L’utilitaire électrique se dote d’une nouvelle version « châssis-cabine » pour répondre à une plus grande variété d’applications. Sa charge utile est également augmentée de plus de 300 kg.

L’offre d’utilitaires électriques n’est pas très vaste et les professionnels doivent parfois renoncer au zéro-émission faute de choix. Mais l’arrivée d’une nouvelle version « châssis-cabine » du Renault Master ZE pourrait bien aider leur transition. Cette disposition autorise en effet une large gamme d’équipements, comme l’installation d’un plateau-ridelles, d’une caisse grand volume avec hayon élévateur ou d’une structure sur mesure (food truck, benne, …). Disponible en longueur L2 et L3 ainsi qu’en hauteur H1, il peut embarquer jusqu’à 1620 kg de charge utile avant transformation.

Ainsi, équipé d’une caisse de 20m3 avec hayon, le Master ZE peut transporter 1000 kg de charge utile, assure Renault. La version « châssis-cabine » rejoint les deux autres déjà au catalogue : « plancher-cabine » et fourgon. Ces dernières bénéficient d’une charge utile augmentée. Elle passe de 1377 à 1740 kg, variable selon le choix hauteur et largeur. L’utilitaire électrique n’annonce pas d’autre changement. Il reste hélas équipé d’une petite batterie de 33 kWh pour 130 km d’autonomie WLTP. Renault n’a pas non plus intégré de recharge rapide DC, le Master ZE fait toujours le plein en 6h au mieux, branché sur une borne 7,4 kW. Pour rappel, il est vendu à partir de 46.100 € hors taxes, hors batterie et hors bonus écologique.

Avis de l'auteur

Le lancement d’une version châssis-cabine du Master ZE est une excellente nouvelle, elle vient étoffer le très restreint catalogue d’utilitaires 100% électriques. Cette configuration va permettre à un plus grand nombre de professionnels et collectivités de rouler sans émissions à l’échappement, en y installant la caisse ou l’équipement spécifique de son choix. Cependant, le Master ZE demeure limité par sa batterie de 33 kWh, offrant une autonomie frileuse ne dépassant pas les 130 km WLTP. Une capacité si faible que même les voitures particulières n’en veulent plus.

Renault en est déjà à 50 kWh pour sa nouvelle Zoé, les Hyundai Kona et Kia e-Niro exploitent quant à eux un pack de 64 kWh et que dire des Tesla qui culminent à 100 kWh. Le choix de la marque au losange était déjà critiqué à la sortie du Master ZE, en 2018. Deux ans plus tard, il rend son utilitaire largement obsolète sur le plan technologique. Le constructeur aurait gagné à renouveler sa fiche technique. Il aurait pu à minima y intégrer la batterie 50 kWh de sa Zoé ainsi qu’un mode de recharge rapide DC 50 kW, aussi présent en option sur la citadine. Deux caractéristiques qui semblent aujourd’hui être le strict minimum pour un véhicule électrique. D’autant que le tarif du Master ZE n’est pas donné et n’inclut pas la batterie, vendue 7400 € HT en supplément.