Erreur 404 à l'agence chargée du paiement de la prime à la casse. 70.000 personnes seraient en attente du paiement de leur prime en raison d'une explosion du nombre de demandes.

L’état en espérait 100.000 cette année… ce sont finalement 170.122 dossiers de demande de prime à la casse qui ont été déposés à la mi-septembre. Selon Le Parisien, les caisses de l’Agence de Service et de Paiement (ASP) sont vides. Faute à une ruée sur le dispositif, qui a été modifié le 1er janvier 2018.

Augmenté d’une aide de 2000 euros pour les foyers non-imposables et applicable aux véhicules d’occasion récents, la prime fait un tabac. 70% des dossiers déposés concernent les ménages modestes, 60% des véhicules d’occasion et 80% des voitures envoyées à la casse roulent au diesel, selon le Ministère de la transition écologique. Dans Les Échos, l’institution annonce que « dès 2018, la prime à la conversion automobile aura atteint la moitié de l’objectif du quinquennat, soit plus de 250.000 véhicules ».

Un budget « gelé » jusqu’à la fin de l’année.

Une ambition visiblement pas en adéquation avec les budgets alloués à l’ASP. L’agence qui accumule les retards affirme ne plus avoir versé de prime depuis le 31 mai. Si le cabinet du Premier Ministre dément tout problème budgétaire et assure que les primes seront payées, une source interrogée par le Parisien révèle une toute autre stratégie. « L’ordre a été donné de geler jusqu’à la fin de l’année le compte d’affectation spécial qui alimentait le fonds destiné à la prime à la casse. […] Cela peut effectivement venir du fait qu’il n’y avait plus d’argent. Ou bien encore qu’il a été considéré que celui qui s’y trouvait encore pourrait servir à autre chose, plus urgent.»explique t-elle.

Pour rappel, la prime à la casse version 2018 offre 1000 euros aux automobilistes qui mettent au rebus un véhicule essence immatriculé avant 1997 et avant 2001 pour les diesel. Un montant qui s’élève à 2000 euros pour les personnes non-imposables. Pour en bénéficier, ils doivent également acheter un véhicule électrique, essence disposant de la vignette Crit’Air 1 ou 2 ou un diesel immatriculé après 2011.

La prime à la casse victime de son succès
4.5 (90%) 4 votes