Déjà dévoilé l’année dernière, le BYD Tang EV se met à jour avant son arrivée imminente sur le marché européen.

Au mois de mai dernier, le constructeur chinois a fait part de ses ambitions commerciales pour le marché européen. Au milieu de sa feuille de route se trouve le BYD Tang EV, un grand SUV électrique promettant plus de 500 km d’autonomie (NEDC). Il se dévoile désormais avec quelques correctifs.

Et c’est principalement sous sa carrosserie que se cache la plus grosse évolution. Initialement annoncé avec une batterie de 82,8 kWh, le BYD Tang EV embarque désormais une unité de 86,4 kWh, baptisée Blade Battery.



Un SUV électrique réservé au marché norvégien

Pour ce nouveau millésime 2021, le BYD Tang EV perd 15 km d’autonomie pour se stabiliser à une valeur totale de 505 km sur le cycle NEDC. C’est le prix à payer afin de pouvoir embarquer sept places assises, qui font augmenter la masse du véhicule. Il entre donc dans la sphère encore fermée des SUV 100 % électriques dotés d’une troisième rangée de sièges.

À peine retouché esthétiquement à l’intérieur, le Tang EV conserve ses attributs déjà connus, que ce soit en matière de dimensions, de puissance moteur ou de configuration mécanique avec les versions EV600 (traction) et EV600D (transmission intégrale). Le SUV sera d’abord lancé en Norvège au deuxième trimestre 2021. Il continuera de faire ses premiers tours de roue dans le pays, avant d’arriver sur d’autres marchés en Europe. Mais le calendrier de commercialisation n’a pas été divulgué.