C’est au début de l’année prochaine que devrait débuter ce prix imaginé pour mettre en compétition off-road des SUV 100 % électriques.

Cinq manches se succéderont au cours de la saison inaugurale dans des décors aussi divers que l’Arctique, le désert, les glaciers, les forêts côtières et tropicales.

Les organisateurs ont annoncé qu’en 2021 tous les équipages se disputeront sur des engins tous bâtis autour d’un même châssis tubulaire. Odyssey 21 est d’ailleurs le modèle de base qui s’appuie sur cette structure. Les Teams ont cependant la possibilité de revoir la carrosserie qui peut devenir très proche d’un modèle commercialisé.

C’est dans cette optique que Fisker pourrait participer au championnat Extreme E, alors que son SUV électrique Ocean ne serait pas encore construit en série. Le SUV engagé reprendrait alors les lignes du modèle réservé au public.

Publicité


Si toutes ces informations sont au conditionnel, Alejandro Agag, fondateur et PDG d’Extreme E, se réjouit déjà d’accueillir Fisker Inc parmi les engagés. « La création de la série de courses la plus durable au monde est la plateforme de lancement idéale pour le nouveau SUV Ocean et offre un environnement de test stimulant pour la fiabilité du véhicule », plaide-t-il.

En plus d’offrir un vaste terrain d’essais à des SUV électriques commercialisés ou en passe de l’être, Extreme E est présenté comme un événement éducatif mettant en évidence l’impact du dérèglement climatique et de l’action humaine dans des lieux très éloignés. Il fait en outre la promotion des véhicules électriques « pour aider à préserver l’environnement ». Des prises de position que cautionne Henrik Fisker, à la tête de l’entreprise californienne de construction automobile.

Publicité