Précisant sa stratégie pour l'Europe, le constructeur chinois Byton commencera à ouvrir les précommandes de son SUV électrique à compter du second semestre 2020.

Comme d’autres constructeurs, Byton a choisi la voie digitale pour officialiser ses annonces malgré l’annulation du salon de l’automobile de Genève. A travers un live organisé sur la toile, la marque chinoise a ainsi donné plus de détails quant à l’organisation de son réseau de distribution sur le vieux continent.

A l’instar de Tesla, Byton prévoit un système de vente « hybride » reposant à la fois sur les commandes réalisées via son site internet et son réseau de magasins.

Citant des villes comme Oslo, Berlin, Amsterdam et Paris, Byton prévoit l’ouverture de 20 succursales à travers l’Europe. Un réseau de « Byton Places » qui servira à la fois à présenter et à faire essayer les voitures aux futurs clients de la marque. Prévu à l’aéroport de Zurich, en Suisse, le premier emplacement devrait ouvrir dans le courant second trimestre 2021.

En parallèle, le constructeur indique être en train de construire un réseau de partenaires chargé d’assurer l’entretien et la maintenance de ses véhicules. En France, un contrat a été signé avec ByMyCar, un gros distributeur automobile qui compte plus de 80 concessions à travers la France.

Ouverture des précommandes au second semestre

Moyennant le versement d’un premier acompte remboursable de 500 euros, Byton ouvrira les précommandes de son SUV électrique à sa clientèle européenne à compter du second semestre 2020.

En Europe, les premières livraisons du M-Byte doivent intervenir d’ici fin 2021. Réalisées en plusieurs vagues, celles-ci commenceront par six marchés jugés stratégiques par le constructeur : la Suisse, l’Allemagne, la Norvège, la France, les Pays-Bas.

A partir de 45.000 €

Placé sur le segment des SUV premium, le Byton M-Byte affiche un prix de base de 45.000 € hors taxes et hors subventions pour la version d’entrée de gamme. Animée par un moteur électrique de 200 kW et alimentée par une batterie de 72 kWh, celle-ci autorise jusqu’à 360 kilomètres d’autonomie.

Elle sera complétée par une seconde version à quatre roues motrices. Développant 300 kW de puissance, cette dernière recevra une batterie de 95 kWh pour une autonomie théorique de l’ordre de 435 km.