Samedi 12 décembre 2020, le propriétaire d’une Audi A3 TFSI a été épinglé pour avoir utilisé une borne réservée à l’alimentation en électricité des commerçants ambulants du marché hebdomadaire de Clermont-l’Hérault (34).

Le quotidien Midi Libre révèle que le maire de la ville d’un peu plus de 9 000 habitants a décidé de porter plainte auprès de la gendarmerie.

Si la soustraction frauduleuse d’énergie au préjudice de la municipalité est reconnue, le risque maximal encouru par l’automobiliste surpris en train d’attendre la fin de la recharge à côté de son véhicule est un emprisonnement de 3 ans et une amende de 45 000 euros. L’action est en effet assimilable à un vol.

Selon le média, le conducteur de cette Audi A3 hybride rechargeable serait coutumier du fait.



L’édile compte transformer cette situation en prétexte pour « lutter contre ce genre d’incivilité » et « mener une réflexion sur une meilleure utilisation de l’énergie électrique sur la commune ». Et installer une borne de ravitaillement pour véhicules électriques et hybrides rechargeables, il serait peut-être temps, non !?

Avis de l'auteur

S’agissant d’une voiture hybride rechargeable qu’on imagine branchée sur une prise 220 V, difficile de prétexter une panne d’électricité et/ou une urgence pour se dédouaner de la situation.

Il serait cependant intéressant de savoir pourquoi l’utilisateur d’un engin a priori neuf ou très récent, commercialisé à un tarif qui démarre à plus de 38 000 euros, perd potentiellement plusieurs heures (à moins d’utiliser une borne mobile à plusieurs milliers d’euros compatible avec les prises triphasées si le boîtier municipal est équipé de ces dernières) à attendre à côté de sa voiture pour économiser moins de 2 euros par opération.

Autre question : Pourquoi la commune de Clermont-L’Hérault n’est-elle pas encore équipée d’une borne dédiée aux véhicules électriques et hybrides rechargeables ?

Un petit tour sur Chargemap montre que le réseau Révéo est présent sur le secteur.  À condition de rejoindre, au plus proche, Saint-André-de-Sangonis, à 7 kilomètres du lieu de l’infraction.

Au moins, on ne pourra pas dire que cet automobiliste ne branche jamais son hybride rechargeable ! Et s’il s’agissait d’une opération maladroite de communication de la part d’un concessionnaire ? L’utilisation du boîtier municipal ne serait pas plus légale pour autant.

Quoi qu’il en soit, si la personne concernée souhaite parler de cette affaire sur Automobile Propre, elle peut nous laisser un commentaire à la suite du présent article.