Production de la Mercedes EQS

Pour l’usine 56 installée près de Stuttgart, l’EQS sera la première voiture électrique produite sur place.

La luxueuse berline branchée EQS partagera le site de Sindelfingen avec la Classe S – son équivalent thermique – et la déclinaison à empattement long proposée sous la marque Mercedes-Maybach.

Cette annonce intervient alors qu’une campagne de communication du constructeur tourne sur le Net et les chaînes de télé afin de verdir l’image de ses usines. On y voit le sigle de la marque se faire aile d’éolienne. Il s’agit de passer un message. Que d’ici 2022, tous les sites mondiaux de production Mercedes seront alimentés intégralement par une électricité de sources renouvelables.

Difficile d’identifier le véhicule soumis au souffle du vent dans le spot : la Mercedes EQS ? Toujours est-il que le constructeur présente l’usine 56 comme un modèle. En particulier parce que 30 % de son électricité provient des panneaux photovoltaïques installés sur le toit des bâtiments. La flexibilité des chaînes d’assemblage permet d’adapter la production aux demandes réelles. Ce qui est facilité par l’exploitation d’une même plateforme de base pour produire des véhicules différents.



Autre nouveauté pour cette usine qualifiée de « high-tech » par Mercedes : l’usage du numérique et de l’intelligence artificielle.

Plus de 700 km d’autonomie

S’appuyant sur le concept Vision EQS révélée il y a moins de 2 ans au salon de Francfort, le modèle commercialisé serait doté d’une autonomie WLTP dépassant les 700 kilomètres. La batterie d’une capacité utile de 107,8 kWh, alimente un ou deux moteurs électriques, selon version. En 2022 seraient disponibles la 580 4Matic à transmission intégrale et la propulsion 450+.