Souhaitant rapatrier en Europe la fabrication des cellules de ses véhicules électriques et hybrides rechargeables, BMW vient d'annoncer un partenariat avec le suédois Northvolt.

L’électrique est un moyen plus écologique pour se déplacer en voiture, mais des progrès sont encore à faire. Aujourd’hui, la grande majorité des batteries est importée d’Asie, dont la fabrication est énergivore, et pas forcément verte. Certains acteurs vont rapidement changer la donne, dont la start-up suédoise Northvolt, ayant déjà accueilli de nombreux partenaires. ABB, Siemens et le groupe Volkswagen ont rejoint ce projet, et BMW est désormais de la partie.

Fourniture à partir de 2024

Ce 16 juillet 2020, le constructeur à l’hélice officialise un contrat à long terme de fourniture à hauteur de 2 milliards d’euros avec Northvolt. La société suédoise, fondée en 2017, promet des cellules fabriquées grâce à de l’énergie locale, et surtout venant de centrales hydraulique ou éoliennes.

BMW précise que ce contrat est en lien direct avec son intention d’accélérer l’électrification de sa gamme. En 2023, ce sont 25 modèles (dont Mini) qui seront au catalogue. Plus précisément en Europe, le groupe souhaite réaliser 33% de ses ventes en électrique et hybride rechargeable d’ici 2025. En 2030, ces motorisations constitueront plus de la moitié du volume selon ses projections.



Toutefois, les futures BMW iX3, i4 ou iNext ne bénéficieront pas tout de suite des batteries Northvolt. Il faudra d’abord terminer la construction de l’usine à Skellefteå, dans le nord de la Suède. Le contrat de BMW ne permet la fourniture qu’à partir de 2024. En attendant, les batteries de l’i3 sont issues du coréen Samsung SDI tandis que celles du iX3 proviennent du chinois CATL.