassé les 200.000 unités, dont la moitié en France. En 2018, les ZOE et Kangoo Z.E. sont très majoritaires devant la Twizy, avec respectivement 39.448 et 18.011 unités. Or l’avenir est à la diversification, ces trois modèles étant inchangés, rejoints seulement par le Master Z.E. l’an passé.

« Nous allons continuer sur le segment B, c’est notre plus importante catégorie et le cœur du marché européen » a confié Eric Feunteun à Auto Express. « Puis nous irons clairement en-dessous et ensuite nous grimperons dans le segment C » a ajouté le directeur du programme voiture électrique Renault.

« Nous irons avec une plus grande batterie » poursuit-il, « mais nous devons trouver le bon moment pour être sûr d’avoir un prix attractif ».

Une nouvelle plate-forme à Douai

Si l’actuelle et la prochaine refonte de la ZOE restent à Flins, l’avenir électrique de Renault s’inscrit à Douai. Ce site accueillera d’ici 2022 une nouvelle plateforme électrique créée avec l’Alliance (Nissan, Mitsubishi), probablement avec cette compacte.

De plus, une nouvelle génération de moteurs électrique viendra l’alimenter, produite à partir de 2021 dans l’usine de Cléon.

Renault prépare une rivale de la Nissan Leaf
4.5 (89.66%) 29 vote[s]