Rickshaws en Inde / Photo Flickr - Jason Hall

En l'absence de bornes de recharge publiques, les 100.000 rickshaws électriques circulant dans les rues de New-Delhi dérobent régulièrement du courant. Dans la seule capitale, le manque à gagner représente plus de 20 millions de dollars.

L’Inde est rarement évoquée quand au sujet de l’électrification des transports. Pourtant, plus de 2 millions de scooters et rickshaws (pousse-pousse) électriques y circulent, nous apprend un chroniqueur de Bloomberg. C’est plus que le parc de voitures électriques chinois. Si le bénéfice pour la qualité de l’air est indiscutable, leur essor rapide pose un autre problème : le vol d’électricité.

Le programme de subvention pour la mobilité électrique mené par le gouvernement indien ne consacre en effet qu’une petite partie au développement de l’infrastructure de recharge. Sur les 1,4 milliards de dollars alloués, seuls 140 millions sont réservés au déploiement de bornes. Selon une étude de Goldman Sachs, le second pays le plus peuplé au monde devrait engager environ 6 milliards de dollars pour disposer d’un réseau de recharge à la hauteur de ses ambitions.

Un manque qui pousse les utilisateurs de véhicules électriques à siphonner régulièrement de l’électricité. A New-Delhi, les 100.000 rickshaws électriques déroberaient ainsi 20 millions de dollars de courant chaque année. A l’échelle nationale, les pertes et vols d’électricité en tous genres représenteraient 16 milliards de dollars par an. L’absence de bornes a même poussé le constructeur Mahindra à cesser la production de la Verito, sa première voiture électrique.

En Inde, les scooters et rickshaws contraints de siphonner l’électricité
4 (80%) 11 votes